Chronique

A l'écoute du Monde....À la poursuite de navires de légendes !

Voici un très beau livre, écrit, composé, et dessiné par un couple de jeunes gens, Claire et Reno Marca, qui nous emmènent sur des pistes lointaines et sublimes en nous faisant partager une exceptionnelle expérience intérieure.

Par Yves Rinauro



Couverture du beau livre "Journal de la mer d'Arabie" de Claire et Reno Marca aux éditions de La Martinière (Photo DR)
Couverture du beau livre "Journal de la mer d'Arabie" de Claire et Reno Marca aux éditions de La Martinière (Photo DR)
Claire et Reno Marca sont de ces êtres qui enchantent notre regard alors, et peuplent notre imaginaire dans cette quête fébrile de l'ailleurs.




Isabelle Eberhardt n'avait sans doute pas dix-huit ans quand elle écrivait ceci, dans les années 1885-1890 : "À toute propriété, il y a des bornes. À toute puissance, il y a des lois. Or, le chemineau possède toute la vaste terre dont les limites sont l'horizon irréel, et son empire est intangible, car il le gouverne et en jouit en esprit". Les voyageurs qui ont pour vocation le voyage alors nous rapportent des traces de cet horizon pour nous irréel, tant les bruits de la ville et les misérables soucis de la quotidienneté nous accablent.

Claire et Reno Marca sont de ces êtres qui enchantent notre regard alors, et peuplent notre imaginaire dans cette quête fébrile de l'ailleurs. Ils ont publié cette année aux éditions de La Martinière un magnifique Journal de la mer d'Arabie, qu'on ne se lasse pas de relire.C'est d’abord un beau livre, de photos et de dessins : des êtres, dont ils nous donnent à voir les regards empreints du sentiment de la merveille, dans un environnement pas toujours très hospitalier, et où la vie est d'abord un accommodement, dans des paysages toujours somptueux, parfois encore peu désaffectés par le souci de pas l'abîmer.

Photos et dessins captent les attitudes, l'intensité minérale, la clarté du jour, mais aussi, et c'est plus rare, celle de la nuit, sans cette opacité de nos cités affairées.

Arrivée dans un petit village du Yémen (dessin illustrant le  beau livre de Claire et Reno Marca (photo DR)
Arrivée dans un petit village du Yémen (dessin illustrant le beau livre de Claire et Reno Marca (photo DR)
C'est aussi un périple, qui mène le couple des villages perchés sur les monts vertigineux du Yemen à l'Inde, en passant par l'île mythique de Socotra, en remontant le long de la côte de la mer d'Arabie par Oman puis Dubaï.




La diversité changeante des paysages, des les sociétés, des règles sociales, des postures, sont attentivement relevées : les voyageurs savent immédiatement s'adapter , et privilégient la survenue de l'aventure, et l'action en apparence désordonnée du hasard. Il s'agit de s'ouvrir à l'imprévisible, de prendre le mouvement de la marche, dans des déplacements souvent accomplis de façon presque périlleuse. Il s'agit d'abord de se déprendre de l'habitude et de la reconnaissance, de se rendre disponible à ce qui vient, et ce n'est pas un effet de la seule volonté. Il faut parvenir à conjuguer la survenue, avec la rationalité qui est aussi le gage que le déroulement du voyage s'accomplisse, sans désastre. Ce n'est pas simple que ce mouvement du lâcher prise et de la maîtrise de soi. C'est sans doute à l'arrivée dans un village des hauteurs sublimes, Shugruf : "il fait noir comme dans un four, des siècles de suie recouvrent les murs, les marches sont déformées par l'usure et l'on atteint le mafraj (la salle de réception) à pas hésitants. Rentrer chez Abdu Salah, c'est accepter de laisser au-dehors toutes ses habitudes, même les plus simples. Faire fi du manque d'hygiène, de la condition archaïque de la femme, de l'odeur des animaux et du vide abyssal servant de sanitaire".


Carte de l'itinéraire de ce carnet de voyage (photo DR)
Carte de l'itinéraire de ce carnet de voyage (photo DR)
Ce sont toutes ces attentions subtiles qui fait le livre, et sa beauté.

Ce voyage va progressivement se découvrir un objectif : c'est à Socotra, l'île aux surprenants dragonniers, aux pêcheurs qui vivent âprement, qu'ils voient pour la première fois les boutres motorisés, ces cargos intégralement construits en bois, et que l'on nomme des dhows, et qui seraient construits dans le nord de l'Inde. C'est à la poursuite de ces dhows que se lancent alors Claire et Reno Marca. C'est alors que tout se complique : il faut des autorisations, des visas.

Et puis, il y a les pirates, bien réels. Il ne pourront jamais voyager sur un de ces bateaux. Et en Inde, la surveillance est telle, que même s'ils parviennent par la mer, ils ne sont pas au bout de leurs peines : les attentats de Mumbay ont considérablement modifié les autorisations de débarquement.

Mais ce n'est pas là l'essentiel : ce qui importe, toujours, c'est le sourire des enfants, l'accueil des familles, qui parfois consentent à se laisser voir et photographier. L'élégance et la pudeur, le lecteur les ressent au fil des pages. Il y a un soin très particulier qui est mis à raconter ces rencontres, et le périple indien. Ils trouveront, enfin, le chantier naval. Mais le plus essentiel, pour nous qui voyageons par ce livre est bien qu'il parvient, en creux, sans jamais les nommer, à nous faire prendre conscience du rôle de nos propres limites. Ce qui importe, certes, est bien de donner accueil à l'incertitude, puis de la raconter. Y.R.

Journal de la Mer d'Arabie
de Claire et Reno Marca
Editions de La Martinière

Beau livre - Voyage
250 x 290 mm - 216 pages
39 €
 
 




 

Anciens dhows devant le musée de l'encens  Salalah, 0man (Yémen)(Photo danielle.durand3.perso.sfr.fr/Oman/Bateaux/thumb.html‎)
Anciens dhows devant le musée de l'encens Salalah, 0man (Yémen)(Photo danielle.durand3.perso.sfr.fr/Oman/Bateaux/thumb.html‎)


20/07/2013
Yves Rinauro





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Février 2017 - 20:43 Carpe Diem à Cuba.