Reportage

Istrie, une Croatie aux airs d’Italie !

Longtemps convoitée par Venise, la péninsule coiffe le nord de la côte dalmate de ses villages à l’italienne. Elle vous réserve la surprise de ses terres rouges où les vignes et les oliviers grimpent à l’assaut des collines et glissent en douceur vers l’Adriatique et ses criques qui égrènent leurs merveilles encore paisibles.

Par Catherine Gary



Opatija, la Nice de l’Adriatique, garde quelques beaux restes des fastes d’antan marqués par l’Italie et l’Empire Austro-Hongrois. ( Crédit photo O.T. Ostrie)
Opatija, la Nice de l’Adriatique, garde quelques beaux restes des fastes d’antan marqués par l’Italie et l’Empire Austro-Hongrois. ( Crédit photo O.T. Ostrie)
Si vous venez de Zagreb par la route, arrêtez-vous à Opatjia le temps d’une immersion dans l’ambiance rétro de ce petit Nice de l’Adriatique, une station balnéaire huppée où les Anglais et les princes d’Europe centrale venaient au siècle passé se prélasser dans la douceur du climat et les fastes des palais, des villas, des manoirs perchés sur le camaïeu de la grande bleue.

La promenade du Prince Joseph longe la côte sur 13 km agrémentée de palmiers, cyprès, bougainvilliers, lauriers-roses, un enchantement de couleurs au printemps face à la mer... Traversez ensuite le tunnel sans fin qui quitte les terres continentales et vous voilà sous le ciel d’Istrie, à quelques encablures de Trieste où Romains, Byzantins, Slaves, Vénitiens, Autrichiens et même Napoléon se sont succédé pour occuper la place stratégique de cette péninsule entre Europe centrale et Méditerranée.
 

Pula, la belle Romaine

Les Romains puis les Vénitiens ont laissé à Pula des traces de leur passage: l’amphithéâtre, le Temple d’Auguste et plus tard, des palais inspirés de la Sérénissime.( Crédit photos Catherine Gary)
Les Romains puis les Vénitiens ont laissé à Pula des traces de leur passage: l’amphithéâtre, le Temple d’Auguste et plus tard, des palais inspirés de la Sérénissime.( Crédit photos Catherine Gary)
Les paysages de l’intérieur vous découvrent une terre d’un rouge profond où depuis toujours prospèrent la vigne et l’olivier entre murets de pierre sèche et forêts de chênes verts.

Ici et là les villages se sont serrés au sommet des collines dont l’un des plus beaux, Labin  aux murs fortifiés et façades colorées. La vocation maritime de Pula, port providentiel sur l’Adriatique dès le deuxième siècle avant notre ère, en fait la plus romaine des villes d’Istrie. A l’époque, Auguste entreprend la construction de l’amphithéâtre, sixième du monde par ses dimensions et exemple majeur de l’art de vivre et de bâtir des conquérants d’alors. Avec ses soixante-douze arcs et ses quatre tours où de vastes toiles protectrices étaient tendues, il accueillait 20 000 spectateurs aux combats de gladiateurs... On pénètre dans la ville par la Porte d’Or, même époque, pour une balade de charme dans le lacis des ruelles jusqu’au forum, le cœur de la cité. Un palais vénitien du XIIIè siècle, aujourd’hui hôtel de ville, rappelle l’arrivée de la Sérénissime dans ces  lieux et adoucit quelques siècles plus tard les lignes verticales du temple d’Auguste, parfaitement conservé à ses côtés et ressemblant étrangement à la Maison carrée de Nîmes. Dans cette ambiance, on s’assied en terrasse pour déguster une glace italienne sans être surpris d’entendre cette langue parlée et écrite un peu partout, jusqu’aux menus des restaurants qui affichent de longs menus de pâtes...
 

Porec au temps de Byzance

: Posée sur sa presqu’île Porec attire les plaisanciers, les gourmands et les esthètes avec sa  basilique euphrasienne classée par l’Unesco, ses palais gothiques et ses savoureux produits locaux (Crédit photos Catherine Gary).
: Posée sur sa presqu’île Porec attire les plaisanciers, les gourmands et les esthètes avec sa basilique euphrasienne classée par l’Unesco, ses palais gothiques et ses savoureux produits locaux (Crédit photos Catherine Gary).
Sagement posée sur sa presqu’île, Porec est l’une des haltes favorites des touristes qui s’aventurent vers l’Istrie, en bateau ou par la route, toujours excellente. Farniente et culture font ici bon ménage entre plages de sable avec baignades et découverte du patrimoine exceptionnel de cette ville d’influence vénitienne.

Pour s’en convaincre, il suffit de deux heures de traversée pour une journée à Venise, ses palais, son Grand Canal et au retour, l’illusion est presque parfaite. Le matin, au marché sous la halle, les étals regorgent de piments rouges, de poivrons, de champignons à l’automne, de miel, de poissons et crustacés à deux pas du port. Mais le chef d’œuvre ici, c’est la basilique inscrite au Patrimoine mondial. Construite en 540 par l’évêque Euphrase, son style paléochrétien et les mosaïques sur fond d’or de son abside sont à la hauteur de la foi des Chrétiens qui surent, dès le troisième siècle de notre ère, résister aux persécutions de Dioclétien. On y pénètre par le baptistère, premier rite introductif, on traverse ensuite l’atrium aux colonnes coiffées de chapiteaux venus de Byzance et on pénètre enfin dans le saint des saints, l’abside byzantine où trône le Christ entouré des douze apôtres... Un éblouissement.
 

Un haut campanile signale Rovinj...

Il faut arriver à Rovinj par la mer pour admirer le village grimpant vers sa cathédrale. Porte d’Or, maisons aux façades rouges ou terre de Sienne, cathédrale Sainte-Euphémie. Crédit photos Catherine Gary)
Il faut arriver à Rovinj par la mer pour admirer le village grimpant vers sa cathédrale. Porte d’Or, maisons aux façades rouges ou terre de Sienne, cathédrale Sainte-Euphémie. Crédit photos Catherine Gary)
Longer ensuite la côte rocailleuse aux eaux cristallines est un plaisir qu’il faut s’offrir pour apprécier au mieux les petits ports de caractère, avec, à l’arrière, les collines boisées, les fleurs et les cyprès.

C’est aussi la seule façon de s’aventurer dans le fjord de Lim, neuf kilomètres qui se faufilent dans les terres couvertes d’une végétation endémique et où prospèrent les bassins de pisciculture, l’eau étant particulièrement limpide. A bord, un succulent repas de poissons vous est souvent proposé : daurades grillées fraîchement pêchées, calamars frits, petits anchois et harengs à la crème. Un régal accompagné d’un malvazija, le vin blanc sec du cru. A quelques encablures vers le sud, l’arrivée sur Rovinj est l’un des grands plaisirs de cette balade en mer. Le moment est venu d’accoster pour découvrir, à pied sur les pavés en escalade, ce village haut perché aux maisons ocre, rouges, jaunes dominées par un campanile... à l’italienne, le second en hauteur après celui de Venise. L’histoire des lieux, ici encore, n’est pas de tout repos. Rovinj a vu passer les Huns, les Byzantins et c’est la Sérénissime qui l’a protégée des pirates, n’hésitant pas à se servir aussi des pierres des murailles pour ériger certains de ses monuments. On grimpe à l’aventure le long des étroites ruelles aux échoppes prospères et, tous les chemins menant à la cathédrale Sainte Euphémie, on émerge sur l’esplanade pour une vue superbe sur les toits, l’île Sainte-Catherine et les îlots voisins. En contrebas, on termine par la balade panoramique qui contourne la ville avant de se poser pour un verre sur le port où sont amarrés les bateaux de plaisance...
 

Plus d'infos

Opatjia,une station balnéaire huppée où les Anglais et les princes d’Europe centrale venaient au siècle passé se prélasser dans la douceur du climat et les fastes des palais, des villas, des manoirs perchés sur le camaïeu de la grande bleue. (Crédit photo O.T. Istrie)
Opatjia,une station balnéaire huppée où les Anglais et les princes d’Europe centrale venaient au siècle passé se prélasser dans la douceur du climat et les fastes des palais, des villas, des manoirs perchés sur le camaïeu de la grande bleue. (Crédit photo O.T. Istrie)
Se renseigner :

Office national croate de Tourisme
48, avenue Victor Huge. 75015 Paris
Tél. : 01 45 00 99 55
www.croatie.fr




Découvrir l’Istrie avec Visit Europe



Ce spécialiste de la destination depuis de nombreuses années propose deux circuits en Istrie ainsi que de nombreuses  excursions en journée ou demi-journée, des randonnées, des offres à la carte et des programmes aériens avec vols spéciaux au départ de toute la France. Il propose également des séjours à Porec et Rabac en partenariat avec la chaîne d’hôtels Valamar, 2 à 4 étoiles, et plusieurs types de pension sur place.VisitEurope est référencé auprès des réseaux d’agences de voyages.
www.visiteurope.fr
 
 
 

Si vous venez de Zagreb par la route, arrêtez-vous à Opatjia le temps d’une immersion dans l’ambiance rétro de ce petit Nice de l’Adriatique; (Crédit photo O.T. Istrie)
Si vous venez de Zagreb par la route, arrêtez-vous à Opatjia le temps d’une immersion dans l’ambiance rétro de ce petit Nice de l’Adriatique; (Crédit photo O.T. Istrie)


09/11/2014
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Juillet 2017 - 19:23 Gien la discrète se découvre au fil de l’eau