Reportage

Colmar, d’œuvres d’art en colombages

Des merveilles se cachent dans les musées et les églises, derrière les murs aux façades pastel. Polyptique de Grünewald, peintures de Hansi, sculptures de Bartholdi… Vous les découvrez au hasard des rues en vous immergeant dans la beauté de cette ville joyeuse et singulière.

Catherine Gary



Colmar, la petite Venise, située entre collines du Haut-Rhin et contreforts des Vosges, attire des milliers de visiteurs chaque année.  © C.Gary
Colmar, la petite Venise, située entre collines du Haut-Rhin et contreforts des Vosges, attire des milliers de visiteurs chaque année. © C.Gary


De gauche à droite : Dans la rue des Marchands, sans doute la plus pittoresque. Ne pas manquer l’oriel de la maison Pfister dont la galerie en bois garde encore trace de scènes bibliques anciennes  © O.T. Alsace; Sur la place de la cathédrale, la loggia Renaissance de l’ancien corps de Garde.  © O.T. Alsace
De gauche à droite : Dans la rue des Marchands, sans doute la plus pittoresque. Ne pas manquer l’oriel de la maison Pfister dont la galerie en bois garde encore trace de scènes bibliques anciennes © O.T. Alsace; Sur la place de la cathédrale, la loggia Renaissance de l’ancien corps de Garde. © O.T. Alsace
On flâne avec bonheur entre canaux et colombages…
 
Entre collines du Haut-Rhin et contreforts des Vosges, la beauté de l’ancienne ville impériale attire des milliers de visiteurs chaque année.

Son patrimoine s’affirme dès la suzeraineté de Frédéric II, en même temps que l’installation sur place les Franciscains et les Dominicains. XVè et XVIè siècles sont des âges d’or pour la ville aux prestigieux bâtiments. Ils reflètent la prospérité commerciale et agricole de toute la région. Pourtant l’histoire ne sera jamais simple avec les encombrants voisins que sont les Allemands qui disputent Colmar à la France jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale. Il faudra attendre les années 1945 pour qu’elle retrouve son calme et son charme unique. Quelques rues suffisent pour se faire une idée des lieux, de préférence en juin ou en septembre après l’afflux massif des touristes…Dans la rue des Têtes, la Maison du même nom devenu hôtel sélect affiche une façade Renaissance ornée de cent figures grimaçantes et où qu’on se balade, innombrables sont les façades à pans de bois et les bonnes surprises qui s’offrent aux curieux.  Comme dans cette rue des Marchands, sans doute la plus pittoresque. Ne pas manquer l’oriel de la maison Pfister dont la galerie en bois garde encore trace de scènes bibliques anciennes. Sur la place de la cathédrale, on admire aussi la loggia Renaissance de l’ancien corps de Garde. Le dédale des ruelles à encorbellements mène à la Petite Venise et ses maisons pastel aux balcons fleuris. On y déjeune en terrasse et en bord de rivière... Alors n’hésitez pas, embarquez-vous dans l’un des canots pour une heure magique sur l’eau, sous la voûte des ponts et des arbres en tonnelle.

Depuis la réouverture récente du musée Unterlinden à redécouvrir  parmi les innombrables oeuvres  L'annonciation. Retable d'Issenheim  © C.Gary
Depuis la réouverture récente du musée Unterlinden à redécouvrir parmi les innombrables oeuvres L'annonciation. Retable d'Issenheim © C.Gary

 

De gauche à droite : Le Musée d'Unterlinden. © C.Gary ; La Vierge au Buisson de roses  © C.Gary  ; Au musée d'Unterlinden  © C.Gary
De gauche à droite : Le Musée d'Unterlinden. © C.Gary ; La Vierge au Buisson de roses © C.Gary ; Au musée d'Unterlinden © C.Gary
L’art sacré
 
C’est vers lui qu’on accoure depuis la réouverture récente du musée Unterlinden. Le retable d’Issenheim, le polyptique de Grünewald est désormais visible à nouveau et c’est un indispensable dès votre arrivée en ville !

Ce chef d’œuvre internationalement admiré fut dérobé aux yeux durant les années nécessaires aux réhabilitation et agrandissement du musée. Le voilà qui trône à nouveau dans la chapelle gothique de l’ancien monastère des Dominicains édifié en 1230, un des plus importants ensembles monastiques de l’époque et haut lieu de la mystique rhénane. Ce retable exceptionnel offre en plusieurs grands volets une vision particulièrement expressive de la Crucifixion ainsi qu’une fascinante image de la nativité et de la tentation de Saint Antoine. Réalisé pour le maître-autel de la commanderie des Antonins d’Issenheim, dépendant alors de l’ordre hospitalier des Antonins, il s’adresse à l’époque aux malades soignés sur place pour le “mal des ardents“ qui causait alors convulsions et gangrènes. Deux ans de travaux pour exposer enfin l’intégralité des œuvres dans les meilleures conditions. En doublant les surfaces d’exposition par l’ajout d’un nouveau bâtiment signé Herzog et de Meuron. Et ce n’est pas tout : l’ensemble des collections s’échelonne du gothique international à l’art le plus contemporain. Autre merveille aux Dominicains. La Vierge au Buisson de roses, attribué à Martin Schongauer et peint en 1473. Ce chef d’œuvre d’inspiration flamande placé dans le chœur représente une Vierge à l’enfant sur fond de jardin de fleurs et d’oiseaux, surmontée de deux anges portant couronne…

Musée Hansi. Hansi fait la fierté de la ville dont il a su illustrer avec bonheur les us et coutumes, imprégnant un peu partout son esprit joyeux et amical.  © C.Gary
Musée Hansi. Hansi fait la fierté de la ville dont il a su illustrer avec bonheur les us et coutumes, imprégnant un peu partout son esprit joyeux et amical. © C.Gary

De gauche à droite : Une oeuvre de Bartholdi, né en 1904, est lui aussi enfant du pays.  © C.Gary ; Enseigne de Hansi.  © C.Gary
De gauche à droite : Une oeuvre de Bartholdi, né en 1904, est lui aussi enfant du pays. © C.Gary ; Enseigne de Hansi. © C.Gary
Hansi le peintre, Bartholdi le sculpteur, deux natifs de Colmar

Hansi fait la fierté de la ville dont il a su illustrer avec bonheur les us et coutumes, imprégnant un peu partout son esprit joyeux et amical.

Qui ne connaît ses petits personnages maintes fois reproduits sur les assiettes ou les tabliers… Un musée dédié permet de comprendre un peu mieux cet artiste local discret qui mit ses talents de dessinateur au service de la lutte anti germanique durant la Seconde guerre mondiale.  Un moment conservateur du musée Unterlinden, il illustra de nombreux livres et peignit les paysages sereins de sa région. En balade, levez les yeux et vous reconnaîtrez sa marque sur les enseignes en fer forgé représentant les métiers traditionnels de Colmar.

Bartholdi, né en 1904, est lui aussi enfant du pays. C’est à lui qu’on doit la grandiose Statue de la Liberté qui accueille les paquebots à l’arrivée du port de New York.


Une œuvre conçue dans son atelier parisien de la rue Vavin. S’il quitta enfant sa ville natale, celle-ci garde dans ses cours et ruelles une douzaine de sculptures comme la statue de Martin Schongauer celle du Tonnelier alsacien perchée au sommet du pignon de la Maison des Têtes ou le groupe en bronze intitulé Les grands soutiens du monde, allégories de la justice, du patriotisme et du travail, à l’entrée de sa maison natale devenue musée.

Eglise paroissiale Kayserberg   © OT Kayserberg
Eglise paroissiale Kayserberg © OT Kayserberg

De gauche à droite : Dégustation Domaine Pierre Adam  © C.Gary ; Musée Albert Schweitzer  ©  OT Kayserberg
De gauche à droite : Dégustation Domaine Pierre Adam © C.Gary ; Musée Albert Schweitzer © OT Kayserberg
Initiation aux grands crus d’Alsace en vallée de Kayserberg
 
A deux pas de Colmar, la plus grande concentration de Grands Crus mûrit dans le terroir d’Alsace. Certains vignerons s’y sont constitués en Parenthèse Vigneronne et proposent aux connaisseurs des dégustations originales. Accords Chocolat et Grands crus, biodynamie, art de la vinification, histoires à boire, terroirs de Grands Crus, vins et fromages et même Qi Gong dans les vignes ! Nous avons testé une belle initiation à la dégustation à Ammerschwihr, au Domaine Pierre Adam. En observant les robes ambrées ou dorées, la transparence, les larmes des vins avant, en humer les arômes, en définir l’amertume, le sucre ou l’acidité.
     
Un moment délicieux complété par la visite de Kayserberg, un gros village de carte postale qui retrouve enfin une partie de son calme en septembre. Encore une belle balade le long des ruelles colorées de façades à pans de bois. Dans ce village est né en 1875 le grand Albert Schweitzer. Le musée émouvant qui lui est consacré a collecté de nombreux  souvenirs permettant de faire revivre l’univers de ce Prix Nobel de la Paix qui consacra sa vie aux soins de malades à Lambaréné au Gabon. Ne pas oublier l’église paroissiale et l’exceptionnel retable de Jean Bongartz (1518) à l’arrière d’un calvaire monumental en bois sculpté  sous lequel vous passez.
 

Kayserberg, un gros village de carte postale qui retrouve enfin une partie de son calme en septembre. Dans ce village est né en 1875 le grand Albert Schweitzer.  © OT Kayserberg
Kayserberg, un gros village de carte postale qui retrouve enfin une partie de son calme en septembre. Dans ce village est né en 1875 le grand Albert Schweitzer. © OT Kayserberg

Le centre ville de Colmar  © C.Gary  ;  L'Allumeur de Jean Hélion (1944)Musée Unterlinden  © C.Gary
Le centre ville de Colmar © C.Gary ; L'Allumeur de Jean Hélion (1944)Musée Unterlinden © C.Gary
Plus d'infos


Se renseigner

Office de Tourisme de Colmar :

www.tourisme-colmar.com



Visiter

Musée Unterlinden :

www.musee-unterlinden.com
Musée Hansi :
www.hansi.fr/
Musée Bartholdi :
www.musee-bartholdi.fr

 

1/ Enseigne Restaurant Maison des Têtes, brasserie jouxtant l'Hôtel du même nom  © Maison des Têtes ; 2/ Façade de l'hôtel Quatorze  © Hôtel Quatorze ; Vitrine de la célèbre pâtisserie Gilg.  © Pâtisserie Gilg
1/ Enseigne Restaurant Maison des Têtes, brasserie jouxtant l'Hôtel du même nom © Maison des Têtes ; 2/ Façade de l'hôtel Quatorze © Hôtel Quatorze ; Vitrine de la célèbre pâtisserie Gilg. © Pâtisserie Gilg
Dormir

Maison des Têtes.
Un hôtel d’exception récemment rénové qui conserve sa vieille brasserie à côté d’un restaurant design gastronomique.

www.la-maison-des-tetes.com
Hôtel Quatorze.
Dans une rue calme, hôtel boutique de qualité

www.hotelquatorze.com

Se régaler

L’un des sens.
Un caviste et bar à vin informel et sympa avec possibilité de manger en terrasse.

www.lun-des-sens.alsace
Pâtisserie Gild.
C’est l’adresse la plus réputée pour la finesse de ses gâteaux et de ses chocolats !

www.patisserie-gilg.com
Fromagerie St Nicolas.
Encore une très belle adresse avec un vaste assortiment de fromages et toute une vitrine de chèvres.

www.fromagerie-st-nicolas.com
Maison alsacienne de biscuiterie.
Tous les petits biscuits particulièrement appréciés à Noël.

www.maison-alsacienne-biscuiterie.com
 


06/09/2016
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter