Culture

Sortir à Paris - Les belles expos de l’automne

Par Catherine Gary



Le Carnaval d'arlequin 1924-25 Miro  - Copyright DR
Le Carnaval d'arlequin 1924-25 Miro - Copyright DR
Miró.
Rétrospective au Grand Palais
 
 « La couleur de mes rêves »… Cet onirisme déclaré avec les propres mots de l’artiste pourrait qualifier l’aura qui de dégage de cette exposition éblouissante. S’y côtoient les œuvres peintes majeures, les céramiques, les sculptures et les dessins rendant un hommage exhaustif à ce peintre/poète singulier (1893-1983) qui durant sept décennies renouvela sans trêve les formes sur ses toiles. Il visita tour à tour le fauvisme, le surréalisme, le cubisme, en saisit toutes les subtilités sans jamais se laisser prendre à une école ou un groupe. Il fut l’ami des grands poètes de son époque, Eluard, Breton, Artaud, Queneau, Aragon durant les années 20 parisiennes et s’imprégna d’un langage poétique qu’il sut à sa façon exprimer dans ses œuvres. Tel fut Miró le solitaire, l’indomptable aussi, voire le rebelle durant la guerre d’Espagne, malgré ses airs doux et la plénitude joyeuse de sa palette.
Jamais abstrait ni figuratif, entre sa Catalogne natale, ses séjours successifs à Paris et son atelier de Mayorque, il invente sans cesse des formes nouvelles, crée des espaces stellaires, dont les fameuses Constellations sur papier qui remportent un grand succès. Créateur d’un langage pictural fait de signes, d’êtres étranges, d’animaux ou d’insectes, son univers poétique et cosmique s’exprime dans une simplicité de moyens dont l’épure des trois monumentaux Bleus I, II, III touche à la perfection finale. C’est « l’aboutissement de tout ce que j’ai essayé de faire » dira-t-il en 1961. Voici donc une exposition majeure, un événement pour des moments d’éblouissement.
Miró
Grand Palais
Commissaire Jean-Louis Prat
Plein tarif : 15 euros
Jusqu’au 4 février 2019
www.grandpalais.fr

1. - Homme qui marche 1960Copyright Succession Alberto Giacometti ; 2- La Forêt 1950 Copyright Succession Alberto Giacometti.
1. - Homme qui marche 1960Copyright Succession Alberto Giacometti ; 2- La Forêt 1950 Copyright Succession Alberto Giacometti.
Alberto Giacometti, entre tradition et avant-garde.
Musée Maillol
Catherine Grenier et Thierry Pautot, les deux commissaires de l’exposition, ont voulu mettre la cinquantaine d’œuvres de ce sculpteur emblématique du XXè siècle en relation avec les sculpteurs de son époque et ceux qui l’ont de peu précédé. Ce bel ensemble donne l’occasion d’admirer à côté des silhouettes effilées qui se sont imposées dans notre représentation de l’artiste, d’autres œuvres plus précoces ainsi que les sculptures de quelques grands qui se sont aussi mesurés à la matière : Bourdelle, Maillol, Brancusi, Laurens, Zadkine, Lipchitz… Dans ce parcours chronologique en compagnie des maîtres du genre on comprend mieux comment les œuvres de jeunesse de Giacometti encore empreintes de classicisme se libèrent au contact des avant-gardes et évoluent vers des lignes épurées voire abstraites. Vers 1935, le sculpteur revient à une figuration qui le définit à nos yeux et on retrouve avec bonheur la Femme qui marche et les œuvres qui ont fait son succès dans les années 50-60 : La Clairière, l’Homme qui marche…. On prêtera une attention particulière aux belles sculptures de Germaine Richier puis aux lithographies et aux documents d’archives. Des photographies signées par les grands de l’époque dont Brassaï complètent cette évocation du travail de l’artiste.
Alberto Giacometti, Tradition et Avant-garde
Musée Maillol
61 rue de Grenelle, 75007 Paris
Plein tarif : 13 euros
Jusqu’au 20 janvier
www.museemaillol.com

Vue de l'exposition Copyright Gautier Deblonde -
Vue de l'exposition Copyright Gautier Deblonde -
Madagascar, arts de la Grande île
Musée du Quai Branly-Jacques Chirac
Voici un parcours quasiment magique à travers plus de 360 œuvres qui révèlent pour la première fois la richesse des arts ainsi que l’histoire sur près de dix siècles de cette île magnifique située au large des côtes africaines. L’exposition en révèle la singularité car Madagascar fut le carrefour d’une multitude d’influences venues des cultures africaines, arabes, indiennes et asiatiques du sud-est bien avant le temps de sa colonisation par l’Europe et jusqu’à l’époque contemporaine. Des vestiges archéologiques en reflètent les multiples facettes ainsi que les objets rappelant le royaume malgache et la colonisation française. L’architecture et l’art de vivre au quotidien sont particulièrement représentés, mettant l’accent sur la distinction entre profane et sacré. Ce dernier occupe les dernières salles avec des œuvres exceptionnelles incarnant le culte des mondes invisibles et celui des morts : amulettes, totems, sculptures et œuvres funéraires monumentales très impressionnantes.
Madagascar, Arts de la Grande île
Musée du Quai Branly-Jacques Chirac
Commissaire : Aurélien Gaborit
Plein tarif : 12 euros
Jusqu’au 1/01/2019
www.quaibranly.fr

TIEPOLO Neptune offre l'abondance à Venise Copyright photo_Scala, Firenze
TIEPOLO Neptune offre l'abondance à Venise Copyright photo_Scala, Firenze
Eblouissante Venise
Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle
Grand Palais
Vous ne verrez pas ici les Bellini, les Carpaccio, les Titien et autres maîtres de la peinture vénitienne des XVè et XVIè siècles qui ont donné à la Sérénissime son aura glorieuse et poétique par le rayonnement de leur art. Catherine Loisel, conservateur général du patrimoine, aidée pour la direction artistique par Macha Makeïeff, a travaillé sur une époque plus tardive, le XVIIIè siècle. Venise est alors au sommet de sa gloire et brille de tous les feux de sa splendeur en Italie comme dans les autres pays d’Europe. La peinture est au sommet de sa renommée avec les Piazetta, Canaletto, Guardi, Tiepolo… et toute une diaspora d’artistes appelée à l’étranger, chez les mécènes comme à la cour des rois d’Espagne, de France d’Allemagne ou d’Angleterre. C’est ce que montre l’accrochage qui confronte les œuvres peintes à Venise à celles venant de toute l’Europe. Les musiciens et chanteurs, Vivaldi, Porpora, Farinelli ajoutent à l’enchantement, de même que le théâtre avec Goldoni. Le carnaval exprime lui aussi cette vitalité festive et inspire les artistes de même que la vie de tous les jours et celle des plaisirs. Macha Makeïeff prolonge cette ambiance de fête chaque mercredi soir dans les salles en alliant théâtre, musique et danse à la splendeur des arts visuels. Ces derniers iront déclinant au XIXè siècle en même temps que décline le commerce et que se termine en 1797 la République de Venise à l’arrivée de Bonaparte...
Eblouissante Venise
Galeries nationales du Grand Palais
Commissaire : Catherine Loisiel
Scénographie : Macha Makeïeff
Plein tarif : 14 euros
Jusqu’au 21/01/2019
www.grandpalais.fr

Grand Bleu II.1961 Miro - Copyright Grand Palais
Grand Bleu II.1961 Miro - Copyright Grand Palais


03/11/2018
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Juillet 2018 - 18:12 Daniel Barichasse à la Galerie Hors-Champs