Culture

Parce que c’était lui... brillantissime échange sur les inconstances de l’amitié.

Actuellement au Théâtre du Petit Montparnasse. Dans une mise en scène de Jean-Claude Idée, les décors de Bastien Forestier. Avec Emmanuel Dechartre, Adrien Melin, Katia Miran.

Par Catherine Gary



Emmanuel Dechartre, Adrien Melin dans la pièce " Parce que c'était lui...." actuellement au Théâtre du Petit Montparnasse  (Crédit Photo DR)
Emmanuel Dechartre, Adrien Melin dans la pièce " Parce que c'était lui...." actuellement au Théâtre du Petit Montparnasse (Crédit Photo DR)
Immédiatement vient à l’esprit la suite de cette phrase proverbiale « …parce que c’était moi ». Elle est  tirée des Essais de Montaigne, livre I, chapitre De l’Amitié. L’ami c’est bien sûr Etienne de la Boétie, écrivain et poète mort en 1563 à l’âge de 32 ans après avoir écrit un brillant réquisitoire contre la légitimité de toute autorité : Le Discours de la servitude volontaire. Une amitié qui a résisté aux différences et peut-être aux différends, car les deux hommes n’ont pas le même caractère et leurs engagements diffèrent. L’un est emporté, sa pensée, audacieuse pour l’époque, préfigure les diatribes contre l’aliénation sociale quelque trois cents ans plus tard. Montaigne est prudent, prône l’ordre et semble de fait accepter les règles établies par la société. L’important est d’abord de « se connaître soi-même et par là même, de connaître l’humaine condition » dit-il en préface de ses mémoires.

Emmanuel Dechartre, Katia Miran dans la pièce "Parce que c'était lui..." actuellement au Théâtre du Petit Montparnasse (Crédit Photo Lot)
Emmanuel Dechartre, Katia Miran dans la pièce "Parce que c'était lui..." actuellement au Théâtre du Petit Montparnasse (Crédit Photo Lot)
L’idée de la pièce tient dans la mise en relation des deux protagonistes au moyen d’un subterfuge.

La Boétie est mort depuis longtemps, Montaigne est vieillissant, il vient de terminer le troisième volume de ses Essais… A l’heure des bilans, il se sent envahir par la présence, effective sur scène, de son ami. Comme un vivant reproche, l’expression d’un doute ou d’une mauvaise conscience. Pourquoi n’a-t-il pas inséré, comme il s’y était engagé, le livre de  La Boétie dans Les Essais ? Pourquoi n’a-t-il rien fait pour la divulgation de ses idées ? A-t-il été fidèle à cette amitié  intellectuelle post-mortem ?

Entre les deux hommes qui s’affrontent, Marie de Gournay, inconditionnelle amoureuse du maître, vient apporter sa passion, son admiration, sa belle jeunesse. Sa fraîcheur aussi pour animer la brillante controverse, beau rappel des idées de Montaigne. Tous deux se sont en effet rencontrés à Paris et on sait que Marie consacrera sa vie et sa fortune à assurer onze éditions posthumes des Essais.

Emmanuel Dechartre et Katia Miran (Crédit Photo Lot)
Emmanuel Dechartre et Katia Miran (Crédit Photo Lot)
La mise en scène est sobre, voire austère, pour ne pas distraire en détails superflus l’exigence des répliques qui sont un pur bonheur.




Décidément, Montaigne est à la mode et c’est une chance que ce texte directement inspiré par son œuvre. L’été dernier déjà, Antoine Compagnon nous régalait avec son petit livre Un été avec Montaigne confirmant ainsi  l'intemporalité de ce penseur du XVIè siècle. La pièce fait de même en trois personnages sur scène. Moments étincelants d’intelligence que l’on suit sans lassitude tout du long grâce aussi à la performance des comédiens. Bravissimo à Emmanuel Dechartre en Montaigne, habité par la complexité d’une pensée qu’il sait rendre limpide. Katia Miran est ravissante, craquante et  un bel avenir l’attend sur les planches. En un mot, courez vite voir cette pièce inspirée !

C.G.



Théâtre du Petit Montparnasse
Du mardi au samedi à 21h. Matinée dimanche à 15 h
Prix des places: 32€ , 18 €  
www.theatremontparnasse.com
 
 

Emmanuel Dechartre, Adrien Melin, Katia Miran dans la pièce " Parce que c'était lui..." actuellement au Théâtre du Petit Montparnasse (Crédit Photo LOT)
Emmanuel Dechartre, Adrien Melin, Katia Miran dans la pièce " Parce que c'était lui..." actuellement au Théâtre du Petit Montparnasse (Crédit Photo LOT)


28/02/2014
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 4 Juillet 2017 - 15:55 Fernand Léger et Le Corbusier réunis à Metz