Reportage

Malaisie, un condensé d’Asie !

Pluriculturel, multiracial, cosmopolite. Autant de mots pour décrire le joyeux mélange de peuples et de religions qui règne ici. Malais, Chinois, Indiens cultivent la tolérance sur fond de gratte-ciel, de mosquées, de temples, de maisons sur pilotis… Dans une luxuriance de couleurs et une nature particulièrement exubérante.

Reportage de Catherine Gary



Vue des tours  jumelles Petronas sur la ville de Kuala Lumpur
Vue des tours jumelles Petronas sur la ville de Kuala Lumpur
Kuala Lumpur, la capitale, vous plonge illico dans l’ambiance effervescente de la côte ouest avec ses Twin Towers, des tours jumelles longtemps considérées comme les plus hautes du monde. Elles culminent à 452 mètres et sont le siège de la compagnie pétrolière Petronas. Du haut de la passerelle qui les relie à mi-hauteur, la vue en dit long sur les édifices qui sortent de terre comme des champignons. C’est qu’ici, tout pousse à grande vitesse. Ces mêmes tours ont été construites par deux chefs de projet mis en concurrence pour gagner la course au plus vite ! 

Quartier Chinois à Kuala Lumpur (photo Catherine Gary)
Quartier Chinois à Kuala Lumpur (photo Catherine Gary)
Un dragon a deux têtes en pleine croissance

Gratte-ciel et centres commerciaux se dressent parmi les monuments coloniaux qui datent des Anglais et une multitude de temples et de mosquées. Les quartiers populaires font un contraste surprenant avec les audaces  de la modernité. La ville chinoise est en permanente ébullition avec ses couleurs et ses bousculades. Sur les trottoirs, on vous propose un massage des pieds ou une brochette au satay accompagnée de fruits aux noms imprononçables : on grignote à toute heure. Un peu partout, des espaces verts, des jardins tropicaux, des parcs aux oiseaux, aux papillons, aux orchidées, aux hibiscus, aux cerfs… C’est ainsi que la ville respire. Longtemps en première ligne sur les marchés mondiaux de l’étain et du caoutchouc, la Malaisie a connu, grâce à la découverte du pétrole et à ses succès en électronique, une croissance fulgurante entre 1987 et 1997. Avant que la crise qui a touché le Sud-Est asiatique ne la rattrape elle aussi, ralentissant un peu son essor. Ce qui ne l’empêche pas de se situer aujourd’hui dans le peloton de tête des “dragons d’Asie“. Un dragon a deux têtes : d’un côté, les Malais, les “Fils du sol“, qui occupent le terrain depuis l’origine et défendent leur place sur le plan politique en tenant les rênes du pouvoir ; de l’autre les Chinois, arrivés plus tard, mais qui l’emportent sur le plan économique. Une répartition à l’équilibre parfois instable…

Des jeunes gens dans une rue de la capitale (Photo Catherine Gary)
Des jeunes gens dans une rue de la capitale (Photo Catherine Gary)
Diversité ethnique et passé colonial…

 Ce qui vous saute aux yeux c’est la diversité ethnique à laquelle s’ajoutent les traces multiples d’un passé colonial successivement marqué par les Portugais, les Hollandais et les Anglais, derniers venus avant l’indépendance de 1957. Les Malais, de religion islamique, représentent 50% de la population, les Chinois, 30%. Entre les deux, les Indiens, 10%, et quelques milliers d’aborigènes. A travers tout le pays, temples bouddhistes ou hindous et mosquées offrent un condensé d’Asie sur un territoire que vous pouvez découvrir sans risques, tout en douceur. L’accueil est chaleureux, les paysages variés. Si la côte ouest est celle du développement et des anciens comptoirs, avec une  forte emprise du commerce chinois, la côte est, plus malaise, vous offre en contrepoint des chapelets d’îles, des plages de sable fin et d’exceptionnels  fonds marins. .

La Mosquée de Cristal la nuit
La Mosquée de Cristal la nuit
Le paradis façon tropiques

C’est sur la côte est qu’il se trouve. Direction les plages vierges et les îlots déserts à proximité des rivages. Sable blanc, eaux turquoise… Pulau Redang et ses îles sont depuis 1991 déclarées Parc marin et sous haute protection. Vous n’emporterez donc pas de coraux. Pas besoin d’être un champion de plongée pour découvrir le paradis sous-marin qui évolue sous la surface : un masque et un tuba suffisent pour s’en mettre plein les yeux. Tortues géantes, raies, jeunes requins, étoiles de mer, poissons aux couleurs incroyables dont les formes parfaites ou cocasses vous frôlent parfois. Fascinante cette nature en technicolor sur grand écran dans laquelle on se fond comme un poisson ! A Terengganu, une ville à dominante malaise et de religion musulmane, visitez le Musée national, le plus important ensemble muséal du Sud Est asiatique dont le style architectural traditionnel se dresse parmi les jardins et les lacs où évoluent les carpes sacrées. Vous y découvrirez la richesse des traditions et de la culture malaise. Plus loin, la “mosquée de cristal“ construite sur le fleuve vous surprendra par l’audace de ses lignes à la fois contemporaines et mauresques. La nuit, illuminée, elle semble vraiment flotter sur l’eau.

Temple chinois sur l'ile de Penang
Temple chinois sur l'ile de Penang
L’île de Penang, sur la côte ouest, mémoire du passé britannique
 
Penang fut longtemps une escale providentielle sur la route du thé, des épices et… de l’opium, un marché très juteux dans lequel les Anglais étaient passés maîtres. Depuis leur départ, les Chinois ont pris les commandes. Un exploit sur une chasse gardée malaise. Le commerce est donc florissant. La preuve à Khoo Kongsi - la Maison de clan de la famille Khoo. Avec son toit sculpté orné de dragons, ses stucs multicolores, ses statues et ses riches ornements, elle fut érigée par des immigrants chinois sous les Anglais, comme lieu de culte, de réunion et d’accueil aux familles lointaines. Chaque clan prospéra grâce ici à la solidarité.

Des lieux de culte entre maisons et boutiques, des marchands ambulants qui vous proposent une soupe parfumée ou des brochettes marinées, des marchés bruyants et pleins de senteurs… En fin de journée, s’il fait beau, allez à Pennang Hill à quelques encablures de la ville. Un funiculaire vous fait grimper à 800 mètres, suffisant pour profiter d’un peu de fraîcheur en se baladant d’un petit temple à l’autre sur la hauteur, avant d’assister au coucher du soleil sur l’île.

plage de l’île Batu Feringgi.
plage de l’île Batu Feringgi.
Pratique

Y aller 
Malaysia Airlines dessert Kuala Lumpur quotidiennement au départ de Roissy- Charles-de-Gaulle en 12 heures sans escale. Correspondances vers les principales villes. www.fr.malaysiaairlines.com
Contact 

Office de Tourisme de Malaisie : 29 rue des Pyramides, 75001 Paris
Tél. : 01 42 97 41 71
www.ontmalaisie.com
Hébergement 
- A Kuala Lumpur : Grand Millennium Kuala Lumpur. Central et de bon standing. www.millenniumhotels.com
- A Penang : Shangri-La Golden Sands. Un complexe avec piscine et jardins exotiques  pour un prix raisonnable, sur la plus belle plage de l’île, Batu Feringgi. Et à côte du marché de nuit…
www.shangri-la.com
- Sur la côte est : le  must qu’il faut pouvoir s’offrir Tanjong Jara Resort  www.tanjongjararesort.com
 
 

Malaisie, un condensé d’Asie !


22/08/2012
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Avril 2017 - 16:35 Au pays de Don Quijote de La Mancha

Lundi 20 Mars 2017 - 23:26 Irlande : Dingle pour les fines gueules

Dimanche 12 Mars 2017 - 20:32 A Corsier-sur-Vevey, Chaplin est de retour !