Culture

L’Avare au théâtre Michel : à voir d’urgence!

Connaissez-vous Le Grenier de Babouchka ? Non ? Alors sans attendre, courez en famille voir les spectacles de cette compagnie étonnante de fraîcheur et de dynamisme qui opère au théâtre Michel. Mise en scène Jean-Philippe Daguerre
Avec Didier Lafaye, Clotilde Daniault, Stéphane Dauch, Charlotte Matzneff, Olivier Girard, Simon Gleizes, Sophie Raynaud, Edouard Rouland, Yves Roux, Andrea Torres Gibert.

Par Catherine Gary



L'Avare (Photo Théâtre Michel)
L'Avare (Photo Théâtre Michel)
Plusieurs de leurs pièces, à l’affiche jusqu’en mai, vont faire de vos jeunes des passionnés des grands textes classiques ! Nous avons vu l’Avare, une pièce réjouissante, irrésistible du début à la fin grâce au jeu expressif et tonique d’une pléiade de comédiens qui savent comme personne donner chair aux savoureux dialogues de Molière. Ce vieux grigou d’Harpagon, malade d’avarice, rongé par la méfiance, maltraite sa domesticité et les soumet à un  régime d’une austérité que le décor illustre, comme l’image visible de son univers mental : un tissu gris recouvre les rares meubles et habille tristement l’entourage. Père abusif, il promet ses enfants à des mariages d’argent tandis qu’il espère convoler avec la jeune Marianne (délicieuse et ravissante Flore Vannier-Moreau à la rayonnante sensibilité romantique), convoitée par son fils…Les subtilités du texte qui mêlent les mots du quotidien aux argumentations plus subtiles, deviennent limpides par la théâtralisation, les mimiques, les gestes de chaque comédien, sans caricature grossière. Par le rythme aussi dans la succession des scènes. « Je veux que la pièce se joue au rythme soutenu de son personnage principal dont l’excellente santé physique porte furieusement les décombres de sa santé mentale », précise Jean-Philippe Daguerre.

L'Avare (Photo Théâtre Michel)
L'Avare (Photo Théâtre Michel)
Au centre donc, Didier Lafaye en Harpagon qui  gesticule, se démène, court de-ci de-là après des voleurs fantômes. Avec des moments de bravoure quand il s’agit de la dot de sa fille ou de son argent disparu. Ses délires - roulant les yeux, bondissant, se jetant à terre sous les rires de l’assistance conquise - ne sont pas sans rappeler Louis de Funès dans  La Folie des grandeurs de Gérard Oury, un film dont l’hilarité fut à l’époque inspirée par Harpagon. Quand la fameuse cassette disparaît, le monde s’écroule et la résolution des conflits au final ne permettre pas à Harpagon de retrouver la raison son argent retrouvé. Mais comme dans toute comédie, le dénouement donne raison aux jeunes amoureux et fait rire aux éclats de cet avaricieux hors normes. C.G.

Plus d'infos


A l’affiche jusqu’au 12 mai 2013.
"L’Avare" au Théâtre Michel
38, rue des Mathurins - Paris 8ème



Réservation : 01 42 65 35 02
www.theatre-michel.fr
www.legrenier.asso.fr

l'Avare au Théâtre Michel à Paris (Photo Théâtre Michel)
l'Avare au Théâtre Michel à Paris (Photo Théâtre Michel)


02/04/2013
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 16:52 A livre ouvert avec Jean Picollec