Culture

Exposition : " 1925, Quand l’Art déco séduit le monde "

La Cité de l’Architecture & du Patrimoine présente la première grande rétrospective française consacrée à l’Art déco, dans une conception interdisciplinaire qui s’inspire de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels de 1925. L’événement eut alors un retentissement international et cette exposition célèbre cet art encore emblématique aujourd’hui.

Par Catherine Gary



Au début des années 20, la paix retrouvée, l’intense appétit de vivre et d’oublier les années terribles se trouve renforcé par une prospérité économique galopante. L’aviation et l’automobile prennent leur envol, facilitant les moyens de communication. Il faut être “moderne“, avancer à toute allure ! Par ailleurs, la reconstruction bat son plein. Une urgence  après les ravages dans les villes et les villages du nord et de l’est du pays. Les architectes, maîtres d’œuvre des nouveaux équipements, bâtiments publics et habitations, travaillent en étroite collaboration avec les différents métiers d’art : maîtres verriers, ferronniers, fresquistes, sculpteurs, peintres et décorateurs… Jamais sans doute l’esprit d’équipe n’a été aussi fécond pour concevoir et réaliser une nouvelle esthétique répondant à ces besoins.

Un art misant désormais sur l'élégance des formes et la simplification des lignes succède à l'Art nouveau. (© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
Un art misant désormais sur l'élégance des formes et la simplification des lignes succède à l'Art nouveau. (© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
Si l’Art nouveau a imprégné de ses ravissantes courbes et motifs floraux entrelacés la Belle époque, il s’agit désormais d’un temps révolu.

Un art misant désormais sur l’élégance des formes et la simplification des lignes lui succède. On l’appellera Art déco bien plus tard, en 1960, en constatant la cohérence de l’ensemble de ses expressions. Les fleurs sont stylisées et même géométrisées. Les roses deviennent spirales, les lotus triangles… Une épure qui n’exclut pas pour autant la richesse des matériaux, surtout quand il s’agit de commandes de luxe. Et elles sont nombreuses ! Comme celles pour les paquebots, ces ambassadeurs français de l’Art déco à l’étranger. Le Normandie en particulier va éblouir le monde par la richesse de ses aménagements : sa salle à manger aux lampadaires géants de Lalique est plus grande que la Galerie des glaces de Versailles,  son bar fumoir est orné de panneaux en laque doré…

La Cité de l’Architecture & du Patrimoine présente la première grande rétrospective française consacrée à l’Art déco, les propositions des pavillons consacrés aux Grands magasins du Bon Marché, du Printemps, du Louvre, des Galeries Lafayette témoignent de cette esthétique simplifiée à travers des créations interdisciplinaires : décoration, mobilier, verrerie, œuvres d’art....(© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
La Cité de l’Architecture & du Patrimoine présente la première grande rétrospective française consacrée à l’Art déco, les propositions des pavillons consacrés aux Grands magasins du Bon Marché, du Printemps, du Louvre, des Galeries Lafayette témoignent de cette esthétique simplifiée à travers des créations interdisciplinaires : décoration, mobilier, verrerie, œuvres d’art....(© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
Le long des différentes salles de la Cité de l’Architecture & du Patrimoine, les réalisations des architectes pour la grande exposition de 1925 reçoivent un accueil immédiat.




Les propositions des pavillons consacrés aux Grands magasins du Bon Marché, du Printemps, du Louvre, des Galeries Lafayette témoignent de cette esthétique simplifiée à travers des créations interdisciplinaires : décoration, mobilier, verrerie, œuvres d’art....


Elle s’exprime aussi dans le projet de la Manufacture de Sèvres et inspire les devantures de boutiques, de magasins, de cinémas, de piscines dont les bandeaux lumineux attirent les passants.


Sans parler des casinos, des dancings, des salles de spectacle. Un peu partout en France le succès est assuré.

L’ exposition montre également des réalisations majeures à Tokyo, dans l’Indochine de l’époque, à Belgrade le “petit Paris“ d’alors, en Tunisie et Algérie…(© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
L’ exposition montre également des réalisations majeures à Tokyo, dans l’Indochine de l’époque, à Belgrade le “petit Paris“ d’alors, en Tunisie et Algérie…(© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
L’exposition de 1925 attire un public international et son influence ne tarde pas à se faire sentir à l’étranger.

A Rio, Paul Landowski à l’honneur de dessiner l’emblématique Christ stylisé qui domine la baie. Joseph Gire y construit le premier gratte-ciel. Autre réalisation majeure, celle des portes somptueuses du Rockefeller Center à New York sur le 5è Avenue ! A Shanghai l’époque est prospère et plus de soixante réalisations de style Art déco sont commandées à l’agence de Paul Veysseyre et Alexandre Léonard. L’exposition montre également des réalisations majeures à Tokyo, dans l’Indochine de l’époque, à Belgrade le “petit Paris“ d’alors, en Tunisie et Algérie…

Les femmes sont sur tous les fronts : science, sport, peinture et sculpture. Beaucoup se coupent les cheveux et lancent la mode à la “garçonne“. (Portrait de Suzy Solidor peint par Tamara de Lempicka); Les femmes libèrent leur silhouette du carcan des corsets. (© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
Les femmes sont sur tous les fronts : science, sport, peinture et sculpture. Beaucoup se coupent les cheveux et lancent la mode à la “garçonne“. (Portrait de Suzy Solidor peint par Tamara de Lempicka); Les femmes libèrent leur silhouette du carcan des corsets. (© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
La mode, elle aussi, accompagne ces tendances nouvelles.Durant les longues années de l’effort de guerre les femmes ont gagné en liberté.

Elles se sont débrouillées seules pour remplacer leur mari dans la direction d’entreprise, sont devenues ouvrières, infirmières… et entament maintenant des études supérieures.
Elles s’aventurent aussi dans les domaines traditionnellement réservés aux hommes telle le peintre Tamara de Lempicka toujours très appréciée aujourd’hui, ou Hélène Boucher l’aviatrice, Suzanne Lenglen la première star internationale du tennis.Les femmes sont sur tous les fronts : science, sport, peinture et sculpture. Beaucoup se coupent les cheveux et lancent la mode à la “garçonne“.

Paris devient une fête perpétuelle célébrée par Hemingway ou Fitzgerald version Gatsby et les Années folles  battent leur plein dans un délire de soirées mondaines orchestrées, entre autres, par le grand couturier Paul Poiret ! Lui et Jean Patou, qui aussi parfumeur, habillent les privilégiées en libérant leur silhouette du carcan des corsets, leur préférant des lignes souples et fluides. Une nouvelle ère commence !
 

Plus d'infos

Affiche de l' Exposition, " 1925, Quand l’Art Déco séduit le monde" Jusqu’au 3 mars 2014 au Palais de Chaillot, Paris  (© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
Affiche de l' Exposition, " 1925, Quand l’Art Déco séduit le monde" Jusqu’au 3 mars 2014 au Palais de Chaillot, Paris (© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
Exposition 1925, Quand l’Art Déco séduit le monde
Jusqu’au 3 mars 2014
Palais de Chaillot, Paris

Ateliers pour les enfants :
“Art déco - Grandir en 1925“ propose, dans le parcours de l’exposition, un espace destiné aux familles et au jeune public avec des livres et des jeux inspirés par cette époque : géométrie, équilibre, composition, rythme, couleur et ordre. Des ateliers et des stages sont organisés pendant les vacances scolaires.
Entrée : 9 euros, tarif réduit : 6 euros

Informations :
www.citechaillot.fr
 

L’exposition montre également des réalisations majeures à Tokyo, dans l’Indochine de l’époque, à Belgrade le “petit Paris“ d’alors, en Tunisie et Algérie… (© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)
L’exposition montre également des réalisations majeures à Tokyo, dans l’Indochine de l’époque, à Belgrade le “petit Paris“ d’alors, en Tunisie et Algérie… (© CAPA/Gaston Bergeret, 2013)


30/01/2014
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 4 Juillet 2017 - 15:55 Fernand Léger et Le Corbusier réunis à Metz