Reportage

Romantique et sauvage sud-est irlandais

Les châteaux et monastères des comtés de Wexford, Waterford, Kilkenny, Wicklow content l’histoire de ces côtes marquées par les invasions viking et normande. L’occasion d’escapades revigorantes.

Par Catherine Gary



Dans le Comté de Wexford  cottages aux toits de chaume, façades blanchies à la chaux, buissons de lupins, de pavots, de genets le long des murets.  © David Raynal
Dans le Comté de Wexford cottages aux toits de chaume, façades blanchies à la chaux, buissons de lupins, de pavots, de genets le long des murets. © David Raynal

Au sud du comté, l’antique phare de Hook Hand veille depuis des lustres sur sa péninsule © Catherine Gary; l’abbaye cistercienne de Dunbrody, une ruine du 12è siècle dont la silhouette se dresse dans un paysage sauvage.© Catherine Gary
Au sud du comté, l’antique phare de Hook Hand veille depuis des lustres sur sa péninsule © Catherine Gary; l’abbaye cistercienne de Dunbrody, une ruine du 12è siècle dont la silhouette se dresse dans un paysage sauvage.© Catherine Gary
Bercé par le roulis d’une mer peu agitée, la nuit est sereine dans la cabine de l’Oscar Wilde, le ferry qui relie Cherbourg à Rosslare, et vous vous prenez à songer aux invasions vikings et normandes. Car c’est l’histoire des tout premiers siècles du peuplement irlandais que vont illustrer ces côtes d’Irlande à l’arrivée.


Direction d’abord Kilmore quay, dans le comté de Wexford, un minuscule port de pêche avec cottages aux toits de chaume, façades blanchies à la chaux, buissons de lupins, de pavots, de genets le long des murets : l’image d’Epinal des villages irlandais. Vous pouvez vous embarquer pour les îles Saltee, la plus grande réserve d’oiseaux du pays, mais à quai déjà vous les apercevez au loin tout en dégustant au Silver Fox un repas de fruits de mer ou une consistante soupe de poisson servie dans une miche de pain. Un peu plus loin, au sud du comté, l’antique phare de Hook Hand veille depuis des lustres sur sa péninsule. Vous y accédez à pied pour le plaisir de la balade dans une lande préservée, à l’aplomb de falaises creusées par les embruns. Ce plus vieux phare d’Europe, érigé au 13è siècle par les Normands et habité jusqu’en 1996, a gardé sa structure originale et garantit aux sportifs une vue panoramique à couper le souffle après avoir grimpé ses 115 marches.

La baie s’incruste loin dans les terres et mène à l’abbaye cistercienne de Dunbrody, une ruine du 12è siècle dont la silhouette se dresse dans un paysage sauvage à côté d’un labyrinthe de 1500 ifs dont le marquis de Donegal, propriétaire des lieux, nous a donné l’indice pour ne pas s’égarer, sous le sceau du secret, bien sûr, car sinon c’est plus du jeu.

Promenade dans les jolies rues pavées du “triangle viking“ sur le tracé des anciennes fortifications avant de pénétrer dans le Musée médiéval  © Catherine Gary; Visite  de la cristallerie Waterford fondée en 1783 © Catherine Gary ; Dégustation de la fameuse bière rousse dans un pub de la ville © Catherine Gary ;
Promenade dans les jolies rues pavées du “triangle viking“ sur le tracé des anciennes fortifications avant de pénétrer dans le Musée médiéval © Catherine Gary; Visite de la cristallerie Waterford fondée en 1783 © Catherine Gary ; Dégustation de la fameuse bière rousse dans un pub de la ville © Catherine Gary ;
Waterford fondée par les Vikings, Kilkenny par les Normands

Seule demeure à Waterford la tour Reginald, témoin de la fondation en 914 de la plus ancienne cité d’Irlande par une vaillante dynastie Viking venue des côtes norvégiennes qui imposa sa force aux tribus locales jusqu’à l’arrivée des anglo-normands au 12è siècle.

Devenue la ville la plus puissante du pays par sa position à la confluence de trois rivières, Waterford saura un temps défier Cromwell avant de baisser pavillon. On se promène aujourd’hui dans les jolies rues pavées du “triangle viking“ sur le tracé des anciennes fortifications avant de pénétrer dans le Musée médiéval pour un voyage virtuel à travers le temps. Puis on pousse aussi la porte de la fameuse cristallerie fondée en 1783 pour la qualité reconnue de ses productions.

La route sinue vers l’intérieur des terres à travers murets de pierres et troupeaux de moutons jusqu’à Kilkenny que les Normands fondèrent. Une ville médiévale dont la rue principale grimpe entre pubs animés et boutiques aux couleurs bariolées. C’est là qu’en 1172 l’anglo-normand William Marshall érigea quatre tours défensives et un ensemble fortifié, remodelé à l’époque victorienne, dont les salles seigneuriales ouvrent leurs richesses aux visiteurs. Sur le site de l’abbaye St François, profané en 1650 par Cromwell, les moines, excellents brasseurs, créèrent en 1710 la Smithwick brewery produisant une délicieuse bière rousse au goût légèrement amer que l’on déguste sur place avant un dîner haut en régals et musique irlandaise dans l’un des pubs animés de la vieille cité.

Le site de Glendalough perdu entre deux lacs aux eaux tranquilles flanquées de collines boisées. © DR
Le site de Glendalough perdu entre deux lacs aux eaux tranquilles flanquées de collines boisées. © DR
Une terre de jardins extraordinaires

Plus au nord, dans le comté de Wiclow, les paysages s’illuminent quand le soleil perce les nuages donnant lieu à des fantasmagories propices aux légendes. Montagnes sauvages tapissées d’ajoncs, de bruyères, de tourbières odorantes qui chauffent encore l’hiver les cottages... Dans les vallées encaissées se dressent encore les premiers vestiges de l’ère chrétienne.

C’est ainsi qu’en 498 un jeune moine du nom de Kevin choisit pour sa retraite spirituelle le site de Glendalough perdu entre deux lacs aux eaux tranquilles flanquées de collines boisées. Peu à peu une communauté y prospère devenant bientôt la première cité monastique d’Irlande, pillée plus tard par les Vikings et en grande partie détruite ensuite par les troupes anglaises. Elle ne renaîtra pas de ses cendres, mais les ruines à hauteur du Lower lake sont parmi les plus romantiques du pays : cimetière de croix celtiques, église romane à la tour ronde et au toit de pierre, restes de nef de la cathédrale... On y vient, de préférence tôt le matin, pour une balade sous les ramures dans la sérénité des sentiers serpentant entre les lacs...

Le château de Powercourt de style palladien érigé au cœur de 20 ha de jardins créés en 1740. © Catherine Gary
Le château de Powercourt de style palladien érigé au cœur de 20 ha de jardins créés en 1740. © Catherine Gary
Powercourt pour des moments enchantés

L’ambiance est tout autre autour de ce château de style palladien érigé au cœur de 20 ha de jardins créés en 1740 et revus au 19è siècle dans une liberté de styles dont seuls les anglo-saxons ont le secret.

Des moments enchantés vous attendent le long des allées, des pelouses, des terrasses en escaliers et des deux cents variétés d’arbres et de végétaux qui poussent dans un apparent laisser-aller. Sans oublier le jardin japonais et ses milliers d’azalées, d’hortensias, de petits sentiers aux arbustes minutieusement sculptés. Grottes, statues, bassins agrémentent l’ensemble jusqu’au cimetière insolite des chiens et chats et même de quelques vaches distinguées pour la qualité de leur lait et leur nombreuse progéniture. C’est ainsi que la famille Wigfield rendait hommage à ces bêtes domestiques jusqu’en 1950, date où elle quitta les lieux. 
 

En haut, vue d'un joli petit village du Sud-est de l'Irlande © DR; en bas à gauche : Mémorial pour le émigrants à New Ross © Catherine GaryC.G ;  Enseigne du restaurant Silver Fox à Kilmore Quay © DR
En haut, vue d'un joli petit village du Sud-est de l'Irlande © DR; en bas à gauche : Mémorial pour le émigrants à New Ross © Catherine GaryC.G ; Enseigne du restaurant Silver Fox à Kilmore Quay © DR
Se renseigner
Y aller 
En ferry  :
Avec Irish Ferries . Liaisons Cherbourg ou Roscoff/Rosslare
ou Dublin avec une nuit à bord. L’Oscar Wilde est le plus luxueux navire sur cette ligne. 
Les cabines y sont confortables et spacieuses, les salons élégants et la restauration permet de choisir entre brasserie, steakhouse et restaurant aux menus raffinés. 
 
Prix : 64 euros pour piéton avec siège inclinable.
126 euros en cabine.
99 euros avec une voiture.

www.irishferries.com/fr/to-ireland-from-france

En avion :

vols quotidiens avec
Aer Lingus.
A/R Paris-Dublin
à partir de 109 euros

Se régaler



Silver Fox Restaurant . à Kilmore Quay
The Reg Restaurant , à Waterford
Kytelers Inn ... à Kilkenny

 

Haut gauche : Granville Hotel , à Waterford © DR ; A droite Powerscourt Hotel Resort &am Spa.© DR; 2ème à gauche : le bar du Newpark Hôtel , à Kilkenny © DR; A droite  la salle du spa de Powerscourt Hotel Resort & Spa. © DR; 3ème à gauche :Château de Kilkenny © Catherine Gary; A droite show-room dans la célèbre Cristallerie de Waterford.© DR
Haut gauche : Granville Hotel , à Waterford © DR ; A droite Powerscourt Hotel Resort &am Spa.© DR; 2ème à gauche : le bar du Newpark Hôtel , à Kilkenny © DR; A droite la salle du spa de Powerscourt Hotel Resort & Spa. © DR; 3ème à gauche :Château de Kilkenny © Catherine Gary; A droite show-room dans la célèbre Cristallerie de Waterford.© DR
Dormir 

Granville Hotel , à Waterford.
Bâtiment début XVIIIè siècle confortable et élégant. Prix à partir de 79 euros

www.granville-hotel-ie
Newpark Hôtel , à Kilkenny.
Un peu à l’écart de la ville. Prix à partir de 60 euros

www.flynnhotels.com
Powerscourt Hotel Resort & Spa.
Hôtel de luxe à proximité du domaine de Powerscourt. Piscine, spa et cuisine très raffinée. Prix à partir de 180 euros.

Visiter

Dunbrody abbey et labyrinthe

www.dunbrodyabbey.com
Cristallerie de Waterford
www.waterfordvisitorcenter.com
Château de Kilkenny
www.kilkennycastle.ie
Glendalough
www.glendalough.ie
Powercourt house
www.powercourt.ie
 

Vue sur le port de Wexford dans le Comté de Wexford, à la tombée de la nuit . (Irlande du sud-est) © DR
Vue sur le port de Wexford dans le Comté de Wexford, à la tombée de la nuit . (Irlande du sud-est) © DR


13/12/2015
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Juillet 2017 - 19:23 Gien la discrète se découvre au fil de l’eau