Actualités du tourisme

Plein Ciel : AIRBUS A 380 Super Jumbo surnommé Paquebot des Airs, un must de haute technologie.

Soixante et Onze Airbus A 380 sillonnent actuellement les cieux des cinq continents sous les couleurs commerciales de sept transporteurs aériens. En affichant un carnet de commandes de 253 unités vendues, et par voie de conséquence la montée en cadence de sa production de Super Jumbo, Airbus a presque atteint son rythme de croisière....


Par Richard Bayon




Vingt clients ont déjà signé de façon ferme pour l’achat d’Airbus A 380, celui que l’on surnomme tantôt ‘le Super Jumbo’, tantôt ‘le Paquebot des Airs’. Un ‘must’ de haute technologie qui peut révolutionner la vie d’une compagnie aérienne utilisatrice notamment en ce qui concerne ses fréquences de vol sur une desserte majeure.
En un mot : là où il fallait deux avions auparavant, donc deux vols, l’Airbus A 380 permet de n’en faire qu’un seul. Résultat : des économies de carburant et d’assistance au sol, des gains de productivité, autant de facteurs non négligeables pour un transporteur aérien.
Airbus affiche aujourd’hui un carnet de commandes atteignant un total de 253 unités vendues. L’avionneur Européen Airbus se félicite et se frotte les mains même si pour voir le programme entrer dans sa phase de rentabilité, il faudra en vendre presque trois fois plus.

Avant l'embarquement (Photo Paul Marais-Hayer)
Avant l'embarquement (Photo Paul Marais-Hayer)

Un confort apprécié par les passagers


Les passagers l’apprécient, tant pour son confort que pour son faible niveau sonore, également pour sa séparation clairement définie de la classe économie avec celle des classe Affaires et Première.
Un seul bémol,  indépendant du bon vouloir des Compagnies Aériennes, concerne la gestion des flux de passagers tant à l’embarquement qu’au débarquement.
En effet, l’interface Aéroport  - Airbus A 380 se fait en harmonie, quand plus de 500 passagers débarquent alors que plus de 500 autres vont embarquer. Les aéroports sont en principe prévus pour, et organisés comme tels depuis longtemps. Mais existent parfois, sur quelques plateformes aéroportuaires, des inconvénients appelés « encombrements de passager »  qui peuvent vite transformer l’expérience de vol en A 380 en un mauvais souvenir pour ne pas dire en cauchemar.

Le Paquebot des Airs sur le Tarmac (Photo Paul Marais-Hayer)
Le Paquebot des Airs sur le Tarmac (Photo Paul Marais-Hayer)
Cadence de la production  de 3,5 avions par mois
 
Fort de cet engouement et de ses engagements initiaux vis à vis des compagnies clientes, Airbus a presque atteint son rythme de croisière avec la montée en cadence de la production des Super Jumbo, puisqu’à l’horizon 2013, le Paquebot des Airs sera produit à une moyenne de 3,5 avions par mois.
Une moyenne de fabrication qui s’est faite dans la douleur et qui avait contraint Airbus à des retards de livraisons, tant les engagements contractuels avec les différents clients tenaient compte d’aménagements propres à chaque transporteur (presque à la carte) et qui nécessitaient pour chaque version, un réaménagement quasi complet et une adaptation de la chaîne finale de fabrication. Un souci principalement rencontré à Hambourg au niveau de l’aménagement intérieur avant livraison. Depuis, expérience oblige, l’avionneur européen anticipe ses soucis industriels et commerciaux et ce genre de préoccupations semble avoir été bien intégré dans la procédure de montage final du ‘Jumbo’.
 
 
 

Le Super Jumbo arborant les couleurs d'Air France (Photo Paul Marais-Hayer)
Le Super Jumbo arborant les couleurs d'Air France (Photo Paul Marais-Hayer)
Un Objectif de 30 avions par an


Actuellement Airbus vise les 30 avions construits par an ‘si tout va bien’ mais reste prudent en tablant sur une fourchette de 25 à 27 avions garantis.
Commander un Super Jumbo est un engagement financier conséquent pour une compagnie aérienne et encore une fois une révolution certaine dans l’organisation de ses vols.
Aussi avant de posséder un ou plusieurs ‘Paquebot des Airs’, il convient de passer par la case patience avec un P comme Paquebot. Un Airbus A 380 ça se mérite.

R.B.

A suivre :

 " 2012, l'année charnière pour Airbus.... Petit précis du carnet de commandes de l’A 380".

Vue des hublots (Photo Paul Marais-Hayer)
Vue des hublots (Photo Paul Marais-Hayer)


14/03/2012
Richard Bayon





Nouveau commentaire :
Twitter