Actualités du tourisme

La Guyane aux couleurs et aux rythmes de son Carnaval.

Les premiers mois de l'année marquent le début des carnavals dans de nombreuses parties du monde. Notamment en Guyane, où le Carnaval est l’un des événement majeurs de la vie guyanaise. Rencontre avec José Guillolet Président du Comité du Carnaval et du Festival de Kourou.

Reportage et vidéo Yann Menguy




De l’Epiphanie début janvier au mercredi des Cendres en février se déroule le Festival Carnaval de Guyane, l’un des plus long du monde.

Organisé par des bénévoles le Carnaval de Kourou voit défilé 50 groupes d’environ 4000 participants. Il n’y a pas de thème imposé. Ce qui permet chaque année aux associations de créer, dans le plus grand secret, de nouvelles chorégraphies et des costumes étincelants de couleurs et de formes pleines de fantaisies et d’originalité. Et ce pour la joie des milliers de spectateurs dont nombreux viennent spécialement à Kourou pour participer à l’évènement. Une manne économique non négligeable. En effet sur le plan touristique, pendant la durée du Carnaval la  Guyane voit sa population passée du simple au double. Cet évènement, majeur dans le paysage guyanais, en plus de l’aspect festif et traditionnel, engendre de fortes retombées économiques sur l’ensemble du territoire.
 
 

Tous les dimanches après-midi, les parades animent  les rues de Kourou, de Cayenne et de Saint-Laurent du Maroni. Les groupes déguisés qui se préparent depuis des mois défilent et dansent autour de chars décorés, au rythme des percussions et des cuivres. (Crédit photos DR)
Tous les dimanches après-midi, les parades animent les rues de Kourou, de Cayenne et de Saint-Laurent du Maroni. Les groupes déguisés qui se préparent depuis des mois défilent et dansent autour de chars décorés, au rythme des percussions et des cuivres. (Crédit photos DR)
Le département vit alors au rythme des défilés de rue, des grandes parades carnavalesques et des animations populaires.
 
Tous les dimanches après-midi, les parades animent  les rues de Kourou, de Cayenne et de Saint-Laurent du Maroni. Les groupes déguisés qui se préparent depuis des mois défilent et dansent autour de chars décorés, au rythme des percussions et des cuivres. La population en liesse et les nombreux visiteurs fêtent ainsi le carnaval et son roi Vaval.
 

les colons  venus d’Europe célébraient le carnaval, alors interdit aux esclaves C’est seulement en 1885 que Gustave Franconie,  premier député de Guyane, officialise le carnaval.(1ère photo à Gauche - Crédit photo Wilkipédia)  - Photos 2 et 3.(Crédit photos  OT Guyane))
les colons venus d’Europe célébraient le carnaval, alors interdit aux esclaves C’est seulement en 1885 que Gustave Franconie, premier député de Guyane, officialise le carnaval.(1ère photo à Gauche - Crédit photo Wilkipédia) - Photos 2 et 3.(Crédit photos OT Guyane))
Une tradition festive qui remonte à la période de la colonisation. En effet, les colons  venus d’Europe célébraient le carnaval, alors interdit aux esclaves. Mais ces derniers osent affronter l'interdit en se réunissant dans des fêtes clandestines où ils parodiaient avec moquerie le carnaval des colons. C’est seulement en 1885 que Gustave Franconie,  premier député de Guyane, officialise le carnaval. Cette fête désormais « populaire »  appartient  à la culture créole guyanaise mais fédère également les communautés métropolitaines, brésiliennes et asiatiques.
 
 
 
 

Plus d'infos

Le masque Touloulou Guyane (Crédit photo OT Guyane)
Le masque Touloulou Guyane (Crédit photo OT Guyane)
Y aller au départ d’Orly avec :

Air Caraïbes
ou
Air France

Se renseigner :

Comité du Tourisme de la Guyane
www.tourisme-guyane.com/

Bureau parisien :

Comité du Tourisme de la Guyane 
1 Rue Clapeyron
75008 Paris
Tel : 01 42 94 15 16

 

Le Carnaval désormais « populaire »  appartient  à la culture créole guyanaise mais fédère également les communautés métropolitaines, brésiliennes et asiatiques. (Crédit photo ad-ventures.fr)
Le Carnaval désormais « populaire » appartient à la culture créole guyanaise mais fédère également les communautés métropolitaines, brésiliennes et asiatiques. (Crédit photo ad-ventures.fr)


30/01/2015
Yann Menguy





Nouveau commentaire :
Twitter