Actualités du tourisme

Akwaba, bienvenue en Côte d’Ivoire !

Avec la stabilité retrouvée, la Côte d’Ivoire entend renouer avec le tourisme. Entre 2012 et 2014, le gouvernement a investi près de 140 milliards de francs CFA ( 213 M€) dans ce secteur stratégique pour l’avenir du pays. Rencontre avec Jean-Marie Somet, directeur général de Côte d’Ivoire Tourisme.

Reportage Kim Frossard, David Raynal et Yann Menguy (Vidéo)



Abidjan, capitale économique de la Côte d'Ivoire. Avec la stabilité retrouvée, la Côte d’Ivoire entend renouer avec le tourisme  © DR
Abidjan, capitale économique de la Côte d'Ivoire. Avec la stabilité retrouvée, la Côte d’Ivoire entend renouer avec le tourisme © DR

De par sa position géographique, la Côte d’Ivoire s’impose avec ses 500 km de côtes sauvages sur la façade atlantique, ses forêts, sa savane, son artisanat, sa ferveur religieuse, sa culture et ses traditions ancestrales, comme un concentré d’Afrique en miniature.

En 2014, le pays a enregistré la venue de 470 869 touristes internationaux. Ils étaient 380 000 en 2013 et 269 000 en 2011 soit une croissance de 43% sur la période. Entre 2012 et 2014, le gouvernement ivoirien a investi près de 140 milliards de francs CFA (213 millions d'euros) dans ce secteur stratégique pour l’avenir du pays. « Des capitaux qui ont servi à la construction de 114 réceptifs hôteliers de moyen standing, de 1 à 3 étoiles pour une capacité de 14 315 chambres et contribué à la création de 300 emplois directs et 9000 indirects » souligne Jean-Marie Somet, directeur général de Côte d’Ivoire Tourisme.

La Côte d'Ivoire sous toutes ses facettes.  © DR et David Raynal
La Côte d'Ivoire sous toutes ses facettes. © DR et David Raynal
Plages de sable blanc, parc nationaux, traditions, gastronomie, culture, l’office du tourisme de la Côte d’Ivoire donne de nombreuses raisons pour découvrir ce pays sous toutes ses facettes. L'accueil, la  richesse et  la bio-diversité des paysages , l'éco-tourisme...

Photos 1 et 2/ Sur la route du cacao et du café  © DR ; 3/ Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro  © DR
Photos 1 et 2/ Sur la route du cacao et du café © DR ; 3/ Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro © DR
Sur la route du cacao. (plantation de Petit Bondoukou)


Visitez, lors d’une visite organisée une plantation de cacao et apprenez comment se fait la culture et la récolte de la fève de cacao qui sert de base à la fabrication du chocolat.

Bon à savoir : chaque tablette de chocolat fabriquée dans le monde contient au moins 10% de cacao ivoirien.


Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro



Inaugurée et consacrée par le Pape Jean-Paul II en 1990, la Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro, qui ressemble en de nombreux points à celle de Saint Pierre de Rome, est inscrite dans le livre Guinness des records, comme le plus grand édifice religieux chrétien au monde.

Avec plus d’un million de visiteurs, la Basilique est devenue un lieu de passage obligé, pour toute personne visitant la Côte d’Ivoire.

Situé entre Sassandra et San Pedro, Monogaga est un site balnéaire avec une plage couverte de cocotiers et de sable fin. Un hôtel ou loger dans des bungalows sur pilotis.  © OT Côte d'Ivoire
Situé entre Sassandra et San Pedro, Monogaga est un site balnéaire avec une plage couverte de cocotiers et de sable fin. Un hôtel ou loger dans des bungalows sur pilotis. © OT Côte d'Ivoire
Les plages du littoral Sud-ouest

Avec une succession de plages au sable fin et rocailleuses, de falaises rocheuses, de criques et de baies, c’est surement dans le sud-ouest ivoirien que l’on trouvera les plages de ce pays de 322 462 km2.

La baie de Taki, Monogaga, Drewin et Poly plage ou encore la baie de sirène sont une invitation au voyage et au délassement.

Le parc de Taî, est un paradis pour les amateurs d’écotourisme.  © DR
Le parc de Taî, est un paradis pour les amateurs d’écotourisme. © DR
Le parc de Taî

C’est ici, dans l’une des dernières forêts primaires de la planète, que Disney a tourné son film-documentaire « Chimpanzé »  réalisé par Mark Linfield et Alastair Fothergill en 2012.

Le parc de Taî, est un paradis pour les amateurs d’écotourisme. Elle possède une multitude d’espèces endémiques tels que les hippopotames pygmées, les céphalophes de Jentink et zébré ou le cercopithèque diane. Taî, avec ses arbres hauts de 50 m aux troncs massifs et aux racines énormes, ses lianes et ses rivières turbulentes, ravira à coup sûr tous les amoureux de la nature.

Située à l'ouest de la Côte d'Ivoire, la ville de MAN est surnommée la ville aux 18 montagnes où se trouvent encore des magnifiques forêts primaires  © DR ; 2/ La Côte d’Ivoire avec ses danses, ses masques, ses tisserands Baoulé ou Yacouba, ses rites initiatiques  © OT Côte d'Ivoire
Située à l'ouest de la Côte d'Ivoire, la ville de MAN est surnommée la ville aux 18 montagnes où se trouvent encore des magnifiques forêts primaires © DR ; 2/ La Côte d’Ivoire avec ses danses, ses masques, ses tisserands Baoulé ou Yacouba, ses rites initiatiques © OT Côte d'Ivoire
La région des dix-huit montagnes

Située à l'ouest de la Côte d'Ivoire, la ville de MAN est surnommée la ville aux 18 montagnes. Chef-lieu de la région du Tonkpi ( qui signifie le sommet ou la montagne haute en langue locale yacouba).


Très caractéristique par sa forme, la fameuse Dent de Man surplombe fièrement toute la ville. Depuis longtemps, Man et sa région sont les porte-drapeaux du tourisme ivoirien. La région abrite notamment les fameux ponts de lianes construits selon la légende en une nuit et de nombreuses cascades rafraichissantes.


La culture

Une soixantaine d’ethnies vit en harmonie et partage souvent des liens étroits.

La Côte d’Ivoire avec ses danses, ses masques, ses tisserands Baoulé ou Yacouba, ses rites initiatiques, l’Abissa de N’Zima Kôtôkô de Grand-Bassam, le Popo carnaval de Bonoua, le Goly de Bomizambo ou le Pôrô Sénoufo offre au visiteur un véritable patchwork culturel.

Manger du garba dans les maquis ou dans les restaurants des grands hôtels  est le plat populaire ivoirien, le garba a su s’imposer dans l’identité gastronomique ivoirienne.  © DR
Manger du garba dans les maquis ou dans les restaurants des grands hôtels est le plat populaire ivoirien, le garba a su s’imposer dans l’identité gastronomique ivoirienne. © DR
La gastronomie

Manger du garba: plat populaire ivoirien, le garba a su s’imposer dans l’identité gastronomique ivoirienne.

Composé d’un morceau de thon pané et de semoule de manioc (l’Attiéké), le garba est l’un des plats les plus consommés en Côte d’Ivoire.



 

Composé d’un morceau de thon pané et de semoule de manioc (l’Attiéké), le garba est l’un des plats les plus consommés en Côte d’Ivoire.  © DR
Composé d’un morceau de thon pané et de semoule de manioc (l’Attiéké), le garba est l’un des plats les plus consommés en Côte d’Ivoire. © DR
Découvrez un avant-goût de voyage en Côte-d'Ivoire, avec la recette  du garba, facile à exécuter  et à déguster entre amis (es) ou en famille.

Temps de préparation : 15 minutes
Temps de cuisson : 15 minutes

Ingrédients (pour 2 personnes) ,1 tranche de thon frais de 300 g environ, 1 boule d’attieké (couscous de manioc, que l'on trouve facilement dans les épiceries exotiques) ,1 petit  oignon,  1 piment africain (facultatif) , 1 petit cube maggi pour salade (1/2 pour bouillon), huile pour la friture, sel et poivre.1 grosse poignée de farine.
Préparation de la recette :
Hacher le piment et réserver. Si vous n’êtes pas habitué au piment frais, attention au piment africain: il brûle! Emincer l’oignon et réserver.
Emietter grossièrement l’attieké dans un panier vapeur, afin de le réhydrater. Il se prépare comme le couscous
Saler, poivrer, fariner le thon et le faire frire, cinq minutes sur chaque face, dans de l’huile bien chaude.
Dresser une grande assiette (ou 2 si vous préférez manger à l’européenne):
répartir l’attieké, l’arroser de 3-4 cuillères d’huile de friture, émietter le cube maggi sur toute la surface du plat, et bien mélanger avec la main.
Répartir par-dessus l’oignon. Poser le poisson frit dessus. Proposer le piment à part. C’est encore meilleur avec les doigts! Bon appétit !




 

Photos 1/2/4/ Première capitale de la Côte d’Ivoire (1893-1900), Grand-Bassam est classée depuis 2012 au patrimoine mondial de l’UNESCO.© OT Côte d'Ivoire; Photo 3/ Abidjan, ville cosmopolite composée de quartiers contrastés, est construite autour de la lagune Ebrié..© DR
Photos 1/2/4/ Première capitale de la Côte d’Ivoire (1893-1900), Grand-Bassam est classée depuis 2012 au patrimoine mondial de l’UNESCO.© OT Côte d'Ivoire; Photo 3/ Abidjan, ville cosmopolite composée de quartiers contrastés, est construite autour de la lagune Ebrié..© DR
La ville historique de Grand-Bassam

Première capitale de la Côte d’Ivoire (1893-1900), Grand-Bassam est classée depuis 2012 au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Son quartier historique à l’architecture coloniale, situé entre mer et lagune, ses restaurants, ses complexes hôteliers en bordure de mer, sa proximité avec la mégapole d’Abidjan à l’Ouest et les plages d’Assinie un peu plus à l’Est, constituent des atouts incontestables.

Abidjan

Abidjan, ville cosmopolite composée de quartiers contrastés, est construite autour de la lagune Ebrié.

Surnommée "le Paris de l'Afrique Occidentale", elle compte de nombreux Français mais aussi des ressortissants des pays voisins. Ville tentaculaire, parfois marquée par la violence, elle offre avec les gratte-ciel du Plateau, le marché de Treichville, la cathédrale Saint-Paul, le parc du Banco et ses chaudes nuits de Yopougon  un mélange de modernisme et de tradition.
 

Akwaba, bienvenue en Côte d'Ivoire. © DR
Akwaba, bienvenue en Côte d'Ivoire. © DR
Plus d'infos

Site de l’office de tourisme de Côte d’Ivoire 
www.cotedivoiretourisme.ci


Voyager en avion :

Air France

Air Côte d'Ivoire





AKWABA

« Salut Ô terre d’espérance! Pays de l’hospitalité ». Ainsi commence l’hymne national de la Côte d’Ivoire. En Côte d’Ivoire "AKWABA" est synonyme d'hospitalité, de sourire et de bienvenue. Au fil des années, la Côte d'Ivoire est devenue un véritable melting-pot africain et mondial ou se retrouvent tous les continents.

 

La sculpture des masques est l'un des arts majeurs des artistes ivoiriens.  © DR
La sculpture des masques est l'un des arts majeurs des artistes ivoiriens. © DR


19/11/2015
Kim Frossard, David Raynal, Yann Menguy






1.Posté par Crystal Stafford le 12/08/2016 16:10
Bonjour, je voudrait loger dans les bungalows sur pilotis dans Monogaga. Pouvez-vous me dire le nom de l'hotel?

Merci!

Nouveau commentaire :
Twitter