Actualités du tourisme

Madère encourage le tourisme avec l’adoption d’un « couloir vert »

Avec ce « couloir vert » plus de visiteurs deviennent éligibles à une entrée directe sur l’archipel, sans obligation de test, sur présentation d’un certificat de vaccination ou d’une attestation de guérison totale au SARS-Cov-19 dans les 90 jours.

Par David Raynal



Madère encourage le tourisme avec l’adoption d’un « couloir vert ». La côte sauvage dans le Nord de l'île à Porto Moniz © David Raynal @ David Raynal
Madère encourage le tourisme avec l’adoption d’un « couloir vert ». La côte sauvage dans le Nord de l'île à Porto Moniz © David Raynal @ David Raynal
Le couloir vert existait déjà à l’aéroport de Madère pour ceux arrivant avec un test PCR négatif effectué dans les 72h. Désormais, Madère reçoit également des visiteurs vaccinés ou ayant guéri de la Covid-19 dans les 90 jours et qui souhaitent profiter de la région. Pour cela, il est nécessaire de présenter un certificat attestant de leur état. Au-delà de permettre la visite de l’île et de dynamiser l’économie locale, cette décision est une réelle marque de confiance dans cette nouvelle phase que le monde est en train de vivre, tout en maintenant une destination sûre. 

Madère continue à miser sur la sécurité sanitaire et à se positionner comme une destination touristique sûre. En contrebas les piscines naturelles dans les anfruactuosités de la roche volcanique @ David Raynal
Madère continue à miser sur la sécurité sanitaire et à se positionner comme une destination touristique sûre. En contrebas les piscines naturelles dans les anfruactuosités de la roche volcanique @ David Raynal
Pour être éligible, les visiteurs qui s’insèrent dans ces nouvelles conditions doivent attester de leur état actuel en présentant l’un des deux documents suivants :

1) Une attestation de guérison au SARS-Cov-19 dans les derniers 90 jours, validé par le pays d’origine sur laquelle doit figurer le nom-prénom, la date de naissance, le numéro de sécurité sociale, le type de test et la date à laquelle il a été effectué ainsi que la mention « guéri(e)».   

2) Un passeport ou certificat de vaccination émit par le pays d’origine et sur lequel doit figurer le nom-prénom, la date de naissance, le numéro de sécurité sociale, le type de vaccin, les dates des deux doses prises et le respect du délai d’immunisation selon les recommandations de chaque vaccin. 

Le document doit être soumis sur le site
madeirasafe.com ou via l’application Madeira Safe to Discover avant la date de départ (disponible en portugais et en anglais). 

Les passagers guéris du virus SARS-Cov-19 doivent présenter un document, valide 90 jours, qui prouve leur guérison. Si le document atteste que le voyageur a guéri du SARS-Cov-19 il y a plus de 90 jours, il reste sujet au test de dépistage à son arrivée, et à une mise en quarantaine jusqu’à l’obtention du résultat. A noter que les tests réalisés à l’aéroport et dans les cliniques partenaires du Portugal continental restent gratuits. Cependant, tous les voyageurs pendant leur séjour doivent respecter les restrictions en vigueur dues à la pandémie et les mesures de sécurité sanitaire, incluant le port du masque à partir de 6 ans, le respect de la distanciation sociale (2 mètres entre chaque personne en évitant les regroupements et en respectant l’hygiène scrupuleuse des mains). 

Cette initiative de la Région Autonome de Madère vise à faciliter l’entrée de visiteurs dans l’archipel en offrant une meilleure expérience touristique sans compromettre la sécurité de la région. Madère continue à miser sur la sécurité sanitaire et à se positionner comme une destination touristique sûre.


Pour plus d’informations

 https://www.visitportugal.com/fr/content/covid-19-mesures-%C3%A9tablies-au-portugal

 

L'île de Madère a été découverte en 1419 par les navigateurs portugais Tristão Vaz Teixeira Bartolomeu Perestrelo et João Gonçalves Zarco. En arrière plan le fort de Funchal Fort do Pico - São João Batista   @ David Raynal
L'île de Madère a été découverte en 1419 par les navigateurs portugais Tristão Vaz Teixeira Bartolomeu Perestrelo et João Gonçalves Zarco. En arrière plan le fort de Funchal Fort do Pico - São João Batista @ David Raynal

Dans la seconde moitié du 15e siècle et au début du 16e, Funchal est devenu un port de premier ordre, une escale obligatoire pour les routes commerciales européennes notamment vers les Amériques. Réplique du bateau de Christophe Colomb, devant des dauphins@ David Raynal
Dans la seconde moitié du 15e siècle et au début du 16e, Funchal est devenu un port de premier ordre, une escale obligatoire pour les routes commerciales européennes notamment vers les Amériques. Réplique du bateau de Christophe Colomb, devant des dauphins@ David Raynal
En savoir plus sur Madère…
 

L'île de Madère a été découverte en 1419 par les navigateurs portugais Tristão Vaz Teixeira, Bartolomeu Perestrelo et João Gonçalves Zarco qui ont surnommé l'île « Madeira » [bois] en raison de l'abondance sur place de cette matière première.


Les îles qui composent l’archipel de Madère (Madère, Porto Santo, Dersertas et Selvagens) étaient déjà connues et localisées avant 1420, mais c’est seulement à partir de cette date que l’on décréta sa découverte officielle, sa reconnaissance et son peuplement par des marins portugais au service de l’infant Henri le Navigateur.

Avec l’introduction de cultures agricoles, comme les céréales et la canne à sucre, dans la seconde moitié du 15e siècle et au début du 16e, Funchal est devenu un port de premier ordre, une escale obligatoire pour les routes commerciales européennes notamment vers les Amériques.

 Les 17ème et 18ème siècles ont été marqués par l’arrivée des cépages de vin de Madère qui ont considérablement compté dans l’économie de l’île. Madère tire sa prospérité de l’activité touristique depuis la fin du 18ème siècle.  A la Belle Epoque les "old ladies" londoniennes avaient l’habitude de quitter les frimas de l'hiver pour venir réchauffer leurs rhumatismes au soleil du sud. L’aristocratie européenne qui s’y installait était d’ailleurs fascinée par la qualité du climat et les bienfaits de la nature qu’offrait cette île-montagne fascinante.

Le parc naturel couvre environ 2/3 de la superficie de l’île et se divise en réserves naturelles partielles ou intégrales, en paysages protégés et en zones de loisir. - @ David Raynal
Le parc naturel couvre environ 2/3 de la superficie de l’île et se divise en réserves naturelles partielles ou intégrales, en paysages protégés et en zones de loisir. - @ David Raynal

Madère  et ses reliefs accidentés. Les champs agricoles, avec leurs « poios » caractéristiques (cultures en terrasses) qui sont irrigués grâce aux « levadas », sont en général situés à la limite inférieure de la Laurifère ou de la forêt exotique.@ David Raynal
Madère et ses reliefs accidentés. Les champs agricoles, avec leurs « poios » caractéristiques (cultures en terrasses) qui sont irrigués grâce aux « levadas », sont en général situés à la limite inférieure de la Laurifère ou de la forêt exotique.@ David Raynal
Relief accidenté
 


Grâce à sa situation géographique privilégiée et à son relief montagneux, Madère (741 km2 de surface, 57 km de longueur sur 22 km de largeur) bénéficie toute l’année d’un climat tempéré extraordinaire, avec des températures moyennes très agréables et un taux d’humidité modéré. Les températures oscillent entre 25º C l’été et 17º C l’hiver.


Grâce à l’influence des courants chauds, la température de l’eau est également très agréable, entre 22º C l’été et 18º C l’hiver.

L'archipel de Madère est situé sur la plaque africaine, dans l'Océan Atlantique, entre 30° et 33° de latitude nord, presque à la même latitude que Casablanca, à environ 1000 km au sud-ouest de Lisbonne, à près de 500 km à l'ouest de la côte africaine, et enfin à 450 km au nord des îles Canaries.

L'île de Madère possède un relief assez accidenté, les points culminants étant le Pico Ruivo (1862 m), le Pico das Torres (1851 m) et le Pico do Arieiro (1818 m), respectivement les troisième, quatrième et cinquième points culminants du Portugal.

La côte nord est aussi dominée par de hautes falaises.  L’unique plateau de l’île, Paul da Serra, avec des altitudes entre 1300 et 1500 m, se trouve dans la partie occidentale.

C’est dans l’exubérance de la nature que réside l’un des principaux attraits de l’île de Madère @ David Raynal.
C’est dans l’exubérance de la nature que réside l’un des principaux attraits de l’île de Madère @ David Raynal.

Madère bénéficie d'une végétation luxuriante, à laquelle contribue la forêt primitive classée Patrimoine Mondial Naturel de l’Humanité @ David Raynal
Madère bénéficie d'une végétation luxuriante, à laquelle contribue la forêt primitive classée Patrimoine Mondial Naturel de l’Humanité @ David Raynal
Forêt laurifère
 


C’est enfin dans l’exubérance de la nature que réside l’un des principaux attraits de l’île de Madère.


Sa végétation luxuriante, à laquelle contribue la forêt primitive classée Patrimoine Mondial Naturel de l’Humanité, est un enchantement pour tous les visiteurs. La forêt laurissilva (laurifère) date de l’ère tertiaire, et les dernières glaciations ont réduit sa superficie à la Macaronésie, c’est-à-dire à Madère, les Açores, les Canaries et le Cap Vert.

Elle se compose d’arbres de grande envergure comme le laurier de Madère, le laurier des Açores, le laurier royal, le cléthra arbustif  et le notelée, ainsi que des mousses et des arbustes parmi lesquels des bruyères, la myrtille et le houx de Madère.

Parmi les plantes herbacées on trouve le laiteron en arbre, le genêt de Madère, le sisymbre l’épine-vinette de Madère et l’orchidée de Madère, une plante unique au monde.

En ce concerne la faune, certaines espèces rares peuvent se rencontrer, comme le pigeon trocaz  une espèce endémique de l’île de Madère, le pétrel de Madère, le faucon crécerelle, le pinson des arbres et le roitelet à triple bandeau. La forêt laurifère étant considérée comme un vestige de l’ère tertiaire, presque la totalité de sa superficie est incluse dans le Parc naturel de Madère avec le statut de réserve intégrale.

La forêt laurissilva (laurifère) date de l’ère tertiaire, et les dernières glaciations ont réduit sa superficie à la Macaronésie, c’est-à-dire à Madère, les Açores, les Canaries et le Cap Vert.  @ David Raynal
La forêt laurissilva (laurifère) date de l’ère tertiaire, et les dernières glaciations ont réduit sa superficie à la Macaronésie, c’est-à-dire à Madère, les Açores, les Canaries et le Cap Vert. @ David Raynal

Les levadas:  Construit à partir du 16ème siècle cet ingénieux et admirable système de canaux d’irrigation a entièrement été creusé dans la roche des mains de l’homme. @ David Raynal
Les levadas: Construit à partir du 16ème siècle cet ingénieux et admirable système de canaux d’irrigation a entièrement été creusé dans la roche des mains de l’homme. @ David Raynal
Canaux d’irrigation
 
Autre incontournable de l’île pour tous les randonneurs, les levadas sont un réseau extraordinaire de parcours pédestres à travers les somptueux paysages de l’archipel.

Construit à partir du 16ème siècle cet ingénieux et admirable système de canaux d’irrigation a entièrement été creusé dans la roche des mains de l’homme. Il était utilisé pour apporter de grandes quantités d'eaux des pentes orientées au nord, où elle abonde, vers les terres du côté sud de l'île. La plupart des parcours qui suivent les levadas sont accessibles à tous, quoique présentant différents niveaux de difficulté. Ils permettent d’effectuer à pied en pleine nature, entre mer et montagne, des circuits d’une rare beauté…

 Office de tourisme de Madère : http://www.visitmadeira.pt/fr-fr/homepage?areaid=18


08/03/2021
David Raynal





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Juillet 2021 - 18:46 La Haute-Tarentaise pour des vacances aux sommets