Reportage

Le Havre, ville portuaire plurielle, ne cesse de se réinventer entre sites réhabilités et hyper modernité

Une architecture d’après-guerre classée au Patrimoine mondial, un port qui s’urbanise, des forts militaires qui se vouent à la culture, de l’art contemporain dans les rues, de l’impressionnisme au musée… Le Havre a de quoi vous étonner.

Par Catherine Gary



Le Havre vu des quartiers hauts @ C.Gary
Le Havre vu des quartiers hauts @ C.Gary
Les bases de la reconstruction selon Auguste Perret

Vous trouverez ici peu de traces du passé, de ces vestiges de pierre rappelant les siècles écoulés. Le Havre a payé le prix fort à la fin de la guerre, bombardée par la Royal Air Force sans discontinuer les 5 et 6 septembre 1944.

Un peu déboussolés au vu de ces axes géométriques bordés d’immeubles tous identiques qui descendent vers le port ?  Grimpez au sommet de la tour de l’Hôtel de Ville pour mieux comprendre et admirer cette ville unique qui a fêté en 2017 ses 500 ans d’existence. Auguste Perret, spécialiste du béton armé trace en 1946 le plan de la reconstruction pour reloger les milliers de sinistrés. Cent îlots de cent logements sont terminés dix-huit ans plus tard selon une trame modulaire identique, “poteaux, poutres et panneaux“, économiques et rapides à monter, le tout dans un style sobre et sans ornements. Partant de l’Hôtel de ville et à la perpendiculaire, deux artères rejoignent les quais : la rue de Paris, première rue du Havre sous François 1er, inspirée de la rue de Rivoli avec au bout la cathédrale Notre-Dame. Et l’avenue Foch, résidentielle avec ses pelouses, ses contre-allées et ses bas-reliefs qui honorent les célébrités historiques locales dont Bernardin de Saint Pierre, René Coty, Raoul Dufy, Arthur Honegger, Jean Dubuffet, Raymond Queneau et une certaine Madeleine de Scudéry, femme de lettres née au Havre en 1607.

L'église Saint-Joseph comme un phare pour les bateaux qui entrent au port ©Ludovic Maisant - OTAH
L'église Saint-Joseph comme un phare pour les bateaux qui entrent au port ©Ludovic Maisant - OTAH

De gauche à droite : A l'intérieur  la tour-lanterne éclairée par 12768 pièces de verre colorées de Marguerite Huré . C.Gary; La bibliothèque du petit Volcan.@ C.Gary
De gauche à droite : A l'intérieur la tour-lanterne éclairée par 12768 pièces de verre colorées de Marguerite Huré . C.Gary; La bibliothèque du petit Volcan.@ C.Gary
L’église Saint-Joseph comme un phare pour les marins
 


Œuvre de Perret, la tour-lanterne de 107 mètres entièrement ajourée surplombe la ville et attire le regard de tous côtés comme pour accueillir les cargos et les transatlantiques.


A l’intérieur, 12768 pièces de verre colorées de Marguerite Huré animent la nef de leurs couleurs changeantes selon les heures de la journée dans la sobriété des parois en béton armé.

Longtemps décrié pour son austérité, le Havre de Perret conquiert ses lettres de noblesse quand l’Unesco l’inscrit en 2005 au Patrimoine mondial comme «exemple remarquable de l’architecture et l’urbanisme de l’après-guerre, fondé sur l’unité de méthodologie et le recours à l’utilisation systématique d’une trame modulaire et de l’exploitation novatrice du potentiel du béton ». Fière de sa singularité, la ville ne cesse dès lors de mettre en avant son caractère unique et n’hésite pas à se renouveler sans cesse en misant sur l’audace et la créativité.


Deux Volcans blancs en plein cœur
 
Sollicité en 1970 par André Duroméa, le maire communiste de la ville, Oscar Niemeyer, architecte novateur de la capitale Brasilia, livre en 1980 deux bâtiments circulaires aux courbes immaculées qui vont former un saisissant contraste avec l’urbanisme à la Perret.

Les Volcans de Oscar Niemeyer @ C. Gary
Les Volcans de Oscar Niemeyer @ C. Gary
Deux “volcans“ qui vont réchauffer le cœur du Havre, arrondir ses angles et valoriser en s’y opposant le cadre orthogonal de l’ensemble.

Pour cet autre maître du béton armé la modernité des moyens techniques rime avec poésie et beauté et le choc est concluant. Le petit Volcan devient en 2010 une bibliothèque avec ses meurtrières qui laissent entrer la lumière. On y accède en contrebas le long d’une rampe ; en son centre, on grimpe vers le ciel par l’escalier hélicoïdal avant d’accéder aux différents espaces. Sur le flanc extérieur une discrète fontaine s’écoule de la main en bronze de l’architecte avec sa signature à côté : "Un jour comme cette eau, la terre, les plages et les montagnes à tous appartiendront"…Le grand Volcan accueille une vaste Scène nationale pour des spectacles de théâtre, de musique et de danse. Tout autour, les restaurants, les cafés, les magasins forment un centre très vivant dans la cité.

Catène de containers de Vincent Ganivet dans le cadre d'Un été au Havre.@ C.Gary
Catène de containers de Vincent Ganivet dans le cadre d'Un été au Havre.@ C.Gary

De gauche à droite : Apparitions de Stephan Balkenhol. Un été au Havre @C.Gary ; Dans le cadre d'Un été au Havre, Monsieur Goéland, une œuvre de Stephan Balkenhol @ C.Gary ; Le TETRIS au Fort de Tourneville ©Ludovic Maisant - OTAH
De gauche à droite : Apparitions de Stephan Balkenhol. Un été au Havre @C.Gary ; Dans le cadre d'Un été au Havre, Monsieur Goéland, une œuvre de Stephan Balkenhol @ C.Gary ; Le TETRIS au Fort de Tourneville ©Ludovic Maisant - OTAH
Le Havre mise sur l’art urbain, le Street art et les musiques actuelles
 
Un été au Havre reste en toute saison l’occasion de quelques jolies balades dans les rues autour de l’art contemporain.

Pour la quatrième année cet événement conçu par Jean Blaise installe dans l’espace public quelques œuvres internationales, un musée à ciel ouvert faisant écho avec l’identité de la ville. Quatre parcours thématiques pour découvrir différents quartiers du Havre en même temps que les œuvres pérennes. Celle de Stephan Balkenhol Monsieur Goéland, un homme-oiseau en bronze peint et caban de pêcheur tourné vers la mer sur son perchoir planté esplanade du Museum. Du même artiste, Apparitions, une dizaine d’hommes et de femmes en céramique posant leur regard énigmatique sur la ville depuis les façades des immeubles Perret. Sur le quai de Southampton, Catène de containers de Vincent Ganivet, deux arches composées de 36 containers maritimes vous invitent à découvrir à l’arrière les activités du port…
 

Association Are you graffing. Light at the end, une œuvre de  Sckaro et Ratur, deux Havrais au fort de Sainte Adresse@ C.Gary
Association Are you graffing. Light at the end, une œuvre de Sckaro et Ratur, deux Havrais au fort de Sainte Adresse@ C.Gary
L’association Are You Graffing anime les murs plus ou moins abandonnés du Havre avec de belles signatures du Street Art comme dans les deux forts réhabilités perchés sur les hauteurs.





Le fort de Tourneville dont l’ambiance est aux musiques actuelles, rock, blues, pop, folk, reggae avec son Centre d’expression musicale (CEM) installé dans le dédale des alvéoles.


A la fois école, centre de formation, de rencontres et salle de concerts en containers multicolores au Tétris. Au fort de Sainte Adresse, outre 
Les Jardins Suspendus et les découvertes olfactives de 3700 espèces végétales des quatre continents, les graffeurs sont aussi présents.


On y admire entre autres 
Light at the end une fresque de Sckaro et Ratur, deux Havrais qu’on retrouve avec un autre artiste, Luso, dans une œuvre éphémère, Ad vitam eternam, sur le mur d’un ancien cinéma.

 
 

Le MuMa, musée d'art moderne André Malraux et l'œuvre en béton de Henri-Georges Adam.@ C.Gary
Le MuMa, musée d'art moderne André Malraux et l'œuvre en béton de Henri-Georges Adam.@ C.Gary
Les collections du MuMa, un incontournable !
 
Face au port, le Musée d’Art Moderne André Malraux est l’une des plus belles surprises de la ville.

Le bâtiment inauguré en 1961 par André Malraux en tant que Centre culturel, est pour l’époque un manifeste de verre, d'acier et de transparence réalisé par l’architecte Guy Lagneaux. Sur son parvis, l’œuvre monumentale en béton de Henri-Georges Adam, Le Signal, 22 mètres de long, 220 tonnes posées sur un socle, complète le style du bâtiment dans son défi technique à la pesanteur. 

 

De gauche à droite : Une œuvre de la collection Eugène Boudin au MuMa @ C.Gary ; Une œuvre de Van Dongen, Le Carrousel, dans l'exposition Les Nuits électriques auMuMa. @ C.Gary
De gauche à droite : Une œuvre de la collection Eugène Boudin au MuMa @ C.Gary ; Une œuvre de Van Dongen, Le Carrousel, dans l'exposition Les Nuits électriques auMuMa. @ C.Gary
Le Havre et la peinture c’est toute une histoire, sa lumière ayant très tôt attiré les peintres. On le dit même à l’origine du mouvement impressionniste.


Avant-guerre, Braque, Dufy et Friesz, ces deux derniers étant natifs de la ville, créent le Cercle de l’art moderne et organisent des expositions sur les nouvelles tendances de l’art et les peintres de la modernité.

Ceci explique en partie le dynamisme du MuMa qui ne cesse dès son ouverture de s’enrichir d’acquisitions, de legs, de donations prestigieuses dont le fonds d’atelier Eugène Boudin, soit 224 esquisses sur toile, papier et bois et 70 œuvres de Dufy.

L’impressionnisme reste la dominante avec des tableaux de Monet, Renoir, Sisley, Pissarro, Degas. Sans compter quelques Fauves : Derain, Marquet, Matisse, Gauguin, Van Dongen, Friesz…ainsi que des peintres majeurs du XIXè siècle, Courbet, Delacroix, ou modernes et contemporains. La dernière exposition, 
Nuits électriques explorait l’apparition de l’éclairage urbain dans les œuvres et a reçu près de 40 000 visiteurs.

Le Havre, 1er port français  à containers du commerce extérieur . ©GPMH
Le Havre, 1er port français à containers du commerce extérieur . ©GPMH
Le port du Havre affiche des records
 
Créé par François 1er en 1517 pour favoriser le commerce maritime, être un havre sûr pour les navires et une défense de l’estuaire de la Seine contre l’envahissante Angleterre, le port a fêté en 2017 ses 500 ans d’existence.

Aujourd’hui, pétroliers, porte-conteneurs et paquebots de croisière redoublent d’activité le long des bassins de marée et le promeneur se perd dans les hectares face à la mer, fasciné par les enfilades de quais où les grues, les camions, les bateaux ne cessent de charger et décharger. Une visite indispensable dans ce second port de commerce français après Marseille, 1er port français pour les containers, 1er port mondial pour les vins et spiritueux, 2è pour l’approvisionnement en pétrole et qui est aussi un port de pêche et de plaisance.
 

De gauche à droite :  A Docks, résidence universitaire construite avec des containeurs @ C.Gary ;Les Docks Vauban, un centre commercial et de loisirs sur le port. ©OTAH
De gauche à droite : A Docks, résidence universitaire construite avec des containeurs @ C.Gary ;Les Docks Vauban, un centre commercial et de loisirs sur le port. ©OTAH
Urbanisme contemporain et rénovation des friches favorisent l’interface ville-port
 
Les quartiers Sud donnent une idée de l’évolution de la ville depuis une vingtaine d’années. Les friches portuaires sont peu à peu transformées en lieux de loisirs, de travail et de vie.

C’est le cas des Docks Vauban, anciens entrepôts de coton et de café devenus un vaste centre commercial dédié aussi à la culture et aux loisirs. Certains bassins se bordent de terrasses et de restaurants ; les Bains des Docks de Jean Nouvel, merveille d’architecture aquatique, décline bassins, solariums et toboggans ; le Jardin fluvial et ses 700 mètres de balade le long des quais attire les promeneurs ; le Carré des Docks est devenu un Centre de congrès, des immeubles design abritent l’école Nationale Supérieure Maritime et Science Po-INSA et plus de 1700 entreprises ont installé leur bureau dans les parages. A Docks, première résidence universitaire en conteneurs, est installé un peu plus loin. Une balade en voiture ou à vélo dans cet univers portuaire est une aventure à ne pas manquer, de préférence en compagnie d’un guide pour ne pas se perdre.

De gauche à droite : Les torréfacteurs du café Charles Danican @ C.Gary ; Au Parrain généreux. Chocolatier. @C.Gary
De gauche à droite : Les torréfacteurs du café Charles Danican @ C.Gary ; Au Parrain généreux. Chocolatier. @C.Gary
Des saveurs venues d’ailleurs

 
Le café a fait la richesse du Havre jusqu’à la fin de la guerre.  La ville est restée le premier port français d’importation.


D’où la Transat Jacques Vabre, fameuse course transatlantique du Le Havre à la côte brésilienne qui célèbre cette mémoire depuis 1993. Les cafés Charles Danican perpétuent cette tradition d’importation et de torréfaction telle que l’ancêtre de la marque, Michel Vanier, la pratiquait dans les règles de l’art avec les meilleurs crus d’arabica.

Les amateurs apprécient cette riche gamme de cafés en grains ou moulus tout en visitant les ateliers avant dégustation.

Autre délice, la plus vieille chocolaterie locale, Au Parrain Généreux, fabrique depuis 1890 des chocolats fins et des dragées (d’où son nom) que les fidèles reconnaissent les yeux fermés. Leurs pralinés amandes, noisettes, gianduja et leurs ganaches au rhum, au calvados, au café sont à tomber.
 

Jardin du silence au Monastère du Carmel ©OTAH
Jardin du silence au Monastère du Carmel ©OTAH
Jardin du Silence sur les hauteurs et délices bio côté port

Un jeune couple, Morgane et Quentin, s’est lancé dans la fabrication maison et bio d’une gamme de produits pour l’apéro, Coupable Tartinable, un nom digne de ces petits péchés à base d’épices, d’herbes, de légumes frais ou de porc. Pour les gourmands en quête d’insolite, direction le Monastère du Carmel et son Jardin du Silence inspiré de Thérèse d’Avila. Dans la succession des enclos plantés d’arbres et de fleurs, l’eau est le fil conducteur pour s’ouvrir à son jardin intérieur mais à la sortie, on succombe aux délicieuses confitures des sœurs. 


En haut :  Association Are you graffing, Ad vitam eternam, une œuvre des graffeurs Sckaro, Ratur et Luso. @C.Gary ;  En bas de gauche à droite : Art hôtel. Les plasticiens décorent l'intérieur et les façades @. C.Gary;  La grande librairie La Galerne @ C.Gary
En haut : Association Are you graffing, Ad vitam eternam, une œuvre des graffeurs Sckaro, Ratur et Luso. @C.Gary ; En bas de gauche à droite : Art hôtel. Les plasticiens décorent l'intérieur et les façades @. C.Gary; La grande librairie La Galerne @ C.Gary
Plus d’infos
 
Se renseigner :
Office du tourisme du Havre

www.lehavre-etretat-tourisme.com
Visiter
Musée d’Art Moderne André Malraux (MuMa)

www.muma-lehavre.fr
Association Are you graffing
www.areyougraffing.com
Le CEM au fort de Tourneville
www.le-cem.com
Fabrique du café Charles Danican
www.cafecharlesdanican.com
Ou dormir

Art Hôtel
Un hôtel arty décoré d’œuvres décalées, à l’intérieur comme en façade. Ascenseur/cabine de douche, portes des chambres peintes, soirées jazz face aux volcans de Niemeyer. Tonique et sympa !

www.art-hôtel.fr
Déjeuner ou dîner : 
 Sur le pouce au café de La Galernela plus grande librairie du Havre, 1300 m2 décloisonnés de plaisir et de liberté pour se poser, lire (50% de livres de poche) et assister aux nombreuses rencontres programmées. Les jeunes y sont particulièrement choyés.
148 rue Victor Hugo

www.lagalerne.com  

Le Grand Large, un restaurant gastronomique avec vue sur la mer.
11, place Clémenceau à Sainte Adresse

http://legrandlarge76.fr  
Le Bouchon Normand. Produits frais, producteurs locaux, et excellents plats “maison“ de viandes découpées sur place et de poissons frais. 77 rue Louis Brindeau
www.bouchon-normand.fr  
Le Grignot. Excellente brasserie et ambiance chaleureuse sur la place des Volcans.
www.legrignot.fr  

De gauche à droite : Chez Lili. Le bar façon popu de Alexis, Maxence et Igor @ C.Gary ; Confitures  " Coupable tarinables"  @ C.Gary -
De gauche à droite : Chez Lili. Le bar façon popu de Alexis, Maxence et Igor @ C.Gary ; Confitures " Coupable tarinables" @ C.Gary -
Chez Lili 
A la pointe de la presqu’île Saint François, quartier des pêcheurs, Alexis, Maxence et Igor ont repris et retapé le bar de Liliane, une figure du quartier. Un côté populaire très étudié, une terrasse sur le port, une carte de vins, bières et whiskys très étudiée, des fruits de mer et des tapas maison pour passer un bon moment.
2 rue des Etoupières
Tél.  02 35 30 11 09
French Coupable. Conserves goûteuses à tartiner faites de façon artisanale avec des produits bio.

www.coupable-tartinable.fr
Au Parrain généreux
Le plus ancien chocolatier du Havre et la référence en matière de qualité. Grande variété de produits incluant les dragées.

https://auparraingenereux.wixsite.com

Michel Lacaille et sa Fabrique à souvenirs.@ C.Gary
Michel Lacaille et sa Fabrique à souvenirs.@ C.Gary
Insolite


Monastère du Carmel
Un lieu de paix sur les hauteurs du Havre dont le jardin, ouvert aux visiteurs, évolue avec les saisons. Une initiation à la spiritualité qui n’exclut pas la gourmandise et une large gamme de confitures.

www.carmelduhavre.fr

La Fabrique à souvenirs.
Musée “participatif“ ouvert à tous certains jours. Il est tenu par Michel Lacaille, un personnage haut en couleurs, à la fois comédien et collectionneur de milliers d’objets qui rappellent la vie du siècle dernier. Michel vous accueille et se met en scène dans les décors divers de sa caverne d’Ali Baba avec une générosité désintéressée.
3, place Danton.
Tél. :  02 32 74 77 40

Un marché aux poissons très coloré. Les pêches du jour y sont en vente directe chaque matin et du lundi au samedi. Vous ne trouverez pas plus frais !
Quai de l’île, quartier Saint François.
 
 
 

 


19/11/2020
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter