Actualités du tourisme

Chiens de traineaux aux Carroz - un avant-goût du Grand Nord

Punis de ski à Noël ? Au cœur du domaine du Grand Massif à la station des Carroz-d’Arâches en Haute-Savoie, Huskydalen propose de découvrir, hiver comme été, les balades avec des chiens de traineau. Sensations fortes garanties !

Par David Raynal



Conduire un traîneau, c’est aussi savoir le manier. Un ultime conseil ? Ne jamais lâcher son attelage ! @ Baard Loeken
Conduire un traîneau, c’est aussi savoir le manier. Un ultime conseil ? Ne jamais lâcher son attelage ! @ Baard Loeken
Ils s’appellent Yuka, Vala, Drogo et Mirabelle. Ils font 25 kilos en moyenne, ont les oreilles pointues, quatre pattes, pour la plupart l’œil bleu perçant et ils piaffent d’impatience. 

Sommes-nous en Haute-Savoie ou sur les larges étendues polaires du Finnmark ? @ DR
Sommes-nous en Haute-Savoie ou sur les larges étendues polaires du Finnmark ? @ DR
Alors que le soleil a encore du mal à passer au-dessus de la crête des montagnes, la trentaine de Husky de Sibérie qui attendent la balade donnent de la voix en cœur dans un joyeux tintamarre qui résonne jusqu’au fond de la vallée glacée. « Moi, moi, moi ! » gueulent-ils  dans l’espoir de partir les premiers sur la piste.


Pour l’instant, les chiens se bousculent, sautillent et roulent dans la neige tout en tirant puissamment sur leurs chaînes. Dans quelques minutes, c’est un traineau rustique d’une seule pièce en bois massif et son apprenti musher emmitouflé qu’ils vont devoir en attelage de quatre, contre pentes et montées, tracter et faire glisser poil au vent dans les traces.

Dans cette compétition sonore qui consiste à attirer le premier l’attention des humains, les plus jeunes chiens sont encore plus excités que leurs aînés plus chevronnés. Ils aboient, hurlent, se roulent le museau dans la neige, sautent l'un par-dessus l'autre. En un instant, tout devient plus calme.

Ceux qui ne sont pas harnachés savent qu’ils ne seront pas de la fête. Ils se couchent sagement sur l’épaisse couche de blanc et attendent résignés le retour de leurs congénères pour le prochain départ.

En dehors du ski alpin, créez-vous aux Carroz d’incroyables souvenirs au détour de nombreuses activités : fatbike électrique, luge sur rails, conduite d’attelage de chiens de traîneaux, luge en bande, parapente, patinoire, pisicne à l'Aquacîme © OT David Raynal
En dehors du ski alpin, créez-vous aux Carroz d’incroyables souvenirs au détour de nombreuses activités : fatbike électrique, luge sur rails, conduite d’attelage de chiens de traîneaux, luge en bande, parapente, patinoire, pisicne à l'Aquacîme © OT David Raynal

Alternative au ski alpin, notamment en cette période de pandémie, une balade de quelques minutes ou de quelques heures avec des chiens de traineau en communion parfaite avec la nature constituera l’un de vos plus beaux souvenirs de vacances à la neige. © David Raynal
Alternative au ski alpin, notamment en cette période de pandémie, une balade de quelques minutes ou de quelques heures avec des chiens de traineau en communion parfaite avec la nature constituera l’un de vos plus beaux souvenirs de vacances à la neige. © David Raynal
Musher d’un jour
 


Mushers professionnels, Christophe et Elisabeth Guillaud-Breches font partie des cent cinquante praticiens français diplômés d’Etat, contre seulement cinq il y a trente ans.


Il y a plusieurs années, ces éleveurs d'Esquimaux du Groenland et de Husky de Sibérie ont créé Huskydalen, une société basée à Chamonix qui emmènent ses clients faire des raids et des randonnées en traîneaux à chiens.  


Avant de partir, Elisabeth et Christophe nous livre les recommandations d’usage pour devenir de véritable petits « mushers » d’un jour. En clair, ne jamais lâcher le traineau car il pourrait partir tout seul et très loin avec les chiens. Toujours freiner en descente pour que le traineau n’arrive pas dans les pattes des animaux et les blessent.

Penser à se déporter comme en moto quand on tourne pour éviter la chute.
 

La discipline, plus tonique qu'elle n'y parait, est très ludique. À vous de gérer les bosses, les descentes, les dévers… et le frein !  @ OT Carroz
La discipline, plus tonique qu'elle n'y parait, est très ludique. À vous de gérer les bosses, les descentes, les dévers… et le frein ! @ OT Carroz
Dans ce petit jeu d’équilibre au grand air, il faut savoir tenir debout en fonction des aspérités du sol. Cela peut en effet aller vite pour un piqué de bonnet, la tête la première dans un tas de neige. Eviter de se crisper, respirer tout en se sentant à l’aise dans son corps, telle est la recette, me dis-je, du « musher-gagnant » dans l’appréhension du départ.

De même que la raquette à neige qui est apparue en Asie centrale dans le Néolithique n'a pas pris une ride, la pratique du chien de traineau remonterait à 6000 ans avant notre ère. Ce sont néanmoins les Inuits du Canada qui ont démocratisé leur usage vers l'an mille.

Le chien d'attelage est alors essentiellement un moyen de transport utilisé par les trappeurs.

De nos jours, les meneurs de chien utilisent entre 4 et 12 chiens pour tracter un traîneau mais rarement plus. Un petit attelage est plus maniable tandis qu'un grand attelage est plus rapide. Alternative au ski alpin, notamment en cette période de pandémie, une balade de quelques minutes ou de quelques heures avec des chiens de traineau en communion parfaite avec la nature constituera l’un de vos plus beaux souvenirs de vacances à la neige.

Ils s’appellent Yuka, Vala, Drogo et Mirabelle. Ils font 25 kilos en moyenne, ont les oreilles pointues, quatre pattes et pour la plupart l’œil bleu perçant. @David Raynal
Ils s’appellent Yuka, Vala, Drogo et Mirabelle. Ils font 25 kilos en moyenne, ont les oreilles pointues, quatre pattes et pour la plupart l’œil bleu perçant. @David Raynal

Dans quelques minutes, c’est un traineau rustique d’une seule pièce en bois massif et son apprenti musher emmitouflé qu’ils vont devoir en attelage de quatre, contre pentes et montées, tracter et faire glisser poil au vent dans les traces.@David Raynal
Dans quelques minutes, c’est un traineau rustique d’une seule pièce en bois massif et son apprenti musher emmitouflé qu’ils vont devoir en attelage de quatre, contre pentes et montées, tracter et faire glisser poil au vent dans les traces.@David Raynal
Chien de tête
 
C’est enfin parti pour 45 minutes de glisse, avec une descente et un virage pour ouvrir le bal : un bon test qui ne réussit manifestement pas à tout le monde.

La première montée est tout simplement magique, ouvrant sur un paysage merveilleux, le vallon des Molliets, la Pointe d’Areu en toile de fond. Sommes-nous en Haute-Savoie ou sur les larges étendues polaires du Finnmark au contact du peuple Sami, grand chasseur de rênes devant l’éternel ? Nous plongeons bientôt au cœur de la forêt, faisant notre trace là où seuls les traîneaux passent : privilège d’une glisse en silence et dans le calme d’une nature en hiver.

Pour une fois mon poids est un avantage. Ma corpulence relative décriée par certaines me permet de faire contrepoids et d’étrangler un peu les ardeurs de mes 4 fois 25 kilos de muscles à quatre pattes. Après les toutous, c’est à mon tour d’utiliser à pleins poumons mes cordes vocales « allez, en avant, stop » et de créer une complicité avec l’animal.

Très vite devant les efforts consentis par chacun, le respect s’installe avec O’Maley le chien de tête qui dirige l’attelage. Tout y est. Les sapins majestueux alourdis par la poudreuse, la joie communicative des huskys, la musique de leurs coussinets charnus écrasant la neige, leur halètement pendant l’effort d’une montée, le crissement du traîneau sur la neige. Impossible de résister à la vague d’émotions qui m’envahit. Tout simplement la joie de vivre un moment intense dans le grand blanc avec des complices en or.

Ceux qui ne sont pas harnachés savent qu’ils ne seront pas de la fête. Ils se couchent sagement sur l’épaisse couche de blanc et attendent résignés le retour de leurs congénères pour le prochain départ.@ David Raynal
Ceux qui ne sont pas harnachés savent qu’ils ne seront pas de la fête. Ils se couchent sagement sur l’épaisse couche de blanc et attendent résignés le retour de leurs congénères pour le prochain départ.@ David Raynal

Dans cette compétition sonore qui consiste à attirer le premier l’attention des humains, les plus jeunes chiens sont encore plus excités que leurs aînés plus chevronnés. Ils aboient, hurlent, se roulent le museau dans la neige, sautent l'un par-dessus l'autre. @ David Raynal
Dans cette compétition sonore qui consiste à attirer le premier l’attention des humains, les plus jeunes chiens sont encore plus excités que leurs aînés plus chevronnés. Ils aboient, hurlent, se roulent le museau dans la neige, sautent l'un par-dessus l'autre. @ David Raynal
Chapelets de bosses
 
Petit dommage collatéral, après cette cavalcade fantastique, il n’est pas impossible que vous ressentiez quelques petites courbatures. Articulations, genoux et lombaires seront parfois mis un petit peu à l’épreuve.

Si vous voulez seulement profiter de la promenade sans conduire les chiens, pas de problème, Christophe ou Elisabeth prévoit une place dans le traîneau ouvreur. Ils prêtent même à leurs clients une couverture polaire, car au bout d’un moment, le froid vif et sec se fait vite sentir à bord du traîneau, surtout si l’on est inactif. L’attelage un peu fourbu, négocie en fin de parcours quelques chapelets de bosses et le dernier virage avant de revenir au point de départ. Difficile de quitter O’Maley, mon chien de tête, attentif au moindre son de ma voix et avec lequel je viens de vivre en parfaite symbiose une expérience inoubliable. Je lui donne une bonne rasade de caresses en guise de remerciement et d’au revoir. Car je sais maintenant que je reviendrai un jour me frotter à ces charmantes boules de poils qui nous accompagnent dans la montagne…

Porte d’entrée du domaine skiable XXL du Grand Massif, la station-village des Carroz déroule son tapis blanc et offre ses pistes de toutes les couleurs. OT Les Carroz.
Porte d’entrée du domaine skiable XXL du Grand Massif, la station-village des Carroz déroule son tapis blanc et offre ses pistes de toutes les couleurs. OT Les Carroz.

Au cœur du domaine du Grand Massif à la station des Carroz-d’Arâches en Haute-Savoie, Huskydalen propose de découvrir, hiver comme été, les balades avec des chiens de traineau. @David Raynal
Au cœur du domaine du Grand Massif à la station des Carroz-d’Arâches en Haute-Savoie, Huskydalen propose de découvrir, hiver comme été, les balades avec des chiens de traineau. @David Raynal
Plus d'infos

Huskydalen, Christophe et Élisabeth Guillaud-Breches

http://huskydalen.com/
Tél./Rép.: 04 50 47 77 24. Mobile: 06 84 99 34 67.

huskydalen@orange.fr
Prix* pour 1 heure :
Enfant : 46 euros
Adulte : 72 euros

Prix pour 2 h d’activités
10/12 ans : 86 euros
12 ans et + : 134 euros
Forfait famille : 200 euros
*prix indicatifs
se renseigner auprès d’Huskydalen pour les tarifs exacts en vigueur.
L’activité se déroule  cette année du 19 décembre 2020 au 31 mars 2021. Il faut réserver le plus tôt possible. Lieu de rendez-vous: parking du telesiège Les Carroz 1500 Les Molliets.

Y aller :
Par avion: aéroport international de Genève à 60 Km.
Par train: arrivée gare SNCF à Cluses (20 km). Trains directs en départ de Lyon, Paris, Lille, Bruxelles.
Office de Tourisme Les Carroz, 9 place de l’Ambiance
74300 Les Carroz. Tél: 04 50 90 00 04.


www.lescarroz.com


19/12/2020
David Raynal





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Janvier 2021 - 15:50 Pont Aven, berceau des peintres