Culture

Marie-Claude Pietragalla de l’opéra au théâtre du corps

A la tête du Théâtre du Corps, la compagnie qu’elle a créée avec Julien Derouault en 2004, Marie-Claude Pietragalla est une figure emblématique de la danse française qui aborde dans ses spectacles toutes les disciplines artistiques. Les deux danseurs et chorégraphes présenteront leur nouvelle création « Je t'ai rencontré par hasard » du 9 au 21 février 2016 au théâtre des Folies Bergère à Paris mais aussi dans plusieurs villes de France. Rencontre avec une grande dame de la danse universelle…

Par David Raynal




 

Marie-Claude Pietragalla danse Don Quichotte à l'Opéra de Paris ( photo Pascal Elliott)
Marie-Claude Pietragalla danse Don Quichotte à l'Opéra de Paris ( photo Pascal Elliott)
Le 22 décembre 1990, Marie-Claude Pietragalla atteignait la consécration en étant nommée danseuse Étoile à l’Opéra de Paris sous la direction de Patrick Dupond, à l’issue de sa prise de rôle de Kitri dans le Don Quichotte de Rudolf Noureev.

La récompense d’un long cheminement pour cette jeune femme douée, travailleuse et pleine d’énergie, admise à l’âge de 9 ans à l’École de Danse de l’Opéra de Paris. C’est sa mère qui, très jeune, inscrit Marie-Claude à un cours de danse. Son père d’origine corse, lui enseigne le goût de l’effort et écrit sur les murs de sa chambre cette phrase de Napoléon : « Quand on veut fortement, constamment, on réussit toujours ».  Son intégration, sept ans plus tard, dans le corps de ballet de l’Opéra confirme le talent et la détermination insulaire de la jeune fille qui passe près de 9 heures par jour à travailler et devient bientôt première danseuse. « Les Corses sont des gens combattifs qui cultivent la rigueur et la dignité. Il y aussi ce gout pour la liberté qui est très marqué sur l’île. C’est cela qui m’est resté tout au long de ma vie et qui me pousse encore aujourd’hui inconsciemment » explique-t-elle. Elle travaille dès lors avec les chorégraphes les plus réputés du moment (Maurice Béjart, John Neumeier, Merce Cunningham, William Forsythe, Jiri Kylian, John Neumeier, Roland Petit, Martha Graham) dans les grands rôles du répertoire classique (« Le Lac des Cygnes », « Cendrillon », « Roméo et Juliette », « Casse-Noisette », « La Bayadère »).

"Etre ou paraitre " avec Julien Derouault. (Crédit photo : Pascal Elliott)
"Etre ou paraitre " avec Julien Derouault. (Crédit photo : Pascal Elliott)

A la tête du Ballet national de Marseille et de son école de 1998 à 2004, elle est notamment acclamée lors des ballets “Signes” en 1997 et “Don't Look Back” en 2000, créés par la chorégraphe Carolyn Carlson spécialement pour la danseuse. (Crédit photo : Pascal Elliott).
A la tête du Ballet national de Marseille et de son école de 1998 à 2004, elle est notamment acclamée lors des ballets “Signes” en 1997 et “Don't Look Back” en 2000, créés par la chorégraphe Carolyn Carlson spécialement pour la danseuse. (Crédit photo : Pascal Elliott).
Mixer les écritures

En 1998, Marie-Claude Pietragalla est propulsée à la tête du Ballet national de Marseille et de son école.  Sous sa direction, 27 ballets sont mis au répertoire, totalisant plus de 300 représentations et 300 000 spectateurs.

Elle y rencontre le danseur et chorégraphe Julien Derouault et signe en cinq ans neuf chorégraphies dont « Sakountala » et « Don Quichotte ». Mais elle ne cesse pas pour autant de danser. Elle est notamment acclamée lors des ballets “Signes” en 1997 et “Don't Look Back” en 2000, créés spécialement pour la danseuse par la chorégraphe Carolyn Carlson. En 2003, elle  présente  et danse au Théâtre du Toursky une création mondiale sur l’œuvre de Léo Ferré « Ni Dieu Ni Maître », un voyage chorégraphique au cœur de la musique du chanteur compositeur.

Devant le succès remporté par les cinq représentations sur la scène mythique de l’Olympia, Marie-Claude Pietragalla montre que la danse contemporaine peut s’ouvrir à d’autres lieux et univers. Puis arrive 2004, une année de transition et de profonds bouleversements. Des conflits à répétitions poussent la danseuse à démissionner du Ballet national de Marseille.

Elle crée alors, avec son compagnon Julien Derouault, sa propre compagnie. D’emblée, le Théâtre du Corps mixe les écritures et aborde toutes les disciplines artistiques, danse, littérature, musique, théâtre, mime, cirque, vidéo, arts martiaux, ou peinture. C’est l’année ou elle perd également son père. Mais aussi celle où elle donne naissance à la petite Lola, du nom du premier ballet sur lequel Marie-Claude et Julien ont dansé ensemble à Marseille.

Le Théâtre du Corps mixe les écritures, aborde toutes les disciplines artistiques, danse, littérature, musique, théâtre, mime, cirque, vidéo, arts martiaux, peinture. (Crédit photo  : Pascal Eliott)
Le Théâtre du Corps mixe les écritures, aborde toutes les disciplines artistiques, danse, littérature, musique, théâtre, mime, cirque, vidéo, arts martiaux, peinture. (Crédit photo : Pascal Eliott)

Avec leur compagnie le Théâtre du Corps, Marie-Claude Pietragalla et Julien Derrouault enchaînent les créations originales et inventives « Ivresse » en 2005, « Marco Polo » en 2008, « La Tentation d’Eve » en 2010. (Crédit photo  : Pascal Elliott)
Avec leur compagnie le Théâtre du Corps, Marie-Claude Pietragalla et Julien Derrouault enchaînent les créations originales et inventives « Ivresse » en 2005, « Marco Polo » en 2008, « La Tentation d’Eve » en 2010. (Crédit photo : Pascal Elliott)
Le corps, vecteur de l’inconscient

Avec leur compagnie, le duo enchaîne les créations originales et inventives (« Ivresse » en 2005, « Marco Polo » en 2008, « La Tentation d’Eve » en 2010 ) qui mélangent danse, théâtre, vidéos et musiques actuelles.

Toujours dans sa volonté de démocratiser son art, Marie-Claude Pietragalla accepte en 2012 d’être membre du jury de l’émission « Danse avec les stars ». Dès l’origine, le travail de la compagnie s’appuie sur une dimension pédagogique avec des ateliers ouverts aux danseurs et aux comédiens afin de favoriser les échanges et la mixité artistique. « J’ai une carrière très atypique que je revendique. J’ai eu très jeune ce regard tourné vers les créateurs contemporains, vers la danse bien sûr, mais également vers toutes les autres disciplines artistiques » explique-t-elle. En 2013, le couple revient sur scène avec un nouveau spectacle,« M. et Mme Rêve » qui plonge le spectateur dans un monde irréel grâce à la 3D et au numérique. Les deux créateurs estiment que le corps a développé et acquis un langage caché qui lui est propre et que la danse se propose de transmettre. Il est vecteur de l’inconscient, du rêve et de l’imaginaire. Le mouvement devient sa narration, la chorégraphie, le support où se libère l’inconscient et recréé ce lien primitif. « En tant que créatrice, il m'est essentiel de continuer à développer un univers singulier, pensé comme un lieu d’expérimentation et de recherche chorégraphique sur le théâtre du corps » affirme-t-elle.


 

Pour Marie-Claude Pietragalla, travailler avec des personnalités et des artistes de tous horizons est une donnée centrale de son travail en duo avec Julien Derouault. (Crédit photo : Pascal Elliott)
Pour Marie-Claude Pietragalla, travailler avec des personnalités et des artistes de tous horizons est une donnée centrale de son travail en duo avec Julien Derouault. (Crédit photo : Pascal Elliott)
L’Elixir d’amour

Pour Marie-Claude Pietragalla, travailler avec des personnalités et des artistes de tous horizons est une donnée centrale de son travail en duo avec Julien Derouault.

Depuis le début de sa carrière, elle n’hésite pas à multiplier les expériences artistiques inattendues, comme au cinéma pour « Quand je vois le soleil » de Jacques Cortal ou « Livide » de Alexandre Bustillo et Julien Maury ou très récemment au théâtre à Paris pour « L’Elixir d’amour » une pièce de et avec Éric-Emmanuel Schmitt.  «  La mixité des techniques de danse est le fil conducteur de chaque écriture » aime-t-elle souvent à rappeler.  C’est justement tout le sens de la nouvelle création de la compagnie « Je t'ai rencontré par hasard » qui sera présentée à partir du 9 février au théâtre des Folies Bergère à Paris et dans plusieurs grandes villes de France. Le couple, mis en scène dans sa simplicité, symbolise la relation d’un homme et d’une femme qui réinventent à chaque instant leur histoire. Une pièce sur le présent, la durée et le mouvement des sentiments, de l’étincelle de la rencontre au jaillissement des premières interrogations avec le temps qui passe… D.R.

Julien Derouault dans "Mr et Mme Rêve"  (Crédit photo Pascal Elliott)
Julien Derouault dans "Mr et Mme Rêve" (Crédit photo Pascal Elliott)

En 2016, les deux danseurs et chorégraphes présenteront leur nouvelle création Je t'ai rencontré par hasard aux Folies Bergère à partir du 9 février, avant une tournée dans toute la France. (Crédit photo : Pascal Elliott)
En 2016, les deux danseurs et chorégraphes présenteront leur nouvelle création Je t'ai rencontré par hasard aux Folies Bergère à partir du 9 février, avant une tournée dans toute la France. (Crédit photo : Pascal Elliott)
Théâtre du Corps
Téléphone +33 (0) 1 43 75 48 01

www.pietragallacompagnie.com
Courriel : mail@theatre-du-corps.com
Studios
59 Rue Marcelin Berthelot
94140 Alfortville
Découvrez le nouveau spectacle de la compagnie du Théâtre du corps « Je t'ai rencontré par hasard» présenté du 9 au 21 février 2016 aux Folies Bergères de Paris.
Et les dates en région :
29 janvier / Nantes, 2 février / Marseille, 4 février / Toulouse, 26-27-28 février / Lyon
1 Mars / Joué-lès-Tours, 8 mars / Le Blanc-Mesnil, 22 mars / Lille, 29 mars / Marseille
8 avril / Liège, 9 avril / Bruxelles, 27 mai / Lausanne, 3 octobre / Rueil-Malmaison, 9 octobre / Saint-Cyr, 12 novembre / Vendenheim, 19 janvier / Boulogne Billancourt

 

"Notre nouveau spectacle met en scène le couple dans sa simplicité, de l’étincelle d’une rencontre aux premières interrogations du temps qui passe".  (cédit photo Pascal Elliott).
"Notre nouveau spectacle met en scène le couple dans sa simplicité, de l’étincelle d’une rencontre aux premières interrogations du temps qui passe". (cédit photo Pascal Elliott).
Pour accompagner la diffusion de ses spectacles et participer à démocratiser et faciliter l'accès à la danse, la compagnie propose également des master-class, des rencontres et des conférences dansées.

Du 16 et 17 avril 2016, Masterclass avec Marie-claude Pietragalla et Julien Derouault
- Cours Classique avec Pietra de 11h à 12h30 (tous niveaux sauf débutant) 
- Cours contemporain avec Julien de 13h à 14h45 (niveau moyen)
- Atelier chorégraphique avec Pietra et julien de 15h à 16h45 (niveau avancé / professionel) 
Tarif :
- 1 cours par jour sur 2 jours: 100 €
- 2 cours par jour sur 2 jours: 180 €
- 3 cours par jour sur 2 jours: 250 €
 
 
 

 

"On peut parfois me reprocher d’être médiatique et de faire de la télévision, mais je pense qu’il faut l’être, pour donner envie à la nouvelle génération d’empoigner à bras le corps cette discipline artistique". (Crédit photo Pascal Elliott)
"On peut parfois me reprocher d’être médiatique et de faire de la télévision, mais je pense qu’il faut l’être, pour donner envie à la nouvelle génération d’empoigner à bras le corps cette discipline artistique". (Crédit photo Pascal Elliott)


30/01/2016
David Raynal





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 4 Juillet 2017 - 15:55 Fernand Léger et Le Corbusier réunis à Metz