Chronique

A l'écoute du Monde......Bruxelles, regard sur la ville à destination de la Foire du livre.....

Découverte de Bruxelles autrement . C'est la balade que propose Yves Rinauro. Balade se terminant dans l'ambiance torride de la Foire du Livre, et pour cause "Sex, Books et Rock' N'roll" a été le thème de cette édition 2012. Marianne Faithfull était l'invitée d'honneur de cette foire qui s'est déroulée du 1er au 5 mars dernier.




Photos copyright blogspot
Photos copyright blogspot
À une heure trente de train de Paris, Bruxelles est ville à sans cesse redécouvrir, tant elle ne s’offre qu’à petites touches, parfois subrepticement. À la fois hautaine, ancienne capitale d’empire, à l’architecture parfois monumentale, elle est aussi une ville labyrinthe, entrelacée de modernité et de souvenirs d’un passé qui a ceci de particulier qu’il semble se présenter spontanément au flâneur impénitent : parfois, dans d’autres villes, il faut que le regard opère une sorte d’épluchage du paysage urbain, pour retrouver ce qui fut. Mais à Bruxelles, et souvent en raison d’une géographie étendue, ce ne sont pas des traces que l’on relève, mais bien des façons de vivre, et en particulier des formes d’urbanités qui n’ont pas été noyées par le flot de la mondialisation : le voyageur sait que dans presque toutes les villes du monde, en particulier des pays les plus riches, mais pas seulement, les mêmes enseignes se retrouvent.
On peut les fuir, et, comme à Bruxelles, se dépêcher de s’écarter du quartier Nord, et de ses tours de verre et d’acier. On les a vues ailleurs, aussi. On déambule alors dans le centre de la ville, on reste ébahi sur la Grand-Place ; on marche dans les Galeries Saint-Hubert. On bifurque, et l’on se retrouve devant la Putterie : la chapelle de la Madeleine apparaît dans ses murs de brique.

Photos Copyright blogspot
Photos Copyright blogspot
Bruxelles est une ville d’églises : celle du Béguinage est une dentelle subtile, propice à la mise en scène baroque ; Saints-Jean-et-Étienne-aux-Minimes, plus massive, à la simplicité rigoureuse ; Notre-Dame-du-Sablon, sans cesse refaite, depuis le début du quatorzième siècle ; Notre-Dame-de-la-Chapelle, au sombre clocher qui surplombe les façades claires. Brueghel l’Ancien y est enterré. Bruxelles est ville de culture, pas seulement des Manneken et Jeanneke Pis, habillés par les soins de la confrérie de l’Éléphant rose…Et tant d’autres églises, cathédrales, basiliques. Tant de palais, de théâtres. Bruxelles est une ville inépuisable. Il faut savoir y marcher, longer ces façades art déco d’immeubles surannés qui enclosent des jardins secrets.

copyright Veronimo
copyright Veronimo
Mais vite, déjà il faut courir. Je dois me rendre à Tour-et-Taxis, d’anciens entrepôts de douane. C’est la Foire du livre. Dans ces immenses hangars remis à neuf, la fête bat son plein : orchestres, queues devant les stands, surtout ceux des éditeurs de bande dessinée. On se pousse pour essayer de converser avec Marianne Faithfull. Michel le Bris dédicace à tour de main. Voici Gilles Lapouge conversant avec une femme qui pilote des groupes de lecture, institutions souvent informelles dans lesquels des lecteurs se retrouvent chaque semaine pour échanger leurs impressions de lecture. Cette année, les organisateurs ont mis l’accent sur « Sex, books and rock’n’roll ». C’est l’émeute devant Clara Morgane, qui assiste, impassible, hiératique même, à ce retour de reconnaissance. Ils sont là, les écrivains, de tous les pays. Une rencontre est organisée entre des écrivains haïtiens, qui assistent, impassibles, à ce déferlement du désir.
 

copyright Veronimo
copyright Veronimo
Le soir est tombé. Un éditeur a organisé une fête, chez lui, dans un de ces immeubles art déco qui est un ancien hôtel particulier. La chère est délicate, les invités exquis, la conversation délicieuse. C’est dans ces moments calmes que se prennent les décisions, et que se retrouvent celles et ceux qui ne se rencontrent qu’ainsi : ils vivent entre deux avions, écrivent leurs livres dans des hôtels, pas toujours fameux. L’un d’entre eux raconte comment il doit signer électroniquement un bon-à-tirer, dans les heures qui viennent. Dans le jardin, la fraicheur s’est levée, sous les tilleuls que l’on sent bourgeonnant. Le printemps n’est pas loin.

Yves Rinauro





Promenade dans un parc de Bruxelles(Copyright Aurélien Valdoire)
Promenade dans un parc de Bruxelles(Copyright Aurélien Valdoire)


13/03/2012
Yves Rinauro





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Février 2017 - 20:43 Carpe Diem à Cuba.