Reportage

Le Portugal Central et ses trésors classés au Patrimoine mondial

De la Préhistoire au Moyen Age les routes de l’intérieur gardent gravés dans la pierre l’empreinte de la Préhistoire et la splendeur des grands monastères. Luttes contre les Maures, saga des templiers, histoires d’amours contrariés, la région est riche en histoires.

Par Catherine Gary



La vallée de la Côa, au nord du Portugal, est le plus important site d'art rupestre de plein air du Paléolithique supérieur de toute l'Europe.  © www.VisitPortugal
La vallée de la Côa, au nord du Portugal, est le plus important site d'art rupestre de plein air du Paléolithique supérieur de toute l'Europe. © www.VisitPortugal

Certaines visites sont proposées la nuit à la lumière des lampes torches qui font mieux ressortir les reliefs gravés et vous plongent en même temps dans le mystère des origines.  © O.T. Portugal
Certaines visites sont proposées la nuit à la lumière des lampes torches qui font mieux ressortir les reliefs gravés et vous plongent en même temps dans le mystère des origines. © O.T. Portugal
Le plus grand site de gravures rupestres en plein air
 
Dans la nuit des temps du Paléolithique supérieur les terres fertiles longeant les rives de la vallée de Côa furent des lieux d’échanges et de pérégrinations. Tout au long des berges de cet affluent du Douro des centaines de roches gravées à ciel ouvert forment le site rupestre le plus important d’Europe.

A ce titre il a été est inscrit en 1998 au patrimoine mondial par l'Unesco. L’occupation humaine est attestée en ces lieux dès la fin du Magdalénien, 22 000 ans av. J.-C. jusqu’à l’âge du fer, environ 8 000 ans av. J.-C. La beauté des gravures s’affirme dans la maitrise et la légèreté des lignes malgré la dureté de la roche ; des lignes qui utilisent aussi les aspects concaves ou convexes des surfaces pour produire des impressions de relief. Du grand art qui a su résister au temps et à l’érosion sans être à l’intérieur des cavernes comme ailleurs. D’où certaines interrogations sur leur fonction. Servaient-elles d’indications pour les hommes de passage qui se fiaient à l’orientation des têtes d’animaux ?

Il est vivement recommandé de visiter cet endroit fascinant en compagnie d’un guide afin de repérer les pierres les plus intéressantes et découvrir aussi l’état des dernières recherches. Certaines visites sont même proposées la nuit à la lumière des lampes torches qui font mieux ressortir les reliefs gravés et vous plongent en même temps dans le mystère des origines.

Des centaines de pierres et de rochers portent ces 5 000 gravures rupestres représentant les animaux qui se chassaient ici jadis. Equidés, bovinés, cervidés et même rhinocéros laineux. Après la découverte du site en 1981, les Préhistoriens ont lutté contre un projet de barrage qui devait engloutir l’ensemble. En 1995 ce projet est abandonné et en 1998 le site est classé par l’Unesco au Patrimoine mondial. Un musée contemporain a ouvert ses portes pour un parcours passionnant à proximité du site.
 

Tomar Vue de surplomb de l'église   © JMT
Tomar Vue de surplomb de l'église © JMT

 

de gauche à droite :  Couvent du Christ à Tomar   © O.T. Portugal ;Tomar intérieur de la somptueuse rotonde   ©  JMT.
de gauche à droite : Couvent du Christ à Tomar © O.T. Portugal ;Tomar intérieur de la somptueuse rotonde © JMT.
Le Couvent du Christ de Tomar, fief imposant des moines-chevaliers.
 
Du XIè au XIIè siècle les Templiers aident à lutter contre les Maures et reçoivent en échange une fortune en terres, villes, châteaux et monuments religieux, ce qui finit par porter ombrage au pouvoir clérical. Quand le pape Clément V interdit l’ordre, le roi du Portugal Dinis leur attribue un nouveau nom, l’Ordre du Christ, leur conservant ainsi les mêmes richesses et privilèges que leurs prédécesseurs… L’un d’entre eux, Henri le Navigateur, participera plus tard à la découverte du Nouveau Monde.

Mais bien avant, en 1162, c’est le grand maître de ces moines-chevaliers qui fonde le Couvent du Christ à Tomar. Il comprend le château des Templiers et plus tard, le couvent des Chevaliers du Christ, le tout inscrit depuis 1983 au Patrimoine mondial. Bâti sur la colline, cet ensemble remarquable a connu sept siècles d’histoire du Portugal et le défilé des styles architecturaux. Art roman pour commencer, art gothique puis manuélin, un syncrétisme du baroque et de la Renaissance, au moment des grandes découvertes.

Le trésor architectural, la Charola, ressemble de l’extérieur à une épaisse tour médiévale ornée de sculptures étonnantes et de la sphère armillaire, symbole du roi Manuel, utilisée alors par les navigateurs pour calculer le mouvement des étoiles autour de la terre et du soleil. L’intérieur somptueux arbore sur fond d’or peintures et sculptures polychromes qui ornent aussi l’octogone central formant un déambulatoire où sont placés les différents autels. Le tout inspiré de l’église du Saint Sépulcre de Jérusalem.
       
Autour de cette église templière, le couvent s’est construit avec sept cloîtres d’époques différentes, l’infirmerie de l’Ordre, le dortoir, le scriptorium et un dédale de couloirs où l’on se perd avec bonheur pour une immersion dans les différents styles laissés par le passage des siècles. L’ensemble est unique pour sa richesse mais aussi pour trois époques majeures du Portugal inscrites dans la pierre : la fondation en 1140 du Royaume du Portugal, les Grandes découvertes et le style manuélin, l’Empire colonial avec le style Renaissance…

Bathala est sans doute le plus beau monument du Portugal.  © O.T. Portugal
Bathala est sans doute le plus beau monument du Portugal. © O.T. Portugal

les “chapelles imparfaites“ mais impressionnantes par leur volume. Elles furent interrompues à la mort de leur commanditaire, le roi Duarte   © JMT
les “chapelles imparfaites“ mais impressionnantes par leur volume. Elles furent interrompues à la mort de leur commanditaire, le roi Duarte © JMT
Le monastère de Batalha signe une victoire contre l’Espagne
 
L’édification fut décidée en 1385 par le roi Joao 1er à la suite d’une promesse faite à la Vierge en cas de victoire contre le roi de Castille à la bataille décisive d’Aljubarrota. Bathala est sans doute le plus beau monument du Portugal.

Plus tardif que Tomar il reflète à merveille les splendeurs du Manuélin dans un style gothique tardif hétérogène orné d’un foisonnement de décors de pierre. L’époque est riche de ses colonies nouvelles et les emblèmes de la navigation, cordages, sphères, reflètent l’enthousiasme du peuple. On pénètre dans le monastère par le grand portail orné des statues des apôtres qui mènent au Christ avec, dans les archivoltes, vierges, martyres, prophètes et rois de Juda. La nef centrale dans la verticalité de ses 32 mètres attire le regard vers le haut dans un élan spirituel.

Ne pas manquer la chapelle où reposent le roi Joao1er en armure à côté de son épouse Philippa de Lancastre. Première réalisation au Portugal d’un tombeau conjugal, tous deux se tiennent par la main dans un geste émouvant. Leurs enfants sont à proximité dont le fameux Henri le Navigateur qui participa aux grandes découvertes.

Après la salle capitulaire voici l’élégance et l’harmonie du gothique tardif et du manuélin dans le grand cloître et son jardin où il fait bon se poser quelques instants dans la sérénité ambiante. Dans la salle du chapitre ne soyez pas surpris en voyant les tombeaux de deux soldats inconnus veillés par deux hommes en armes qui se relaient toutes les heures depuis la fin de la Seconde guerre mondiale….

On se dirige ensuite vers les “chapelles imparfaites“ mais impressionnantes par leur volume. Elles furent interrompues à la mort de leur commanditaire, le roi Duarte, suivie de celle de son architecte. Par la suite on respecta le désir du roi d’en faire un panthéon pour qu’il y repose à côté de son épouse. L’ensemble est classé au Patrimoine mondial par l’Unesco.

Alcobaça, fleuron de l’art cistercien et mémoire d’Inès de Castro.   © O.T. Portugal
Alcobaça, fleuron de l’art cistercien et mémoire d’Inès de Castro. © O.T. Portugal

Parmi les trésors de l’abbaye, les deux tombeaux célèbres du roi Pedro 1er et d’Inès de Castro. Ici photo de celui de Inès de Castro.© O.T. Portugal
Parmi les trésors de l’abbaye, les deux tombeaux célèbres du roi Pedro 1er et d’Inès de Castro. Ici photo de celui de Inès de Castro.© O.T. Portugal
Alcobaça, fleuron de l’art cistercien et mémoire d’Inès de Castro 
 
A 12 kms de Bathala, voici un autre chef d’œuvre, mais Cistercien cette fois. L’abbaye tient son nom des deux rivières Alçoa et Baça tout près de là. Inscrite elle aussi au Patrimoine mondial en 1989, elle commémore de plus une victoire importante, celle de Santarem reprise aux Maures et la promesse du roi Alfonso Henriques, faite à la Vierge. Le roi en posera la première pierre en 1148 avant que l’abbaye ne soit confiée aux moines cisterciens, maîtres dans l’art de défricher, de  labourer les terres, d’assainir les marais, d’établir des “granges“ pour faire fructifier la vigne, les céréales et les vergers. Un art néanmoins partagé par les moines convers, ces semi-religieux vivant à l’extérieur des murs de l’abbaye mais rattachés à elle par des engagements et des services. La terre étant fertile, ils s’enrichissent et deviennent puissants si bien que le pape y établit un temps le siège des communautés cisterciennes. Les revers néanmoins attendent les moines au XIXè siècle quand les troupes de Napoléon pillent l’abbaye pour être expulsés du Portugal en 1834.

De la façade primitive il ne reste au centre que le portail gothique orné des vertus cardinales et une belle rosace en pierre calcaire coiffée de deux tours baroques. Mais dès l’entrée la nef vous saisit par la verticalité des voûtes, leur hauteur et leur austère simplicité fidèle aux canons Cisterciens. 

Attention en montant vers le chœur ! Dans un bras du transept voici le trésor de l’abbaye, les deux tombeaux célèbres du roi Pedro 1er et d’Inès de Castro. Doublement riches et émouvants par la beauté de leur marbre immaculé et finement sculpté et parce qu’ils rappellent une passion fatale qui inspira poètes et écrivains dont Victor Hugo et Montherlant. Pedro, héritier du trône du Portugal épouse l’Infante de Castille, du même rang que lui, mais  il tombe follement amoureux de la dame d’honneur de cette dernière. Alors le roi Dom Afonso IV le fait assassiner. A la mort du roi, Pedro fait arracher le cœur des meurtriers et exhumer la dépouille d’Inès en exigeant que les membres de la cour baisent la main de cette reine morte qu’il avait épousée en secret... On revient sur terre en passant devant la belle sacristie manuéline, la salle des rois et ses azulejos rococo, le dortoir des moines (il y en eut à l’époque 1 millier) et le beau Cloître du silence…
 

Détail de l'architecture du couvent .... de la dentelle .   © Lindigomag/Pixabay
Détail de l'architecture du couvent .... de la dentelle . © Lindigomag/Pixabay

De gauche à droite : Tomar Détail des ornements manuelins sur cette tête de marin © JMT ; Détail et finesse de l'architecture du  monastère de Batalha © O.T. Portugal
De gauche à droite : Tomar Détail des ornements manuelins sur cette tête de marin © JMT ; Détail et finesse de l'architecture du monastère de Batalha © O.T. Portugal
Plus d'infos

Office de Tourisme de la région Centre du Portugal
www.visitcentrodeportugal.com.pt/fr

Partir avec TAP Portugal :
3 vols quotidiens Paris-Orly W/ Porto
Prix à partir de : 48 euros aller simple TTC hors frais de service
En classe Affaires : Prix à partir de : 305 euros aller simple TTC

Navettes quotidiennes vers Porto au départ de Bordeaux - Nantes - Lyon - Marseille - Nice et Toulouse via Lisbonne
18 Navettes “Ponte area“ quotidiennes avec TAP Express entre Lisbonne et Porto Prix : 39 euros l’aller simple.
Informations et réservations :
Call Center de TAP Portugal au : 0 820 319 320

www.flytap.fr
 

Photo du haut : Casa da Cisterna. Une maison d’hôtes décorée avec soin pour une ambiance et un accueil chaleureux  © DR; En bas de gauche à droite :Casa de Cisterna Suite Sobreiro Casa © DR ;Quinta Las lagrimas © DR; Hotel Luz Houses © DR
Photo du haut : Casa da Cisterna. Une maison d’hôtes décorée avec soin pour une ambiance et un accueil chaleureux © DR; En bas de gauche à droite :Casa de Cisterna Suite Sobreiro Casa © DR ;Quinta Las lagrimas © DR; Hotel Luz Houses © DR
Hôtels de charme ou d’exception


Casa da Cisterna.
Une maison d’hôtes décorée avec soin pour une ambiance et un accueil chaleureux, des repas et un petit-déjeuner raffinés. Un conseil : demandez à voir la suite sous les toits et faites un tour dans ce petit village perché plein de charme.
Rua da Cadeia, 7
6440-031 Castelo Rodrigo

www.casadacisterna.com

Hotel Quinta das Lágrimas****
Changement d’ambiance dans cet ancien palais restauré avec soin dont le nom évoque les larmes du roi Pedro. Chambres de qualité donnant sur un jardin d’époque où il fait bon se promener.
Rua António Augusto Gonçalves
3041-901 Coimbra

reservas@quintadaslagrimas.pt
www.quintadaslagrimas.pt

Luz Houses
Très accueillant boutique hôtel où chaque détail semble correspondre à la saison. Produits locaux de qualité à table. Spa dans une grotte aménagée, chambres contemporaines et un rien colonial avec ses lits à baldaquin. Profitez de cette halte pour aller au sanctuaire de Fatima tout proche qui lui aussi est inscrit au Patrimoine.
Rua Principal nº 78 – Moimento
2495-650 Fátima

www.luzhouses.pt/fr/
 

 


05/01/2017
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter