Culture

Jean Anguera, l’homme au cœur de la matière

Petit-fils du sculpteur espagnol Pablo Gargallo, Jean Anguera est né à Paris en 1953. Il s’oriente d’abord vers des études d’architecture qu’il poursuit jusqu’en 1978. Entre temps, il a fréquenté l’atelier du sculpteur César à l’ENSBA. Il est marqué particulièrement par l’enseignement de Jacques Bosson, architecte et scénographe, et les cours de Jacques Lecoq et Gérard Koch.

Reportage David Raynal , Yann Menguy



Jean Anguera et Salah Stétié à la galerie Michèle Broutta (Photo David Raynal)
Jean Anguera et Salah Stétié à la galerie Michèle Broutta (Photo David Raynal)
En 1983, et de nouveau en 1995, Jean Anguera va installer son atelier au cœur d’un paysage de plaine situé aux confins de la Beauce et du Gâtinais. C’est cette plaine, qui pourrait très bien s’apparenter au désert minéral castillan ou touarègue, qui est fréquemment évoquée dans le titre de ses œuvres. En 2005, à la suite d’une exposition personnelle à la galerie Marwan Hoss, il fait la connaissance du poète libanais Salah Stétié, Grand Prix de la Francophonie et de l’Académie française. En 2008, le sculpteur décide de faire son portrait en plusieurs formats. De ces échanges, va naître une belle et forte amitié qui vient d’aboutir à la publication d’un livre « Jean Anguera, Sculpteur de l’impalpable » aux éditions Kallimages. Salah Stétié, l’ancien diplomate devenu écrivain et critique, tour à tour ambassadeur à l’Unesco, aux Pays-Bas et au Maroc, magnifie dans ses écrits lumineux, le travail du sculpteur modelant la glaise. « Jean Anguera sculpte les vestiges d’un monde perdu, d’un monde qui est entré dans le cycle de sa perte et qui, peut-être, n’existe si peu, qu’il existe, que pour s’avouer. […] Il n’y a chez ce sculpteur, ni sons, ni parfums, mais la couleur des êtres et des choses, ce rose violacé qui dit la chair martyrisée en voie de corruption, et les grands sols, objets d’une interception mauve par le malheur » souligne t-il dans ce bel ouvrage. 

Les dessins en noir et blanc de Jean Anguera peuvent nous aider à comprendre sa sculpture

Ses œuvres douces et massives, monolithes et complexes sont  actuellement exposées à la 3e biennale de sculpture de Yerres (91) ou encore à la galerie Michèle Broutta à Paris. Elles s’attachent  à la représentation de l’homme dans sa dimension d’éternité.
 
Les œuvres de Jean Anguera sont visibles jusqu’au 5 novembre à la
galerie Michèle Broutta, 31 rue des Bergers 75015 Paris
et à la 3e Biennale de Sculpture de Yerres (91) jusqu’au 27 novembre
.


04/11/2011
David Raynal et Yann Menguy





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 16:52 A livre ouvert avec Jean Picollec