Actualités du tourisme

Plein ciel : Ça c’est passé cette semaine….

Tout ce qu'il faut savoir dans le secteur aérien à travers le monde.

Par Richard Bayon



Emirates remplace un Airbus A 340-300 par un Boeing 777-200 sur sa route aérienne Dubaï – Larnaca (Chypre) – Malte.

1/Emirates - Airbus A380 (photo Marc Puech)2/Oman Air Airbus A 330-300 (photo Marcel Müller)3/ Aéroport Dubaï (photo xaviermerten.com) 4/ Aéroport international de Chennaï en Inde (photo Tumblr.com)
1/Emirates - Airbus A380 (photo Marc Puech)2/Oman Air Airbus A 330-300 (photo Marcel Müller)3/ Aéroport Dubaï (photo xaviermerten.com) 4/ Aéroport international de Chennaï en Inde (photo Tumblr.com)
Ce n’est pas tant le type d’appareil ni le nom du constructeur qui pose problème, mais l’équipement plus récent proposé à bord du triple 7. Configuré en trois classes, le Boeing est équipé du système dernier cri de divertissement en vol baptisé ICE, un must selon la Cie Dubaïote qui opère cette route quotidiennement.

Oman Air compagnie aérienne éponyme du Sultanat d’Oman déploie ses deux nouveaux Boeing 737-800 principalement vers l’Inde et le Pakistan.

Equipés de 162 sièges dans une configuration bi-classe, les dessertes de Chennai, Delhi (en Inde) et de Hiderabad, Islamabad et Lahore ( au Pakistan) montent en fréquence. Consciente de sa récente bonne réputation acquise à l’international Oman Air entend adapter la taille de sa flotte à son réseau. La Cie Omanaise exploite une flotte forte de 17 Boeing 737, 7 Airbus A 330,  4 Embraer 175 et 2 ATR 42.
 

En Inde, l’activité Aviation d’Affaires et par conséquent la flotte aérienne dévolue à ce secteur d’activité devrait doubler d’ici quatre ans.

Forte de son empreinte économique grandissante et d’un nombre de milliardaires en augmentation, l’Inde devrait connaître une forte croissance sur ce marché florissant même si le maillage du territoire avec les vols domestiques affiche de beaux résultats, l’aviation d’affaires à un rôle complémentaire à jouer.

Entre les villes non ou mal desservies et des correspondances pas toujours faciles et le gain de temps qu’elle procure : l’aviation d’affaires va tirer son épingle du jeu. On estime une croissance de cette activité de l’ordre de 10% par an avec un besoin en avions équivalent à 120 jets ‘d’affaires, 150 autres avions de plus petite capacité et environ 180 hélicoptères.
 

La Jetée A de l’Aéroport Int de Dubaï devient le premier équipement aéroportuaire 100% dédié au traitement des Super Jumbo Airbus A 380 .

Ainsi, 20 A 380 peuvent être simultanément au contact avec les luxueux salons First et Business Class d’Emirates. 29 900 mètres carrés sont entièrement dédiés à ce secteur de la Cie. La jetée A n’est qu’une partie du Terminal 3, un complexe entièrement dévolu à l’usage exclusif de la Compagnie Emirates. Vingt et une destinations du réseau d’Emirates sont desservies en A 380, en Europe, Amérique du Nord, Asie et Australie.

Avec 11 étages et une surface totale au sol de 528 000m2 la jetée A est reliée à la Jetée B et au Terminal 3 par un métro souterrain. Les salons First et Business offrent un accès pratique et direct aux portes d’embarquement. Ces salons qui sont la raison d’être de l’extension de la Jetée A sont parmi les plus spacieux au monde.

La Jetée A porte la capacité de l’Aéroport International de Dubaï de 60 à 75 millions de passagers par an. Il s’agit là d’une extension vitale de m’Aéroport de Dubai. 8 Milliards de Dollars sont investis dans ce développement baptisé ‘Strategic Plan 2020’ qui fera passer la capacité de l’aéroport à 90 millions de passagers à l’horizon 2018.
 

Vue d'un hublot - Avion Air-France B777-300 ER (Photo hhamon site Goldenflyer)
Vue d'un hublot - Avion Air-France B777-300 ER (Photo hhamon site Goldenflyer)


20/02/2013
Richard Bayon





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Mars 2017 - 00:37 Faire pleurer les arbres à Alaçati…