Reportage

A Saintes, Aubeterre et Angoulême l’art et le patrimoine charentais se déclinent à tous les temps

Saintes fut jadis capitale romaine d’Aquitaine puis accueillit au moyen-âge la fameuse abbaye aux Dames. L’immense église souterraine d’Aubeterre, “Plus beau village de France“ en surface plonge aussi dans les entrailles de la terre. Angoulême mêle à son passé de capitale du papier le plus grand Festival international de Bande dessinée.


Par Catherine Gary



Balade en gabare sur la Charente © Images du Jour - R. Robin
Balade en gabare sur la Charente © Images du Jour - R. Robin
Une balade à Saintes vous embarque 2000 ans en arrière et vous rappelle une histoire passionnante avec comme témoins les vestiges encore sur pied des incomparables bâtisseurs que furent les Romains.
 

De gauche à droite : Saintes  l'Arc de Germanicus © Saintes Tourisme MP Guilhot ; Saintes Amphitheatre gallo-romain  © Studio Gaïa
De gauche à droite : Saintes l'Arc de Germanicus © Saintes Tourisme MP Guilhot ; Saintes Amphitheatre gallo-romain © Studio Gaïa
Saintes, antique capitale d’Aquitaine gallo-romaine
 
En ces terres de bord de Charente où vivent alors les gaulois Santons loin des conquêtes méditerranéennes de Rome, voici qu’arrivent en 27 av. J-C les légions armées de l’empereur Auguste.

Mêlés à la population, les Romains occuperont les lieux et les feront fructifier jusqu’au IIIe siècle de notre ère. C’est ainsi que Mediolanum devient la capitale d’Aquitaine à l’extrémité de la via Agrippa, longue route commerciale qui part de Lyon, (Lugdunum), la capitale des trois Gaules.
 
Parmi les nombreux monuments érigés durant cette conquête demeure le bel Arc de Germanicus sauvé par Mérimée au XIXe siècle alors inspecteur général des Monuments historiques et défenseur du patrimoine à travers toute la France. Cette porte monumentale en pierre blonde est dressée à l’époque devant le passage du pont sur la Charente comme principal accès à Mediolanum après péage. Les deux arches organisent l’entrée et la sortie de ceux qui viennent vendre leur vin, leurs céréales, leurs salaisons et acheter l’huile, le marbre, la céramique… Autre vestige, à la périphérie de la ville, le grand amphithéâtre dont les travaux s'achèveront en 37 ap.J-C.  On y reconnaît là aussi l’art des bâtisseurs romains dans le choix d’un vallon pour y construire en cercle plus facilement les gradins accueillant jusqu’à 15 000 spectateurs. Avec un adage, “Panem et circenses“, “du pain et des jeux“. La forme elliptique de l’ensemble long de 126 mètres sur 102 mètres accueille alors les combats d’animaux et les gladiateurs dont la force plus que la mort attire, dit-on, le public.

Jardins de l'Abbaye aux Dames -©-Sebastien Laval
Jardins de l'Abbaye aux Dames -©-Sebastien Laval
L’Abbaye aux Dames de Saintes, seconde de France après Fontevraud
 
Sous la haute tour cylindrique au toit conique coiffé d’écailles de pierre, l’abbatiale Sainte-Marie de Saintes accueille les visiteurs dans la paix et la sérénité de sa nef blanche aux chapiteaux romans historiés.

Mais il faut d’abord s’arrêter devant le porche et lever les yeux sur la beauté des frises aux motifs végétaux alternant avec les scènes bibliques finement sculptées. Au sommet, la main de Dieu et les anges. Plus bas l’Ancien Testament et les vieillards de l’Apocalypse jouant de la harpe bien avant la vocation musicale future de ces lieux. Fondée en 1047, cette abbaye bénédictine fut l’un des plus puissants monastères de femmes d’Aquitaine et immense fut son rayonnement : les moniales portaient la crosse, frappaient monnaie et ne se laissaient pas marcher sur les pieds. L’ensemble plus tard périclita, fut transformé en prison sous la Révolution. Sa restauration a permis une reconversion en Cité musicale avec concerts, Festival de musique, Jeune orchestre local et Carrousel musical. Et les murs conventuels sont devenus un lieu d’accueil où il est possible de séjourner.

De gauche à droite : Vue en contrebas d'Aubeterre  @ C.Gary ; Hauteur impressionnante de l'église troglodyte Saint Jean d'Aubeterre sur Dronne @   C.Gary
De gauche à droite : Vue en contrebas d'Aubeterre @ C.Gary ; Hauteur impressionnante de l'église troglodyte Saint Jean d'Aubeterre sur Dronne @ C.Gary
Aubeterre-sur-Dronne, l’un des “Plus beaux villages de France“
 
Vous êtes au sud-est de la  Charente , à 42 km d' Angoulême. Arrêtez-vous d’abord en contrebas du village pour la vue d’ensemble.
 
Le village est arrimé à sa colline, un roc à pic de craie blanche à deux pas de la rivière Dronne. Tout en haut une tour donjon habitée, de belles maisons de pierre blanche, des toits de tuiles rouges. Engagez-vous ensuite à pied dans la fraîcheur des venelles, certaines abruptes et pavées de galets de rivière. Un peu d’effort s’impose dans la montée mais les lieux en valent la peine. A l’automne, quand la chaleur est plus douce c’est encore mieux. On se perd dans le calme entre les hauts murs en découvrant au passage quelques ateliers de potiers, spécialité locale, ou quelques échoppes de produits du terroir. L’ambiance mêle aux maisons autochtones de riches résidences secondaires avec vues spectaculaires sur la plaine. Les seigneurs d'Aubeterre édifièrent au XIIe siècle leur rempart et le château au sommet. Il en reste quelques vestiges, le reste ayant été malmené par la guerre de Cent ans puis les guerres de Religion. En particulier la collégiale Saint-Jacques, XIIe siècle dont le portail roman en arc polylobé façon hispano-mauresque accueillit les pèlerins de Compostelle venus prier sous les voussures à motifs géométriques, signes du zodiaque et tout un bestiaire symbolique contant des croyances du passé.

Angoulême. le Palais municipal a conservé les vestiges du château où naquit Marguerite d'Angoulême sœur de François 1er. @ C.Gary
Angoulême. le Palais municipal a conservé les vestiges du château où naquit Marguerite d'Angoulême sœur de François 1er. @ C.Gary

De gauche à droite : Aubeterre Eglise souterraine Saint Jean(crédit Mairie d'Aubeterre-sur-Dronne) ; Aubeterrre. L'un des châpitaux de la collégiale Saint Jacques. @ C.Gary
De gauche à droite : Aubeterre Eglise souterraine Saint Jean(crédit Mairie d'Aubeterre-sur-Dronne) ; Aubeterrre. L'un des châpitaux de la collégiale Saint Jacques. @ C.Gary
Époustouflante église souterraine d’Aubeterre-sur-Dronne
  
C’est l’autre trésor du village. La cavité primitive aurait été creusée au VIIIe siècle mais c’est Pierre de Castillon, seigneur d'Aubeterre, qui la fait agrandir dans ses proportions exceptionnelles au XIIe siècle en même temps qu’à Saint-Emilion, autre site de sa seigneurie.

Il s’inspire à son retour de croisade des églises troglodytes de Cappadoce en Turquie découvertes dans son périple spirituel. La voûte en plein cintre s’élève à 20 mètres, l’espace est ordonné par de vastes piliers, la nef mesure 27 mètres de long sur 16 mètres de large. Un escalier creusé dans la roche rejoint la haute galerie qui cerne l’église sur trois côtés et communique alors avec le château. Au centre, un reliquaire roman taillé dans la masse sur le modèle du saint-Sépulcre de Jérusalem accueillait les reliques rapportées de croisade. Il y a aussi creusées dans le sol une fosse à reliques et une cuve baptismale. Et sur l’un des côtés, une centaine de sarcophages... Les procédés de creusement n’ont pas livré encore tous leurs secrets mais il est vraisemblable que les travaux aient procédé du haut vers le bas avec la force d’une foi capable de s’en prendre aux montagnes.

Angoulême. Le musée de la Bande dessinée.@ C.Gary
Angoulême. Le musée de la Bande dessinée.@ C.Gary

Ancien emplacement de l'Abbaye Saint-Cybard à Angouleme (france) @ Wikipedia-commons
Ancien emplacement de l'Abbaye Saint-Cybard à Angouleme (france) @ Wikipedia-commons
Angoulême, une référence dans la fabrication du papier
 

Entre le festival des Musiques métisses en mars, celui du Film Francophone (FFA) en juillet, les Gastronomades en novembre et la Bande dessinée en janvier, la ville fait honneur à l’art sous toutes ses formes sans oublier celui des papilles.


C’est avec le papier que la saga économique commence ici au XIVe siècle. Les eaux sont pures, le sol calcaire et le développement de l’imprimerie va donner de l’occupation à plein temps aux moulins sur la Charente.

En particulier à celui de l’Abbaye de Saint-Cybard qui deviendra plus tard, entre les mains des familles Lacroix puis Bardou, une usine industrieuse spécialiste du papier à cigarette Nil (Job), du haut de gamme Vélin d’Angoulême et du Vergé des Charentes.

Le musée actuel du papier en bord de Charente a investi les anciens bâtiments où travaillaient encore en 1972 plus de 5 000 ouvriers.

Angoulème. Le Festival de la BD vous accueille à la gare @. C.Gary
Angoulème. Le Festival de la BD vous accueille à la gare @. C.Gary

Angoulême Le Festival de la BD s'affiche sur les façades @ C.Gary ; Angoulême Les lauréats du Festival de la BD ont l'honneur des murs. @ C.Gary
Angoulême Le Festival de la BD s'affiche sur les façades @ C.Gary ; Angoulême Les lauréats du Festival de la BD ont l'honneur des murs. @ C.Gary
Un joyeux circuit en ville via les bandes dessinées
   
Après la fermeture de l’usine à papier Angoulême devient la plus grande “Cité internationale de la Bande dessinée et de l’Image“ accueillant 200 000 bédéphiles et des milliers de professionnels.  

Elle s’est vue décerner en novembre dernier le titre de “Ville Créative de l’Unesco“ pour son festival, son musée de la bande dessinée, ses écoles de l’image, ses murs peints et ses studios de dessins animés.

Découvrez donc cette “Ville d’art et d’histoire“ perchée sur son éperon en suivant un parcours de 27 fresques sur les façades rejointes il y a une dizaine d’années par les graffeurs qui s’en donnent aussi ici à cœur joie.

Avec l’application disponible à l’Office du tourisme vous passez successivement des Halles de style Baltard au Palais municipal XIXe siècle conçu par Paul Abadie sur les vestiges du château où naquit en 1492 Marguerite de Navarre, sœur de François 1er. Sans oublier la cathédrale romane à la façade entièrement sculptée et au transept sud métamorphosé par les verres colorés de l’artiste contemporain Jean-Michel Othoniel…Une belle balade !

Angoulême Les Halles inspirées de Baltard. @ C. Gary
Angoulême Les Halles inspirées de Baltard. @ C. Gary

Accueil au goûter par Fanny Desclaux et  Chambre d'hôtes de charme dans l'ancienne maison Lacroix @ C.Gary
Accueil au goûter par Fanny Desclaux et Chambre d'hôtes de charme dans l'ancienne maison Lacroix @ C.Gary
Plus d’infos
 
Se renseigner 
 
www.infiniment-charentes.com
 Dormir 

 Hôtel des Messageries à Saintes.
Central et très agréable

www.hotel-des-messageries.com

Chambre d’hôtes de charme à la Maison Lacroix 
A 5km d’Angoulême, dans l’ancienne maison papetière de la famille en bordure de canal, Fanny Desclaux vous reçoit avec le sourire. Vaste chambre avec balcon et salle de bain qui permet de découvrir aussi le jardin et d’évoluer dans la maison restée intacte. Le goûter est un moment magique.
131 route de Breuty.
La Couronne.
110 euros la nuit chambre double et petit déjeuner.

https://maisonlacroixcharente.com
 

 

Angoulême. Corto Maltese en bord de Charente @ C.Gary ;  Saintes. Les chais de la Maison de Cognac Grosperrin. @ C.Gary
Angoulême. Corto Maltese en bord de Charente @ C.Gary ; Saintes. Les chais de la Maison de Cognac Grosperrin. @ C.Gary
Se régaler :

Le Daillaison à Saintes
Chez Jérôme Dallet, jeune chef étoilé Michelin *nous avons dégusté en entrée un tartare de lapin fumé aux pommes de pin, brocolis crémeux, achillée millefeuille et pickles de légume, suivi d’un merlu de ligne sur la peau, chou-fleur verveine accompagné de moules bouchot, safran de Fontcouverte. Un pur régal pour 29 euros.
89 Avenue Gambetta

www.ledellaison.com

Restaurant La Cour à Angoulême
Bon bistrot au cadre sympathique. Excellent carpaccio de bar aux agrumes et sésame et filet de canette avec floralie de légumes et sauce bigarade
22 Rue de la Cloche Verte,

https://lacour-restaurant.business.site




Hostellerie du Périgord à Aubeterre-sur-Dronne
Menu du chef Fabrice Morel élaboré avec des produits bio de saison dans un cadre agréable.

https://www.logishotels.com/fr/restaurant/logis-hostellerie-du-perigord-7455

Maison de Cognac Grosperrin à Saintes
Visite des chais historiques de cette maison indépendante et familiale qui livre les secrets de fabrication de ce rare élixir, ancien, millésimé et leader des exportations françaises de spiritueux.
Port La Rousselle.
1, rue de Courbiac
Saintes

https://cognac-grosperrin.com
 
 


10/10/2020
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Octobre 2020 - 17:04 Bruxelles, capitale de l'Art nouveau