Culture

Besançon à l’heure du bicentenaire Gustave Courbet

Ornans, le village natal du peintre célèbre l’enfant du pays à quelques kilomètres, entre les hautes falaises qui inspirèrent ses paysages. On expose en ce moment les dessins du maître du Réalisme, belle introduction à ses peintures sur les cimaises du plus vieux musée de France, celui de Besançon. Il vient de faire peau neuve pour mieux honorer sa remarquable collection. Balade ensuite vers d’autres musées.

Par Catherine Gary



Vue de surplomb d'Ornans . @ C.Gary
Vue de surplomb d'Ornans . @ C.Gary

 

La Loue à Ornans C.Gary
La Loue à Ornans C.Gary
Fidèle à Ornans, Courbet y installe son dernier atelier




Né dans cette petite ville de Franche-Comté en 1819, il y vient régulièrement retrouver la nature sauvage de l’ample vallée creusée par la Loue qui inspirera nombre de ses tableaux dont le célèbre Enterrement à Ornans.

Courbet y achète en 1860 une ancienne fonderie et la transforme en un vaste atelier où il reçoit aussi ses amis peintres parisiens ainsi que Fourier et Proudhon et ce jusqu’à son exil en Suisse en 1873 après les événements de la Commune auxquels il participe activement.

On se promène dans le calme des ruelles, le long de la rivière tout en admirant la beauté du paysage classé Grand site national. Le musée qui est consacré au maître vient d’être agrandi et ouvre ses grandes baies vitrées sur la Loue et les falaises environnantes immergeant ainsi le visiteur au cœur même du cadre que Courbet aimait.

La collection permanente permet de découvrir plus de 400 œuvres dont Le Chêne de Flagey. 

Quant à l’exposition temporaire du bicentenaire, Courbet dessinateur, elle découvre une facette de son œuvre assez méconnue et pourtant magistrale à travers une quarantaine de dessins. Les amateurs de randonnée ont aussi le plaisir de retrouver le long des sentiers les sites qui ont inspiré le peintre…

Exposition du célèbre tableau de Gustave Courbet "Enterrement à Ornans.". @D.Martin - Musée des Beaux-Arts à Besançon
Exposition du célèbre tableau de Gustave Courbet "Enterrement à Ornans.". @D.Martin - Musée des Beaux-Arts à Besançon

Le style épuré et lumineux  du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon après rénovation. @ C.Gary
Le style épuré et lumineux du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon après rénovation. @ C.Gary
Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon a rouvert ses portes sur des trésors

 

C’est la plus ancienne collection française ouverte au public. En 1694. On la doit à un certain abbé Boisot.


A sa mort, elle est léguée à la ville avec mission de prolonger le droit d’accès aux citadins. A partir de 1843 l’ensemble s’enrichit de saisies révolutionnaires mais aussi de dons comme ceux de Pierre-Adrien Pâris, de Jean Gigoux, des époux Besson.

Le tout est alors présenté dans le vaste espace de la halle aux grains jusqu’à ce que le bâtiment soit remanié en 1963 par Louis Miquel, collaborateur de Le Corbusier, en une succession de paliers, de plans inclinés sous verrière, de formes cubiques en béton brut, de lignes épurées…Enfin, la dernière et récente rénovation par le cabinet Adelfo Scaranello respecte l’existant tout en apportant une lumière zénithale et de grandes baies vitrées pour créer une respiration entre les espaces intérieurs et l’extérieur du musée et favoriser la mise en valeur des œuvres.

Le musée des Beaux Arts et d'Archéologie expose pour  le Bicentenaire Courbet  le gigantesque Hallali du cerf, chef d’œuvre saisissant qui occupe un panneau à lui seul. @ mbaa.besançon.
Le musée des Beaux Arts et d'Archéologie expose pour le Bicentenaire Courbet le gigantesque Hallali du cerf, chef d’œuvre saisissant qui occupe un panneau à lui seul. @ mbaa.besançon.

Exposition des toiles au musée des Beaux Arts de Besançon : 1 Simon Vouet ,Musée des Beaux Arts Besançon Adam  et Eve. Lucas Cranach vers 1508. @ DR
Exposition des toiles au musée des Beaux Arts de Besançon : 1 Simon Vouet ,Musée des Beaux Arts Besançon Adam et Eve. Lucas Cranach vers 1508. @ DR
Un foisonnement d’œuvres venues de toute l’Europe

 


Archéologie régionale, Egypte ancienne et sculpture médiévale accueillent le visiteur à l’entrée. On s’engage ensuite sur la rampe autour de laquelle s’ouvrent les salles.


Bicentenaire Courbet oblige on se dirige vers celle qui lui est consacrée pour admirer le gigantesque Hallali du cerf, chef d’œuvre saisissant qui occupe un panneau à lui seul. Pour prolonger ce XIXè siècle, Goya, Ingres, David, Delacroix, Géricault siègent dans la grande galerie.

L’itinéraire chronologique commence avec quelques merveilles du XVè et XVI è siècles : Adam et Eve de Cranach suivis de Bellini, Titien, Tintoret, Filipino Lippi… Une salle est consacrée au retable monumental de Bronzino, La Déploration du Christ, chef d’œuvre du maniérisme et trésor du musée.

Le XVIIè siècle est honoré avec Vouet, Philippe de Champaigne, Ribera, Zurbaran, Ruysdael, Breughel, Jordaens, Van Dyck et quatre petits Rubens. Dix curieuses Chinoiseries de François Boucher, Fragonard et Hubert Robert illustrent le XVIIIè siècle avant une émergence en pleine lumière pour les peintres modernes : Marquet, Bonard, Matisse, Renoir, Suzanne Valadon et Signac. Compter deux heures de visite pour un tour complet de ces richesses.  

Maison natale de Victor Hugo  ©eric chatelain ville de besançon
Maison natale de Victor Hugo ©eric chatelain ville de besançon

Photos d'intérieur de la maison natale de Victor Hugo à Besançon  @ J.C.Sexe
Photos d'intérieur de la maison natale de Victor Hugo à Besançon @ J.C.Sexe
 
Balade en ville entre musée du Temps et Maison de Victor Hugo
 
Besançon, ville fortifiée par Vauban a un sacré caractère et pour la découvrir, bien chaussés, grimpez jusqu’à sa forteresse qui vous délivrera l’un des plus beaux paysages sur la vallée tout en vous invitant à vous perdre ensuite dans le dédale de ses ruelles. Plus bas, elle s’assagit, ses rues se font plus larges et commerçantes, ses bâtiments cossus.

Derrière les hautes portes aux frontons sculptés, des surprises vous attendent. Comme cette galerie d’art contemporain, L’App’Art, qu’a ouvert récemment chez lui, au 1er étage, Gilles Dreydemy en s’adressant aux amis et à tous les fervents de création d’avant garde. Le concept ? « Un désir très puissant de créer une relation forte entre artistes visionnaires et public averti ».

Musée du Temps   et Palais  Granvelle à Besançon @ Ville de Besançon
Musée du Temps et Palais Granvelle à Besançon @ Ville de Besançon
Il fallait ce prestigieux palais Renaissance de Granvelle pour accueillir les savoir-faire ancestraux et souvent locaux qui illustrent la longue histoire du temps. Ou plutôt du compte du temps.

Le Musée du Temps attend patiemment ses visiteurs dans le silence de ses salles où les riches collections d’horlogerie découvrent les instruments simples ou complexes qui ont servi à mesurer ce temps qui passe inexorablement. Passionnante découverte bien qu’assez technique par moments, agrémentée de tapisseries, de peintures et de mobilier d’époque. Quant à Victor Hugo, mais si, c’est bien ici qu’il est né ! Même s’il n’y a fait qu’une brève apparition avant que son père ne soit appelé pour d’autres commandements. Cela n’a pas empêché la ville, trop fière d’avoir bercé ses premières années de lui consacrer un musée avec un concept très judicieux à la base et une scénographie qui laisse bonne place au multimédia.

Le parcours se décline en quatre thématiques qui chacune rappelle les combats du grand homme dans un ensemble parrainé par Robert Badinter. Pour la liberté d’expression, contre la misère et l’injustice, pour les droits de l’enfant, pour la liberté des peuples... Textes, vidéos, éditions originales, portraits, photos, vestiges de mobilier donnent corps à l’écrivain sans doute le plus sacralisé de la littérature française. Une belle visite à conseiller aux jeunes de passage dans cette ville au riche patrimoine qui n’en est pas moins vivante et tonique.

La Pendule de Foucault à découvrir au Musée du Temps à Besançon. @ Arnaud.Wikipédia
La Pendule de Foucault à découvrir au Musée du Temps à Besançon. @ Arnaud.Wikipédia

De gauche à droite : Musée Courbet à Ornans; Musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Besançon, la Maison natale de Victor Hugo, Galerie L’App’Art de Gilles Dreydemy . @ Tripadvisor/Wikipédia/DR
De gauche à droite : Musée Courbet à Ornans; Musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Besançon, la Maison natale de Victor Hugo, Galerie L’App’Art de Gilles Dreydemy . @ Tripadvisor/Wikipédia/DR
Plus d'infos

Expositions et musées


Courbet Dessinateur
Musée Gustave Courbet à Ornans dans le Doubs
Jusqu’au 29 avril 2019

www.musee-courbet.doubs.fr

Musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Besançon
1, place de la Révolution.

www.mbaa.besancon.fr

Musée du Temps
Palais Granvelle
96, Grande Rue

www.mdt.besancon.fr

Maison Victor Hugo
140, Grande Rue

www.www.besancon.fr/hugo

Galerie L’App’Art de Gilles Dreydemy
A découvrir au 15 rue Ronchaux dans le très bel appartement de son propriétaire.

www.gallerylappart.com

Se loger

A Ornans : Hôtel de France***
51 rue Pierre Vernier

www.hoteldefrance-ornans.com


 

De gauche à droite : Hôtel de France à Ornans @ Hôtel de France; Vue d'ensemble de l'Hôtel La  Sauvage @www.hotel-lesauvage.com, La grande salle de La Brasserie du Commerce à Besançon. @ DR
De gauche à droite : Hôtel de France à Ornans @ Hôtel de France; Vue d'ensemble de l'Hôtel La Sauvage @www.hotel-lesauvage.com, La grande salle de La Brasserie du Commerce à Besançon. @ DR
A Besançon : Hôtel La Sauvage***
6 rue du Chapitre
Excellente adresse située en haut du quartier historique de la ville dans un ancien couvent de sœurs Clarisses. Restauré et décoré avec goût et élégance, c’est un havre de paix au pied de la Citadelle. Excellent accueil. 
Prix : à partir de 99 euros. Bel éventail de chambres de charme. 

www.hotel-lesauvage.com

Se restaurer

La Brasserie du Commerce à Besançon

31 rue des Granges
Miroirs, boiseries et hauts plafonds forment le beau décor de cet établissement fin XIXè siècle qui propose une cuisine traditionnelle et régionale revisitée.

www.brasserie-du-commerce.com

Se laisser guider avecArts et Vie 

Escapade dans le Doubs du 15 au 19 mai avec au  programme :
visite des citadelles de Belfort et de Besançon, maison natale de Victor Hugo, musée de l’Aventure Peugeot, visite d’Ornans et du musée Courbet, visite de Montbéliard et des ses belles demeures Renaissance, croisière sur le Doubs.
Prix au départ de Paris : 920 euros (base chambre double) en demi-pension, hébergement en hôtels 3 étoiles 


24/03/2019
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Novembre 2019 - 18:38 La culture bistrotière de Pierre Josse

Mardi 30 Juillet 2019 - 16:26 Exposition Blois - " Enfants de la Renaissance "