Actualités du tourisme

Plein Ciel : Air New Zealand, l’outsider du Pacifique !

Porté par l’engouement des Français depuis un an pour la Nouvelle-Zélande, Air New Zealand enregistre une croissance de plus de 20% dans l’hexagone.

Reportage de Patrick Cros




Service de qualité pour séduire la clientèle...
Service de qualité pour séduire la clientèle...
 « L’une des clés du succès : l’innovation ! ». Pour Chris Myers, directeur général Europe d’Air New Zealand une compagnie aérienne doit miser sur les nouvelles technologies, et des produits et services originaux et de qualité pour séduire la clientèle, mais aussi pour compenser le prix du pétrole. Un Paris-Nouvelle Zélande « coute, par exemple, près de 1.000 euros par passager » en carburant « ce qui rend le marché très difficile, d’autant que la concurrence tire les prix vers le bas ». Au programme : cinq nouveaux Boeing 777-300 qui assurent depuis avril 2011 la liaison quotidienne Auckland-Londres via Los Angeles. « Aux 20% d’économie de carburant, s’ajoute de nouveaux sièges plus ergonomiques (dont le SkyCouch en business) et un tout nouveau système high-tech de divertissement à bord ». Une politique de qualité qui a permis à la compagnie aérienne de décrocher début 2012 pour la deuxième fois en trois ans, le titre de « meilleure compagnie au monde 2011 » par la revue professionnelle américaine Air Transport World.

: Des sièges plus ergonomiques sur le B 777-300 qui seront généralisés à terme à l’ensemble de la flotte ©DR
: Des sièges plus ergonomiques sur le B 777-300 qui seront généralisés à terme à l’ensemble de la flotte ©DR
L’engouement du marché français
 
Les réservations sont également au beau fixe dans l’hexagone. « La France est devenue notre marché le plus dynamique en Europe » précise Chris Myers. La croissance du chiffre d’affaires d’Air New Zealand en France a fait un bond de +27% de juin 2010 à juillet 2011. « Une hausse qui s’est confirmée en 2012 avec +20% au cours des derniers mois », selon la compagnie qui a bénéficié du succès du pays des kiwis auprès de la clientèle française depuis la Coupe du monde de rugby. Du coup, l’hexagone devient l’un de ses marchés porteurs avec ses deux liaisons quotidiennes sur Auckland via Londres, l’une via Hong-Kong et l’autre via Los Angeles.
Pour Chris Myers, ces bons résultats sont aussi liés « au développement de nouveaux partenariats ou alliances » passés avec d’autres compagnies aériennes. Ils ont permis à Air New Zealand « de sortir de son isolement au bout du monde et de multiplier les dessertes proposées ». La compagnie a en effet noué depuis deux ans de nouveaux partenariats pour renforcer sa position en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. « Notre entrée en juillet 2011 dans le capital de Virgin Australia, avec qui nous sommes maintenant en codeshare, a par exemple ouvert aux Français l’ensemble du continent australien », commente le directeur général Europe.
 

Vue de l'aéroport de Queenstown (Nouvelle-Zélande) (Photo www.traveljournals.net)
Vue de l'aéroport de Queenstown (Nouvelle-Zélande) (Photo www.traveljournals.net)
 Des codeshare stratégiques
 

Les offres de liaisons se sont ainsi multipliées depuis deux ans au départ des capitales européennes dont Paris (via Londres). Au codeshare avec Lufthansa, également membre de star Alliance, s’est ajouté celui avec Virgin Atlantic sur des lignes telles que Londres-San Francisco ou Londres-Vancouver. Un accord de codeshare a aussi été signé en mars 2012 avec All Nippon Airways (ANA), en particulier sur ses vols vers le Japon au départ de Francfort et Paris. « De bonnes relations techniques ont parallèlement été développées avec Air Fance-KLM, au niveau du GPS et des connections, pour développer des synergies sur des vols complémentaires, tels que Paris-Narita (Japon) avec Air France puis Narita-Auckland avec Air New Zealand », ajoute Chris Myers.

P.C.
 






Plus d'infos

 Des Boeing 787-900 pour Air New Zealand
 
Air New Zealand sera la première compagnie au monde à recevoir, début 2014, le tout nouveau Boeing 787-900. Une arrivée qui devrait permettre d’alléger encore de 20% la facture pétrolière, selon Boeing. L’avion pourrait desservir Auckland au départ de Londres via Hong-Kong. Six autres viendront ensuite rejoindre la flotte du transporteur néo-zélandais.

www.airnewzealand.fr/

Le B 777-300 relie depuis avril 2011 Auckland à Londres via Los Angeles ©DR
Le B 777-300 relie depuis avril 2011 Auckland à Londres via Los Angeles ©DR


20/05/2012
Patrick Cros





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Juillet 2017 - 16:11 La Thaïlande, un paradis pour les golfeurs