Culture

“Fausse Note“ un duel impitoyable à deux voix

Créée et mise en scène par Didier Caron à Avignon en juillet dernier, la pièce méritait de jouer les prolongations au Théâtre Michel où Christophe Malavoy et Tom Novembre continuent de se tailler un beau succès dans l’affrontement de deux hommes que tout semble séparer et qui s’affrontent jusqu’au bout à la façon d’un thriller.

Par Catherine Gary




Fausse Note avec Michel Malavoy et Tom Novembre, en ce moment au Théâtre Michel à Paris (Copyright DR)
Fausse Note avec Michel Malavoy et Tom Novembre, en ce moment au Théâtre Michel à Paris (Copyright DR)
Un intrus qui instaure le doute
 


Le décor est réduit à sa plus simple expression avec, à gauche, un portique en bois concrétisant les allers-retours successifs d’un intrus, Léon Dinkel (Christophe Malavoy) juste après la concert  dans la loge de H.P. Miller (Tom Novembre),chef d’orchestre du Philharmonique de Genève, au comble de sa gloire .

Si le visiteur importun se confond d’abord en compliments, courbettes d’usage, demande d’autographe, tentative d’échange autour d’une maîtrise commune du violon (dont les deux comédiens jouent pour de vrai), le malaise s’installe peu à peu…


Où cet homme veut-il en venir avec ses questions devenant de plus en plus  harcelantes ? Qui donc est-il ?
 

Impossible de dévoiler le fond de sa démarche au risque de faire perdre à la pièce la force du suspens qui tient le public en haleine jusqu’à la fin.

Fausse Note avec Michel Malavoy et Tom Novembre, en ce moment au Théâtre Michel à Paris (Copyright DR)
Fausse Note avec Michel Malavoy et Tom Novembre, en ce moment au Théâtre Michel à Paris (Copyright DR)

Quand les rôles s'inversent

Sachez néanmoins que dans ce duel où les paroles deviennent des armes tranchantes, les coups pleuvent, les énergies s’affrontent inégalement d’abord en faveur du musicien, s’égalisent un moment avant le renversement final du rapport de forces où l’humilié devient le maître, laissant au sol son adversaire.


Entre temps, dans ce huis-clos intense, un passé a été revisité, un miroir a été placé face à une culpabilité non assumée et, plus qu’un règlement de compte, un jugement a été rendu dont la salle est en quelque sorte le témoin et l’arbitre.


Bravo aux deux comédiens qui ne lâchent rien jusqu’au bout de ce texte dense. Un texte qui nécessite une concentration intense de leur part pour maintenir le public en haleine sans lui faire perdre le fil du dialogue. 


Catherine Gary
 

Fausse Note avec Michel Malavoy et Tom Novembre, en ce moment au Théâtre Michel à Paris (Copyright DR)
Fausse Note avec Michel Malavoy et Tom Novembre, en ce moment au Théâtre Michel à Paris (Copyright DR)

 

 “Fausse Note“  un duel impitoyable à deux voix
 
Fausse Note au Théâtre Michel



Avec Christophe Malavoy et Tom Novembre
Mise en scène Didier Caron et Christophe Luthtinger
Décor Marius Strasser
 



Théâtre Michel
38, rue des Mathurins - Paris

Du jeudi au samedi à 21h.
A 16h30 le samedi et 16h le dimanche.

Prix des places : de 49 à 29 euros.
10 euros pour les moins de 26 ans.




www.theatre-michel.fr
 

 
 


06/01/2018
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 16:52 A livre ouvert avec Jean Picollec