Reportage

VIETNAM – Laissez-vous séduire par le « Dragon de l'Asie » !

Du « Dragon de l’Asie », surnom donné au Vietnam en référence à sa forme, on connaît surtout la Baie d’Along ou l’extraordinaire cité de Hué, mais c’est le sud que nous vous proposons aujourd’hui de découvrir avec cette balade à travers Saïgon et le delta du Mékong.

Par Françoise Surcouf



Grande horloge de la poste centrale de Saïgon Buu Dien © Vietnam Tourisme
Grande horloge de la poste centrale de Saïgon Buu Dien © Vietnam Tourisme

Saïgon hyperactive et bruissante, elle résonne jour et nuit des incessants bruits de scooters et du vrombissement de la ville. © DR
Saïgon hyperactive et bruissante, elle résonne jour et nuit des incessants bruits de scooters et du vrombissement de la ville. © DR
Un peu d’histoire…
 


Hô Chi Minh-Ville, ou plutôt, comme persistent à l’appeler les vietnamiens, Saigon, se situe entre le delta du Mékong et l’extrême sud du Vietnam, à près de 2000 kms de Hanoi et 50 kms de la mer d’Orient.


Rebaptisée en 1976 après le départ des américains, l’ex-capitale du sud compte plus de 9 millions d’habitants. C’est la plus grande ville du pays mais aussi la capitale économique, elle comprend 19 arrondissements urbains et 5 arrondissements ruraux étendus sur plus de 2000 km2.

Hyperactive et bruissante, elle résonne jour et nuit des incessants bruits de scooters et du vrombissement de la ville. La présence française est encore très marquée comme en témoignent les longues avenues ombragées jalonnées de maisons coloniales, de monuments et de jardins.

Grand marché couvert Binh Tay © DR
Grand marché couvert Binh Tay © DR

: Intérieur du marché couvert Binh Tay © Wikipédia Commons
: Intérieur du marché couvert Binh Tay © Wikipédia Commons
Découverte à pied du Saïgon colonial





Une balade qui mène en flânant du Palais de la Réunification jusqu’à la célèbre rue Catinat, les « Champs Elysées » de Saïgon, en passant par l’Hôtel de Ville, l’Opéra et les somptueux hôtels qui virent défiler écrivains et auteurs, journalistes et correspondants de guerre depuis les années vingt jusqu’à nos jours.
 



Départ au cœur du quartier Chinois Cholon, vaste étendue sans réelles limites, tout Saïgon étant plus ou moins sous influence culturelle chinoise, couverte de marchés. Ici l’ambiance est à l’effervescence.

Le grand marché Binh Tay bouillonne d’activité. On y trouve de tout sur des centaines de stands. Depuis le marché à ciel ouvert, ses légumes et ses poissons, ses multitudes de fruits, de viandes séchées sans oublier les petits restaurants-minute jusqu’au marché couvert où vous trouverez , herboristeries,  boutiques d’ustensiles de cuisine, de tissus ou d’épices. N’hésitez pas à faire une petite pose dans l’un des petits restaurants voisins pour la dégustation de « Banh Xeo », sorte de crêpe chaude croustillante farcie de pousses de soja, de tranches de porc, de crevettes et de légumes !

De gauche à droite : Temple de Thien Hau, la déesse de la mer. © DR; Statues en céramique émaillée sur le toit du Temple Thiên Hậu © DR
De gauche à droite : Temple de Thien Hau, la déesse de la mer. © DR; Statues en céramique émaillée sur le toit du Temple Thiên Hậu © DR
 
La balade reprend  un peu plus loin vers le temple de Thien Hau, aussi appelé temple de la Dame Céleste.
 
Cette pagode dédiée à la déesse de la mer Thiên Hâu a été construite au XIXème siècle par les commerçants chinois de la ville. L'autel principal est dominé par trois statues de la déesse portant de hautes coiffes dorées dont le visage est en bronze coloré  et habillées des vêtements chamarrés.

Le temple est également connu pour ses statuettes de toit en céramique émaillée. La légende veut que Mi Châu (son nom d’alors) soit née en 1044 en Chine, sous la dynastie des Sông.

Un jour, son père et ses deux frères, partis en bateau pour Jiangxi, furent pris dans une grosse tempête. Mi Châu tenta de les sauver mais ne put extirper des vagues que son père et son aîné.

Devenue déesse en robe rouge, elle erre désormais sur les mers pour aider les navigateurs en perdition. En 1110, elle reçut le titre de "Thiên Hâu Thanh Mâu" (Grand-mère).

Palais de la Réunification © DR
Palais de la Réunification © DR

De gauche à droite ; Vue générale du Palais de la Réunification © lindigomag/Pixabay ; Grande salle de réception à l'intérieur du Palais © Lindigomag/Pixabay
De gauche à droite ; Vue générale du Palais de la Réunification © lindigomag/Pixabay ; Grande salle de réception à l'intérieur du Palais © Lindigomag/Pixabay
Palais de la Réunification
 
Autrefois connu sous le nom de Palais du Gouverneur, il a été originellement construit entre 1868 et 1873 et très vite utilisé comme bureau par le Gouverneur-général de l'Indochine française.

1954, voit la fin de celle-ci, la France transmet alors le palais au premier ministre Ngô Dinh Diêm, lequel renverse le chef de l'État Bảo Đại et devient président de la République. Il utilise alors le bâtiment comme palais présidentiel. Le 27 février 1962, l’édifice est bombardé et lourdement endommagé. Il est alors reconstruit tel qu’on peut le voir actuellement.

A compter du 30 avril 1975, à la chute de Saigon, chute qui met fin à la guerre du Viêtnam et unifie de facto nord et sud, il est reconverti en monument historique. Il se situe en plein centre de la ville au croisement des rues Lê Duẩn et Nam Ky Khoi Nghia. Entouré de luxuriants jardins tropicaux, le palais contient des pièces secrètes, des sous-sols abritant un dédale de tunnels, un PC de guerre et un centre de télécommunications.

Il accueille encore aujourd’hui certains événements nationaux d’importance et possède également au 4ème étage, un casino destiné à divertir les convives, une terrasse et un héliport.

Cathédrale Notre-Dame de Saîgon  © Eric V
Cathédrale Notre-Dame de Saîgon © Eric V
La Cathédrale Notre Dame de Saïgon


Après la conquête de Saigon par les colons français, ceux-ci décident d’édifier une église afin d’y célébrer leur culte, voire d’attirer les nouveaux convertis.




Une pagode abandonnée rue Ngô Duc Ke est utilisée.  Elle devient rapidement trop petite et le gouverneur décide en 1876 de faire construire  la cathédrale Notre Dame. Celle-ci mesure 93 mètres de long, 36,60 mètres de large et 21 mètres de haut.

Le sceau français est toujours présent, apposé sur le bâtiment. Les briques qui lui donnent cette façade rose si caractéristique ont été amenées directement de Marseille et les vitraux conçus par l’entreprise Lorin de Chartres.

Les deux clochers culminent à 36,6 mètres de hauteur. Ils possèdent six cloches dont le poids total atteint 24 tonnes. Quant à la statue de la Vierge Marie qui se dresse devant la cathédrale, elle a été sculptée dans le marbre à Rome en 1959.

 

De gauche à droite : Hôtel Continental, rue Catinat (Dong Khoi) © DR; L’hôtel Majestic qui fut longtemps le PC des correspondants de guerre © DR
De gauche à droite : Hôtel Continental, rue Catinat (Dong Khoi) © DR; L’hôtel Majestic qui fut longtemps le PC des correspondants de guerre © DR
A deux pas se dresse le bâtiment de La Poste Centrale construite selon des plans de Gustave Eiffel en 1900

La rue Dong Khoi (ex-rue Catinat), l’une des plus commerçantes mais aussi des plus « glamour » de la ville vous mène depuis la Cathédrale jusqu’à l’hôtel de ville, le théâtre municipal et enfin l’Hôtel Continental, le plus ancien du Vietnam.

C’est là que se réunissait dans les années 20 l’intelligentsia, notamment européenne, en villégiature à Saïgon,
Rabindranath Tagore, André Malraux, Lucien Bodard mais aussi Graham Greene, qui, chambre 214, rédigea Un Américain bien tranquille.

Aujourd’hui la rue a certes un peu perdu de sa superbe mais demeure malgré tout encore la plus chic de la ville. A son extrémité, à l’angle de la rue Dong Khoi et de la rue Ton Duc Thang se trouve un autre lieu mythique, le
Majestic, considéré dès sa naissance en 1925 comme l’hôtel le plus luxueux de la ville.

De gauche à droite : L’entrée d’un des tunnels de Cu Chi, poche de résistance Viet Cong © FS; Pots à onguents et ouvrages de médecine entreposés à l’intérieur du FITO © DR
De gauche à droite : L’entrée d’un des tunnels de Cu Chi, poche de résistance Viet Cong © FS; Pots à onguents et ouvrages de médecine entreposés à l’intérieur du FITO © DR
Les vestiges de la guerre
 
Le Vietnam
conserve, hélas, nombre de vestiges de la terrible guerre qui ravagea le pays des années 50 aux années 70. En témoigne, près de Saïgon, le site de Cu Chi, poche de résistance Viet Cong. On y découvre les fameux tunnels longs de 250 kms, creusés par les maquisards libérateurs du Sud contre les attaques américaines. Il est possible d’y pénétrer. Un conseil : il ne faut être ni trop grand, ni trop gros, ni claustrophobe…

Retour à Saïgon pour une visite du Musée de la médecine traditionnelle du Vietnam, aussi appelé Musée FITO. 

Il dispose de cinq étages et de 24 pièces dont 16 réservées aux expositions. Au cinquième, une salle est dédiée aux cultes de Tue Tinh et de Hai Thuong Lan Ong ou Le Huu Trac, deux ancêtres de la médecine traditionnelle vietnamienne. Les objets exposés comprennent des instruments utilisés dans la production de médicaments, des pots à onguents, des broyeurs, des couperets-scalpels. La fascinante bibliothèque contient des milliers de livres en chinois et en vietnamien ancien.
 

Avant de quitter la ville, offrez-vous une petite balade en Jeep pour découvrir le Saigon By Night à travers lieux insolites et monuments coloniaux et admirez la vue panoramique depuis les hauteurs de la cité. © Lindigomag/Pixabay
Avant de quitter la ville, offrez-vous une petite balade en Jeep pour découvrir le Saigon By Night à travers lieux insolites et monuments coloniaux et admirez la vue panoramique depuis les hauteurs de la cité. © Lindigomag/Pixabay

De gauche à droite : Un vieux bac sur le Mékong. Ces moyens de transport étaient particulièrement utilisés à l’époque coloniale ainsi qu’on peut le voir dans le film «L’Amant » de J.J Annaud, d’après l’œuvre de Marguerite Duras © FS ; A bord du Cochinchine  © FS
De gauche à droite : Un vieux bac sur le Mékong. Ces moyens de transport étaient particulièrement utilisés à l’époque coloniale ainsi qu’on peut le voir dans le film «L’Amant » de J.J Annaud, d’après l’œuvre de Marguerite Duras © FS ; A bord du Cochinchine © FS
Le Delta du Mékong
 
C’est parti pour une croisière dans le delta ! A l’embarcadère de Cai Be, le transfert se fait en jonque jusqu’au bateau Le Cochinchine.

Le long de la rivière se déroulent les paysages encore authentiques et les villages artisanaux où on fabrique des produits à base de riz et de noix de coco : alcool de riz, galettes de riz soufflé, papier de riz, sucreries à base de lait de coco.

Il est possible de faire une pause et d’aborder, toujours en jonque, les rives pour une balade à pied ou en vélo sur les sentiers en traversant les prairies à la découverte des vergers verdoyants et des activités fluviales.

Le bateau remonte à présent le fleuve en direction de Tra On. Profitez-en pour déguster au dîner les « fleurs de courgettes farcies au poisson de That Lat ». Le lendemain, si vous êtes très matinal, vous pourrez contempler l’aube sur le Mékong : l’air frais, le chant des oiseaux, le trafic des barges, les pêcheurs qui se pressent au bord de la rivière… tandis que le bateau se dirige tout doucement vers Cantho.

: Un village dans le Delta. On remarquera les yeux de poissons peints à la proue du navire, hommage aux déités des eaux © Tourisme Vietnam
: Un village dans le Delta. On remarquera les yeux de poissons peints à la proue du navire, hommage aux déités des eaux © Tourisme Vietnam

De gauche à droite :le marché Cai Rang est spécialisé dans le commerce de fruits, ici des pastèques.… Ici des ananas.  © FS
De gauche à droite :le marché Cai Rang est spécialisé dans le commerce de fruits, ici des pastèques.… Ici des ananas. © FS
Etonnants marchés flottants
 
Voici Cai Rang, l’un des marchés flottants les plus importants du Mékong. Il ouvre tôt, dès 4h du matin, et ferme à 8.

Il fourmille de vastes barques lourdement chargées et de petites embarcations qui zigzaguent sur les eaux animées. Cai Rang est spécialisé dans le commerce de fruits : mangue, fruit du dragon, kumquat, jacquier, pomme de lait, noix de coco, ananas…

Les clients savent qu’elles sont les denrées vendues en jetant un oeil sur le
 « cay beo », sorte de bambou installé à la proue et où sont suspendus les produits proposés.

Les armateurs des lourdes jonques achètent les fruits pour les revendre un peu partout, jusqu’au Cambodge ou en Chine. D’autres bateaux proposent essence, sel, confiserie… Les petites embarcations vendent également tout ce qu’il faut pour le petit déjeûner, café; thé…Le marché envahit totalement le fleuve. Partout on entend les bruits des moteurs, ceux des rames frappant l'eau, des vagues heurtant les flancs des bateaux, les voix de bateleurs.


Malgré le développement du transport routier, Cai Rang existe toujours et devient même de plus en plus animé. Ce n’est pas seulement un lieu d’activités commerciales pour les habitants de Can Tho, mais aussi désormais une destination très attractive pour les touristes étrangers comme vietnamiens.

De gauche à droite : : Dans le hameau Binh An, une ancienne maison du XVIIIème siècle, typique de la région du Mékong © FS; : Dans le hameau Binh An, une ancienne maison du XVIIIème siècle, typique de la région du Mékong © FS; : Les célèbres bonsaïs animaliers de Cai Mon © FS
De gauche à droite : : Dans le hameau Binh An, une ancienne maison du XVIIIème siècle, typique de la région du Mékong © FS; : Dans le hameau Binh An, une ancienne maison du XVIIIème siècle, typique de la région du Mékong © FS; : Les célèbres bonsaïs animaliers de Cai Mon © FS
Plus loin, à votre descente du bateau, faites halte à Cho Lach, petit bourg calme de la province de Ben Tre.

Puis traversez le fleuve à bord d’un ferry local et savourez un délicieux déjeuner dans un gîte rural du hameau Binh An, une ancienne maison en bois du XVIIIème siècle typique de la région du Mékong. Puis visitez le marché local de Cho Lach. Là aussi l’abondance de fruits et de légumes frais et savoureux ravit le regard et flatte l’odorat. Il est temps de reprendre la route pour Saïgon à travers Cai Mon, une région réputée pour ses bonsaïs et ses fleurs... Balade magique dans le parfum des Lotus, des Cerisiers, des Amaryllis, des Chrysanthèmes, des Pivoines et des Roses…

: Le Cochinchine s’apprête à remonter le delta du Mékong © DR.
: Le Cochinchine s’apprête à remonter le delta du Mékong © DR.

En haut de gauche à droite : Intérieur de la Grande Poste Buu Dien avec ses arceaux métalliques © Wikipedia Commons.; Palais de la Réunification © DR; en bas de gauche à droite : Patio à l’étage de l’Hôtel Continental © FS; Bar extérieur de l'Hôtel Majestic depuis lequel la vue sur la ville est magnifique. L’hôtel Majestic qui fut longtemps le PC des correspondants de guerre © Hôtel Majestic Saïgon
En haut de gauche à droite : Intérieur de la Grande Poste Buu Dien avec ses arceaux métalliques © Wikipedia Commons.; Palais de la Réunification © DR; en bas de gauche à droite : Patio à l’étage de l’Hôtel Continental © FS; Bar extérieur de l'Hôtel Majestic depuis lequel la vue sur la ville est magnifique. L’hôtel Majestic qui fut longtemps le PC des correspondants de guerre © Hôtel Majestic Saïgon
Plus d'infos

A visiter
Le Palais de la Réunification
Ouvert de 7h30 à 12h et de 13h à 16h. Le palais est situé au bout de la grande avenue qui part de Notre-Dame de Saïgon, près de la porte principale du marché de Ben Thanh, située sur le côté est des jardins.

S’informer :
Office national du Tourisme du Vietnam.

www.vietnamtourism.com

Y aller :
Avec National Tours qui propose, outre le nord et le sud Vietnam, des Combinés Cambodge/Laos/Vietnam- Terres Indochinoises de 17 jours–14 nuits (Phnom Penh, Angkor, Luang Prabang, Dien Bien Phu, Hanoï, Halong).ou encore Vietnam/Cambodge- Reflets d’Indochine de 15 jours–13 nuits (Hanoï, Hoa Lu, Baie d’Halong, Danang, Hué, Ho Chi Minh, Phnom Penh, Angkor). Vols Air France au départ de Paris et aéroports régionaux (voir brochure Nationaltours 2018).
Monnaie: 
1 € = 26 369 Dongs
Dormir
A l’hôtel Continental Saigon
  construit en 1880.
www.continentalsaigon.com  

 

De gauche à droite :Restaurant Hoa Tuc © DR; Restaurant Propaganda © DR; En bas de gauche à droite : Le restaurant en plein air du restaurant Cochinchine-Saïgon Le Cochinchine © Cochinchine-Saïgon; Jardin du Ly Club © DR
De gauche à droite :Restaurant Hoa Tuc © DR; Restaurant Propaganda © DR; En bas de gauche à droite : Le restaurant en plein air du restaurant Cochinchine-Saïgon Le Cochinchine © Cochinchine-Saïgon; Jardin du Ly Club © DR
Déguster

Restaurant Hoa Tuc. 

A l’hôtel Majestic construit en 1925. majesticsaigon.com/situé dans la cour intérieure d'une ancienne raffinerie d'opium Hoa Tuc (Fleur de pavot) propose une cuisine vietnamienne contemporaine dans un superbe décor Art Déco. www.hoatuc.com  

Restaurant Indochine.
Un parfum d'Indochine au coeur même de la cité. Goûtez aux délicieux cocktails du bar,tous élaborés avec des fruits locaux.

www.indochine.vn


Restaurant Propaganda.
Un petit côté bistrot branché à la clientèle jeune et cosmopolite. Cuisine savoureuse, service rapide et très souriant.

Restaurant Ly Club.
Le Lý Club Saigon, porte le nom de la dynastie Lý du XIème siècle, renommée pour avoir transféré la capitale du Vietnam de la province de Ninh Binh à Hanoi; le lieu de naissance du premier club Lý. Le restaurant est situé dans une magnifique villa coloniale française, et dissimulé aux regards de la rue. Cour spectaculaire, piscine céruléenne, vieux arbres tropicaux, vous y savourerez au choix deux menus, occidentaux et vietnamiens.
w
ww.lyclub.vn
 


07/08/2018
Françoise Surcouf





Nouveau commentaire :
Twitter