Tendances

La photoréjuvénation, lumière pulsée qui embellit les femmes

On la dit ennemie de la peau, cause de vieillissement prématuré, origine de mélanomes… La lumière est pourtant au cœur d’applications médicales parfaitement maîtrisées dont certaines ont un effet constaté sur le rajeunissement de la peau. Ghislaine Beilin, médecin esthétique, nous en livre les secrets.

Par Catherine Gary



Médecin esthétique Ghislaine Beilin
Médecin esthétique Ghislaine Beilin
A voir cette belle femme à la blondeur nordique et au visage éclatant on comprend tout de suite que la lumière est son alliée. Ghislaine Beilin s’est, depuis 30 ans, spécialisée dans l’application de lumière domestiquée avec visée esthétique.
Une technique qui a l’estimable avantage de ne pas être invasive et de se pratiquer sans piqûres ni bistouri.

Sans aller jusque-là, on avait aussi recours au laser dans les années 90, pour améliorer la qualité de l’épiderme.
Une méthode efficace mais assez douloureuse consistant à brûler la peau du patient - qui se retrouvait donc le visage à vif, avec une mise à l’écart de la vie sociale jusqu’à cicatrisation…« Les nouvelles technologies ont permis le développement de lasers doux pour traiter l’acné, les taches, la couperose, pour effacer les rides et prévenir le vieillissement » explique-t-elle.

 La photoréjuvénation, lumière pulsée qui embellit les femmes

Qu’est-ce que donc que la lumière pulsée ?

« Le système d’émission est une lampe flash qui délivre une lumière polychromatique. Les rayonnements qui nous intéressent sont sélectionnés selon leur couleur de lumière pour leurs propriétés spécifiques. » Chaque couleur que contient le spectre a en effet une bande de longueur d’onde qui lui est propre et qui va agir de façon différente sur la peau. La lumière bleue agit sur la bactérie responsable de l’acné. La lumière jaune stimule le collagène et supprime les taches et les lésions pigmentaires. La verte réduit la couperose et les varicosités en coagulant les vaisseaux. La rouge, qui pénètre plus profondément, retend la peau et diminue la cellulite… On choisit donc l’émission de couleur selon le problème rencontré.

 La photoréjuvénation, lumière pulsée qui embellit les femmes
Une technique sans douleur et sans injections

Pour commencer, Ghislaine Beilin fait le diagnostic de la peau du patient afin de définir le réglage de l’appareil et le traitement qui convient. « La lampe flash est constituée d’un bloc central générateur de lumière pulsée de toutes les longueurs d’onde lumineuses. Les modules périphériques branchés sur l’appareil permettent de choisir la lumière et de l’appliquer sur la peau, zone par zone, au moyen d’une sorte de pistolet, après application d’un gel conducteur. La puissance, le temps d’application et la répétition des spots sont définis en fonction de la couleur de la peau, de sa texture et de la zone à traiter ». Les yeux sont protégés et la séance se déroule sans désagréments, si ce n’est quelques petits picotements au contact du pistolet. A la sortie, rien n’y paraît. Il faut laisser aux jours suivants les cellules travailler en vue de leur rajeunissement. En général, 3 séances d’une petite heure, espacées d’un mois chacune pour le renouvellement des cellules, suffisent pour apprécier les effets bénéfiques de cette lumière pulsée : la peau retrouve son éclat, les pores sont moins dilatées, la formation de collagène repulpe l’épiderme, les varicosités disparaissent ainsi que les tâches de pigmentation et les poils foncés. Alors, n’oublions jamais « le plaisir qu’apportent les premiers rayons du printemps, le scintillement du soleil sur la neige, la pureté d’un ciel bleu immaculé, l’incandescence d’une flamme dans la cheminée », dit-elle, mais sachons aussi avoir recours, le temps passant, aux avancées scientifiques concernant aussi bien la protection solaire que les différentes technologies laser qui peuvent intervenir aux étapes successives du vieillissement. C’est le propos du livre qu’elle vient de publier.

Ghislaine Beilin, initiatrice du Comité de défense de la médecine esthétique

Favorables aux méthodes pouvant éviter la chirurgie dans le traitement de la cellulite, Ghislaine Beilin et les docteurs Debray et Mazer viennent de gagner un premier combat. Ayant déposé une requête auprès du Conseil d’Etat elles ont obtenu la suspension du décret du 11 avril 2011 qui interdisait toutes les techniques de lipolyse : injections, laser, infrarouge, ultra sons… en dehors des actes chirurgicaux de lipoaspiration. Il a été reconnu que les incidents de technique médicale d’injection étaient « imputables à des conditions inadéquates de mise en œuvre » et que les appareils physiques ne présentaient aucun danger pour la santé humaine. Le décret a donc été suspendu le 17 juin 2011. La suite de ce recours en Conseil d’Etat sera l’annulation pure et simple du décret. Le lobby des chirurgiens n’a donc pas eu l’effet escompté et les patients voulant éviter les interventions trop lourdes devraient aujourd’hui être complètement rassurés !

Pour en savoir plus :

Docteur Ghislaine Beilin, Médecine esthétique, anti-âge et laser, consultante en recherche et nouvelles technologies (RD), chargée de cours DIU à l’hôpital Tarnier-Cochin, Paris.
Cabinet : 39, rue de Lisbonne. 75008 Paris
Tél. : 01 42 94 02 43. Mail : gis.beilin@orange.fr

Bien choisir son praticien :
www.medecine-plastique.com
www.medecin-esthetique.fr

Lire :

La Lumière qui rajeunit votre visage
Par le Docteur Ghislaine Beilin, spécialiste en médecine esthétique, anti-âge, laser et lumière.
Anagramme Editions, 130 pages. 14,90 euros





19/09/2011
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter