lindigo-mag.com
lindigomagcom
lindigomagcom
L’Indigo, e-magazine du tourisme. Un regard différent, original et inédit sur les Voyages.
Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager cet article
Reportage

Escapade de charme dans le vieux Rouen

Ses maisons à pans de bois jalonnées de monuments anciens de toute beauté, ses demeures d’écrivains, ses œuvres d’artistes restent les témoins des siècles prospères de cette ville portuaire située en bord de Seine. Aujourd’hui, riche de ces attraits, elle attire aussi par son dynamisme à 110 kilomètres seulement de Paris.

Par Catherine Gary



Façade gothique de l'ancien Parlement de Normandie @ Catherine Gary
Façade gothique de l'ancien Parlement de Normandie @ Catherine Gary
Des quais jusqu’à la mer la Seine forge son histoire.

Est-ce la mémoire de son lointain passé, quand les Vikings envahissaient la ville en remontant la Seine avec à leur tête Rollon avant qu’il ne fonde en 911 au traité de Saint-Clair-sur-Epte le duché de Normandie ? De fait, la Seine a toujours joué pour Rouen un rôle majeur et son port, particulièrement actif dès le Moyen Age grâce au textile et à la faïence, a facilité son essor économique, industriel et commercial avec le reste du monde. Situé désormais en aval du fleuve le port de Rouen est aujourd’hui premier exportateur céréalier d’Europe et reste très actif dans le domaine de l’industrie pétrochimique comme on le voit lors d’une descente en bateau ou en vélo sur les berges jusqu’à la mer.


 

Belles demeures de bord de Seine entre Rouen et la mer @ Catherine Gary.
Belles demeures de bord de Seine entre Rouen et la mer @ Catherine Gary.

La Grande Parade de l’Armada

L’Armada qui rassemble tous les quatre ans les plus grands voiliers du monde sur les quais confirme la situation privilégiée de cette ville en bordure de fleuve, à 123 km de la mer. L’événement initié en 1991 pour célébrer les 500 ans de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb dure 10 jours et le dernier en est l’apothéose quand les bateaux lors de la Grande Parade rejoignent la mer. Cette année, l’Armada a attiré 5 millions de visiteurs le long des quais avec au total total 44 navires, 2000 marins et 11 nationalités qui ont répondu présents cette année du 8 au 18 juin au nom de la Protection de l’environnement, des fleuves et des océans. Grands trois mats, voiliers plus modestes et bâtiments de guerre ont accueilli 200 réceptions à bord et de nombreux visiteurs sur les bâtiments avec chaque soir des feux d’artifice sur les quais tandis que défilés et fanfares animaient la ville.
 
La Grande Parade de l'Armada de Rouen Crédit photo David Raynal.
La Grande Parade de l'Armada de Rouen Crédit photo David Raynal.


Une “ville aux cent clochers“ admirée par Hugo

L’expression est restée fameuse et traduit la surprise de l’auteur de Notre-Dame de Paris lors d’un passage en ville. Il y avait à Rouen 104 églises et chapelles avant 1789, il en demeure aujourd’hui 38, un beau patrimoine néanmoins sauvé des destructions de la Révolution et de la Seconde Guerre mondiale. La cathédrale gothique Notre-Dame de l’Assomption en est le fleuron ; avec les 151 mètres de sa flèche en fonte elle est la plus haute de France. Si les premières pierres furent posées au Moyen Age elle a souvent été restaurée et donne aujourd’hui le spectacle fastueux de sa façade asymétrique décorée de gables élancés, de trois portails aux voussures géométrisées avec au centre le tympan roman de l’Arbre de Jessé. On comprend que Claude Monet, ébloui par cette dentelle sculptée, en ait fait 22 versions mondialement admirées pour capter les jeux de lumière aux différentes heures de la journée. A l’intérieur, la nef à quatre niveaux, les sculptures et les vitraux XIIIe siècle du déambulatoire, l’Adoration des mages de Philippe de Champagne dans la chapelle de la Vierge, les gisants de Rollon, premier duc de Normandie, de Richard Cœur de Lion et de son frère Henri le Jeune méritent une visite attentive. D’autant que chaque été, à la nuit tombée, la cathédrale revêt ses habits de lumière. Avec cette année et jusqu’au 17 septembre deux spectacles ouverts à tous comme le sont les musées : les Nouveaux mondes, une épopée humaine dans un déploiement luxuriant de rivages tropicaux et de fonds sous-marins. Rendez-vous avec la Lumière, un autre spectacle projeté dans la foulée et conçu avec 80 figurants intégrés en 3D dans une nature magnifiée.
 
La cathédrale en habits de lumière @ Rouen Tourisme-JFLange.
La cathédrale en habits de lumière @ Rouen Tourisme-JFLange.


Le vieux Rouen est fier de ses 227 maisons et monuments classés

Le charme incontestable de la vieille ville tient au nombre surprenant de ses maisons à pans de bois. Elle remporte d’ailleurs la palme devant Troyes, Rennes et Strasbourg avec 2 000 maisons à ossature en bois dont 200 datent encore du Moyen Age, sans compter les 700 qui ont succombé sous les bombes de la Seconde Guerre mondiale. Particulièrement protégées dans la rue du Gros Horloge et sur la place du Marché où Jeanne d’Arc fut brulée elles font partie du secteur sauvegardé voulu en 1964 par André Malraux pour mieux les préserver. Une promenade au hasard des rues étroites aux façades colorées ponctuées de monuments d’époques variées est un pur enchantement. Il faut s’installer en terrasse pour s’imprégner des lieux et s’imaginer dans le passé de cette ville qui est par ailleurs bien vivante et tonique. Admirer aussi le Palais de Justice, ancien Parlement de Normandie, dont la façade imposante en style gothique est un chef d’œuvre de dentelle de pierre maintes fois restauré. Par un étroit escalier de son aile droite on accède en sous-sol, et en compagnie d’un guide, à la mystérieuse Maison Sublime, le plus ancien monument juif de France découvert en 1973, nommé ainsi en raison d’un graffiti en hébreu gravé sur une paroi. Sa fonction n’a pas été clairement établie et on hésite entre école rabbinique, synagogue ou grande demeure privée de cette rue aux Juifs autour de laquelle vivait une importante communauté. 
 
1) Arche surmontée d'une horloge astronomique d'époque Renaissance. Emblème de la ville rue du Gros-Horloge @ Catherine Gary 2) Voûte sculptée sous l'arche du Gros Horloge représentant le Bon Pasteur et ses brebis. @ Catherine Gary   3) La rue Saint Romain à côté de l'Historial de Jeanne d'Arc @ Catherine Gary
1) Arche surmontée d'une horloge astronomique d'époque Renaissance. Emblème de la ville rue du Gros-Horloge @ Catherine Gary 2) Voûte sculptée sous l'arche du Gros Horloge représentant le Bon Pasteur et ses brebis. @ Catherine Gary 3) La rue Saint Romain à côté de l'Historial de Jeanne d'Arc @ Catherine Gary


De musées en maisons d’écrivains majeurs

Le patrimoine de Rouen c’est aussi la richesse de ses musées ouverts à tous gratuitement. Le musée des Beaux-Arts est un incontournable pour sa collection d’Impressionnistes mais aussi pour Véronèse, Velasquez, Caravage, Rubens, Van Dyck, Fragonard et bien d’autres dont un surprenant tableau de Marcel Duchamp, né ici, avant son abandon de la peinture pour les ready-mades. Une exposition temporaire consacrée aux Normands fait revivre autour de pièces d’exception l’épopée des Vikings sur ces terres normandes. Il serait dommage de passer à côté des maisons de Corneille et de Flaubert qui naquirent et vécurent un temps à Rouen. Pour Corneille, c’est à la Maison des Champs à Petit Couronne qu’il faut aller. La décoration vous plonge en plein XVIIè siècle et les expositions thématiques y sont régulières. Avec ses colombages et son jardin potager très soigné cette ancienne ferme a un charme fou. Le poète la reçut en héritage et y vécut de 1639 à 1662 avant de choisir Paris. Changement radical d’ambiance du côté de chez Flaubert dont l’enfance se déroule dans le pavillon de l’Hôtel-Dieu où son père est chirurgien. Ambiance médicale renforcée par le parcours muséal des lieux. Par la suite l’écrivain s’installera durablement dans la maison familiale de Croisset près de Rouen et il s’y plongera dans son œuvre.
 
La Maison des Champs de Corneille et son joli jardin à Petit Couronne @ Catherine Gary
La Maison des Champs de Corneille et son joli jardin à Petit Couronne @ Catherine Gary


Sur les pas de “Jehanne la bonne Lorraine qu’Anglais brûlèrent à Rouen“

C’est ainsi que l’évoquait au XVe siècle le poète François Villon dans sa Ballade des Dames du temps jadis. En réalité la mémoire de Jeanne d’Arc n’a jamais cessé d’imprégner les murs de cette ville où elle périt en 1431 sur le bûcher comme on sait. Sa rue qui traverse Rouen de part en part depuis le Donjon de Philippe Auguste où elle fut interrogée jusqu’à la Seine. Place du Vieux Marché une immense croix de bronze se dresse à l’emplacement même du bûcher juste à côté de l’église contemporaine qui lui est consacrée et dont l’intérieur baigné dans la lumière des vitraux Renaissance issus d’une église bombardée. L’Historial Jeanne d’Arc propose dans sa succession de salles un spectacle virtuel avec projections et mapping 3D faisant revivre les grands moments du procès à partir de documents authentiques. Moments émouvants retraçant aussi la reconquête du trône de France ainsi que le dernier procès en réhabilitation de 1456.
 
Eglise Jeanne d'Arc et ses vitraux Renaissance @ Catherine Gary
Eglise Jeanne d'Arc et ses vitraux Renaissance @ Catherine Gary


L’abbaye Saint-Georges de Boscherville et ses jardins

On prend maintenant la clé des champs en suivant une petite route de campagne sinuant entre villages et champs de blé récemment moissonnés avec la Seine à proximité. A12 kilomètres de Rouen apparaît le clocher en pointe de l’abbaye Saint-Georges, l’un des plus importants monastères de Normandie dans le cadre idyllique de cinq hectares de jardins reconstitués tels qu’ils étaient aux XVIIe et XVIIIe siècles du temps des moines mauristes. Ils offrent un moment de sérénité entre jardins potager et médicinal, jardin de senteurs, verger et vignes. Le tout aménagé “à la française“ le long de terrasses qui rappellent aussi la Renaissance italienne. La haute nef immaculée de l’église abbatiale de 70 mètres de long a gardé toute sa beauté de même que les décors romans de la salle capitulaire pour un moment de paix.
 
 
Abbaye Saint-Georges Boscherville @ Catherine Gary
Abbaye Saint-Georges Boscherville @ Catherine Gary

Pour en savoir plus

S’informer :
Rouen Tourisme
Esplanade Marcel Duchamp (face à la cathédrale)

https://www.visiterouen.com

Visiter :
- Le Musée des Beaux-Arts
Expositions Normands jusqu’au 13 août

https://mbarouen.fr/fr

- La Maison Sublime
36, rue aux Juifs.
Il est impératif de s’inscrire.

www.visiterlamaisonsublime.fr

- Maison des Champs de Corneille
502 rue Pierre Corneille

www.museepierrecorneille.fr

- Musée Flaubert
51 rue de Lecat

https://www.chu-rouen.fr/le-chu/culture-et-patrimoine/le-musee-flaubert

- Pavillon Flaubert
18, quai Gustave Flaubert
76380 Centeleu
02 76 08 80 88


- Historial Jeanne d’Arc
7, rue Saint-Romain

https://www.historial-jeannedarc.fr

- Abbaye et jardins de Saint-Georges de Boscherville
12 route de l’Abbaye
Saint Martin de Boscherville

www.abbayesaintgeorges.fr

Déjeuner :
- Brasserie Paul
Située dans le cœur historique, c’est la plus ancienne brasserie de la ville encore en activité. Equipe formée aux écoles Ducasse et Lenôtre pour une carte qui magnifie les produits de saison de la région dans une cuisine à la française.
1 place de la cathédrale

https://www.brasserie-paul.com

Dormir :
- Best Western Hôtel de Dieppe****
Tout près de la belle gare Art Déco mais très calme. Chambres Classique, Confort, Supérieur et Deluxe. Accueil chaleureux et bon petit-déjeuner.

https://www.bestwestern.fr/fr/hotel-Rouen-Best-Western-De-Dieppe-93098

 
1) L'Armada 2023 sur les quais de Rouen @ Alan Aubry  2) Tableau de Marcel Duchamp avant ses ready-mades au Musée des Beaux-Arts @ Catherine Gary 3) La Façade de la cathédrale gothique Notre-Dame de l'Assomption @ Catherine Gary 4) Monument dédié à Gustave Flaubert dans le jardin du pavillon de l'Hôtel-Dieu où son père était chirurgien @ Catherine Gary 5) Pont routier avec la ville de Rouen en arrière-plan @ David Raynal.
1) L'Armada 2023 sur les quais de Rouen @ Alan Aubry 2) Tableau de Marcel Duchamp avant ses ready-mades au Musée des Beaux-Arts @ Catherine Gary 3) La Façade de la cathédrale gothique Notre-Dame de l'Assomption @ Catherine Gary 4) Monument dédié à Gustave Flaubert dans le jardin du pavillon de l'Hôtel-Dieu où son père était chirurgien @ Catherine Gary 5) Pont routier avec la ville de Rouen en arrière-plan @ David Raynal.


11/07/2023
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 17 Février 2024 - 17:33 Le Portugal, terre de conquête

Dimanche 10 Décembre 2023 - 18:47 Fabuleuses lumières de Noël en Moselle

Mercredi 6 Décembre 2023 - 13:55 Remiremont, fêter Noël dans la Belle des Vosges