Reportage

La fête des Lanternes fait resplendir les nuits de Taïwan !

Des milliers de lanternes porteuses de vœux s’envolent vers le ciel tandis que les rues s’animent de lampions rouges avec danses du dragon, musiques et spectacles acrobatiques. Une apothéose qui clôt le Nouvel an chinois sous le signe du singe cette année.

Par Catherine Gary



Pour le nouvel an chinois à Taïwan des milliers de lanternes porteuses de vœux s’envolent vers le ciel tandis que les rues s’animent de lampions rouges avec danses du dragon, musiques et spectacles acrobatiques.  © OT Taïwan
Pour le nouvel an chinois à Taïwan des milliers de lanternes porteuses de vœux s’envolent vers le ciel tandis que les rues s’animent de lampions rouges avec danses du dragon, musiques et spectacles acrobatiques. © OT Taïwan

Le jour de l'an chinois à Taïwan , une occasion festive aux multiples facettes, apothéoses éclatantes signant de la plus jolie façon l’accueil de la nouvelle année.  © Catherine Gary
Le jour de l'an chinois à Taïwan , une occasion festive aux multiples facettes, apothéoses éclatantes signant de la plus jolie façon l’accueil de la nouvelle année. © Catherine Gary
La tradition millénaire de tout un peuple


Il faut remonter bien loin, dans la nuit des temps du ciel étoilé de Taïwan, pour retrouver l’origine de cette fête singulière.



En Chine, sous la dynastie des Han (206 av. J.-C.) on suivait déjà des yeux ces lanternes lumineuses s’envolant vers les esprits flottant sous le halo de la nouvelle lune. Mais plus prosaïquement, elles servaient dit-on aussi de messagers nocturnes pour informer de l’imminence d’un danger.

Les temps ont changé et pourtant ces croyances populaires et leurs joyeuses superstitions ont gardé leur intensité, occasions festives aux multiples facettes, apothéoses éclatantes signant de la plus jolie façon l’accueil de la nouvelle année.  

Ici un Bouddha gigantesque, symbole de prospérité ; un peu plus loin un Christ en majesté avec offrande au passage d’une bible en version anglo/chinoise, de quoi se laisser tenter par une approche comparée…

un cavalier à l’air sévère perché sur son cheval qui se cabre  et héros de  mangas. Un étonnant syncrétisme de ces effigies dominées bien sûr par le singe, le signe du calendrier chinois de cette nouvelle année.   © Catherine Gary
un cavalier à l’air sévère perché sur son cheval qui se cabre et héros de mangas. Un étonnant syncrétisme de ces effigies dominées bien sûr par le singe, le signe du calendrier chinois de cette nouvelle année. © Catherine Gary
Voilà maintenant un cavalier à l’air sévère perché sur son cheval qui se cabre avec, à côté, des héros de mangas suivis d’Hello Kitty, comme il se doit. Etonnant syncrétisme de ces effigies dominées bien sûr par le singe, le signe du calendrier chinois de cette nouvelle année.

De temps en temps il s’anime en clignant de tous ses feux grâce à ses 15 000 circuits électriques et à sa technologie high-tech ! En ce nouveau cycle lunaire, le roi incontesté de la fête c’est lui ! Et il annonce, selon les astrologues, une année propice aux changements…

De gauche à droite : Rues de Taïpei avec au fond le gratte-ciel 101 qui fut un temps  le tour la plus haute du monde.   © Catherine Gary ; Effigie du Singe,signe zodiacal de l'année 2016 en Asie.   © Catherine Gary
De gauche à droite : Rues de Taïpei avec au fond le gratte-ciel 101 qui fut un temps le tour la plus haute du monde. © Catherine Gary ; Effigie du Singe,signe zodiacal de l'année 2016 en Asie. © Catherine Gary
A Taoyan, le singe est cette année le roi de la fête
 


Parce que chaque année une ville a l’honneur d’accueillir la plus courue des fêtes du pays, Taoyan a été choisie pour cette dizaine de jours de réjouissances en février dernier.

Sur la vaste place au pied des gratte-ciel, un gigantesque Lunapark a été dressé. Vaste parc d’attraction, fruit du travail des associations pendant les mois qui précèdent, on s’y promène à travers les installations illuminées, les représentations religieuses, les images et emblèmes de la culture contemporaine.

A la nuit tombée, lancer de lanternes à Pingxi.   © Catherine Gary
A la nuit tombée, lancer de lanternes à Pingxi. © Catherine Gary
Quand le soir tombe à Pingxi, les lanternes s’envolent vers le ciel…
 
Dans ces montagnes fameuses pour leurs belles cascades les gens affluent chaque année. Ils viennent participer à la plus romantique des fêtes en se bousculant gaiment le long d’une voie ferrée assez pentue où passe par moments un train à l’ancienne menant ses voyageurs vers d’autres arrêts.

Le lâcher d’une lanterne avertissait jadis les villageois du départ des brigands pour leur permettre de regagner leur foyer et la tradition demeure même si le sens a évolué. Le jeu consiste pour chacun à choisir sa propre lanterne en papier selon les couleurs porteuses de chance : le rouge pour la bonne santé, le rose pour l’amour, le jaune pour la richesse, et ainsi de suite…. Une fois gonflée, on y inscrit ses vœux avant d’en enflammer l’étoupe pour que la lanterne en jolie messagère s’envole vers le ciel emportant tous les problèmes et les soucis de l’année passée avant de se consumer et partir en fumée.

Lukang Maître Wu Dun Hou à Lukang   © Catherine Gary
Lukang Maître Wu Dun Hou à Lukang © Catherine Gary
Wu Dun Hou, vénérable maître des lanternes



C’est à Lukang, petite ville aux rues étroites menant au joli temple de Longshan, décoré de lanternes rouges pour l’occasion, et à la maison traditionnelle Ding, autre détour incontournable, qu’il faut chercher la boutique encombrée de lampions de ce vieil homme aux airs de sage confucéen.



Sa main tremble un peu quand il vous montre les créations qu’il garde avec amour et s’il fait pour la photo le geste encore de peindre, on comprend que sa dextérité est désormais révolue.

A 90 ans, il est aujourd’hui le gardien de cette tradition dans l’antre magique où quelques touristes viennent acheter de jolies lanternes décorées.

Elles sont dessinées désormais par un de ses fils, héritier en partie du talent du maître dont la renommée fut couronnée en 1988 “Trésor national pour l’Artisanat taïwanais“.
 

Lukang, le boutique de Maître Wu Dun Hou   © Catherine Gary
Lukang, le boutique de Maître Wu Dun Hou © Catherine Gary

De gauche à droite : Lukang Temple Longshan à Lukang   © Catherine Gary ; Taoyan   © Catherine Gary
De gauche à droite : Lukang Temple Longshan à Lukang © Catherine Gary ; Taoyan © Catherine Gary
Pratique

Y aller
EVA AIR, la compagnie taïwanaise propose des vols directs Paris-Taïpei 4 fois par semaine.

www.evaair.com


S’informer :

www.taiwantourisme.com
Wu Jung Luan
505-63 Chungshan road. Lukang


Lire :
Guide Petit Futé
 

 


29/03/2016
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Novembre 2017 - 16:39 Terres ancestrales : aux origines de l’Irlande

Lundi 2 Octobre 2017 - 23:00 L’Alentejo, le Portugal des grands espaces