Reportage

Pologne : le charme discret et envoûtant des Précarpates

Dans le sud-est de la Pologne, touchant l'Ukraine et la Slovaquie, s'étend la Podkarpackie dont la capitale administrative est la ville de Rzeszόw. Des paysages sublimes, l'air pur, la beauté des forêts, de magnifiques églises en bois et des châteaux somptueux, tels sont les principaux atouts de cette région injustement méconnue des touristes.

Par David Raynal



Depuis son origine il y a plus de 12 siècles, Przemysl a toujours suscité la convoitise. Crédit photo G.Karnas.
Depuis son origine il y a plus de 12 siècles, Przemysl a toujours suscité la convoitise. Crédit photo G.Karnas.
Les Précarpates (Podkarpackie en polonais), sont certainement l’une des régions les moins fréquentées par les touristes venus de l’ouest. Pourtant, le piémont sub-carpatique de la Pologne vaut plus que le détour et pas seulement pour ses fameuses églises en bois. L’histoire et le choc des civilisations regorgent de témoignages patrimoniaux à Rzeszów, la capitale de la Voïvodine mais également à Lancut, Sanok, Krosno ou encore Przemysl. 

Vue de la campagne environnante à Sanok et de son musée ethnographique. Crédit photo David Raynal.
Vue de la campagne environnante à Sanok et de son musée ethnographique. Crédit photo David Raynal.
Ballottées au fil des siècles, entre l’Ukraine et la Pologne, les Précarpates sont depuis 2014 reliées à Cracovie par une autoroute.

Celle-ci a été en grande partie financée par les fonds européens du FEDER (Fonds européen de développement régional). Un désenclavement qui s’est accentué ces dernières années par l’augmentation du nombre de liaisons effectuées par la LOT, la compagnie aérienne nationale polonaise via Varsovie entre Paris et Rzeszów. Il faut dire qu’en ce début de printemps la région possède de nombreux atouts naturels. Des chemins de randonnée, au tracé particulièrement varié permettent à des touristes de tous niveaux, de suivre aisément les crêtes des Monts Bieszczady et de la chaîne des Basse Beskide (Beskid Niski). Un peu plus loin dans la forêt, les randonneurs auront peut-être la chance de marcher sur la trace d’un loup, d’un bison ou d’un lynx et pourquoi pas d’apercevoir au loin l’imposante silhouette d’un ours !  Autre incontournable, la Route de l'Architecture en Bois de Pologne qui s’étend à travers les trois régions du sud du pays : la Silésie, Malopolska et la Podkarpackie. Dans la région des Précarpates l’itinéraire compte 1202 km, propose 9 itinéraires et 127 points remarquables. Il s'agit d’édifices et de monuments architecturaux de petites villes, de manoirs, de musées de plein air, de petits palais et de chapelles en bois, tant catholiques qu'orthodoxes. Les églises de Haczów, Blizne, inscrites sur la liste du patrimoine mondial culturel de l’Unesco en 2003, Smolnik, Turzańsk, Radruż et Chotyniec au Répertoire de l'Héritage Culturel et Naturel de l'Unesco en 2013 font partie des trésors les plus remarquables de la région. Pour la petite histoire, les églises orthodoxes étaient le plus souvent construites sur des buttes, dans des lieux visibles de loin, tandis que les églises catholiques occupaient généralement un emplacement au centre du village.

Par sa taille, la citadelle de Przemysl est la troisième après celles de Verdun et d’Anvers. Crédit photo Wikimedia.Commons.org
Par sa taille, la citadelle de Przemysl est la troisième après celles de Verdun et d’Anvers. Crédit photo Wikimedia.Commons.org

La construction de la forteresse débuta en 1871 mais elle ne fut jamais terminée. Crédit photo Wikimedia.Commons.org
La construction de la forteresse débuta en 1871 mais elle ne fut jamais terminée. Crédit photo Wikimedia.Commons.org
L’une des plus importantes forteresses en Europe

Depuis son origine il y a plus de 12 siècles, Przemysl a toujours suscité la convoitise. Sa situation géographique l’a placée au centre des invasions, des conflits mondiaux ou des tensions internationales.

Tatares, Cosaques ou Transylvaniens, et plus tard Austro-Hongrois, Russes, occupants nazis ou soviétiques, tous ont cherché à s’accaparer cette voie de passage stratégique entre l’Europe et l’Orient. Au début du 20e siècle les communautés catholique, orthodoxe, gréco-catholique et juive y vivaient en paix avant que les deux conflits mondiaux ne redonnent à Przemysl son caractère militaire et plonge à nouveau sa population dans la désolation et la misère. L’histoire militaire de la ville connaît son apogée sous le règne de l’empereur François-Joseph qui voulait faire de Przemysl « La perle de la Hongrie ». Il décide alors d’en faire la plus importante forteresse de l’Empire. Il s’agit de créer un double réseau de fortins, des souterrains et de dépôts d’armes tout autour de la ville. Les travaux commencent en 1853 pendant la guerre de Crimée. Par sa taille, la citadelle de Przemysl est la troisième après celles de Verdun et d’Anvers. La construction de la forteresse débuta en 1871 mais elle ne fut jamais terminée. En 1914, Przemyśl avait trois lignes défensives, dont l'anneau extérieur faisait 45 km de pourtour et était composé de 17 forts principaux. Le système intérieur de défense était constitué de 21 forts défensifs. Au moment de la déclaration de la Première Guerre mondiale, une garnison de quelque 130 000 soldats y stationnait. Au cours du premier et du deuxième siège, la forteresse de Przemyśl s’est défendue contre les troupes russes pendant presque 180 jours. Elle ne se rendit que lorsque la nourriture manqua.  En 1968, les forts détruits et dévastés furent reconnus comme monument d'architecture défensive. A présent, un itinéraire touristique balisé passe par les forts.

Le musée des cloches et des pipes, ouvert en septembre 2001, est installé dans la tour de l’horloge. Crédit photo D.R.
Le musée des cloches et des pipes, ouvert en septembre 2001, est installé dans la tour de l’horloge. Crédit photo D.R.

A seulement quelques kilomètres de Przemyśl, le palais de Krasiczyn entouré d’un parc est l’un des plus beaux édifices de la Renaissance tardive de Pologne. Crédit photo David Raynal.
A seulement quelques kilomètres de Przemyśl, le palais de Krasiczyn entouré d’un parc est l’un des plus beaux édifices de la Renaissance tardive de Pologne. Crédit photo David Raynal.
Musée des cloches et des pipes

Autre visite qui peut se faire dans le prolongement de celui de la forteresse, le musée historique de la ville de Przemyśl est logé dans une ancienne maison bourgeoise du 16e siècle, située sur la place du marché.

Les collections du musée sont composées de plus de deux milles pièces et documents soigneusement conservés qui témoignent de l’histoire mouvementée de la ville. Le musée des cloches et des pipes, ouvert en septembre 2001, est quant à lui installé dans la tour de l’horloge. En dehors de la vue panoramique à 360°sur la ville que les visiteurs découvrent depuis le sommet de la tour, les sept étages du musée présente une collection impressionnante et originale sur le thème très pointu des pipes et des cloches. A seulement quelques kilomètres de Przemyśl, le palais de Krasiczyn entouré d’un parc est l’un des plus beaux édifices de la Renaissance tardive de Pologne. L’imposant bâtiment quadrilatéral avec des tours d’angle et une cour intérieure en partie à arcades, s’enorgueillit, entre autres, de son attique ajouré et de ses décorations picturales en stuc. Partiellement accessible aux visiteurs, le château construit au beau milieu d’un parc paysager (20 ha) où croissent des espèces rares d’arbres et arbustes, accueille dans sa partie 19e un hôtel de luxe.

Eglise en bois de Chotyniec. Crédit photo Krzysztof Zajączkowski
Eglise en bois de Chotyniec. Crédit photo Krzysztof Zajączkowski

De gauche à droite  : l'Artiste Zdzislaw Beksinski,originaire de Sanok et l'une de ses oeuvres intitulée  " Dieu de la mort lune ". Le parc ethnographique de Sanok s'étend sur une superficie de 38 hectares. Crédit photos D.R. et David Raynal.
De gauche à droite : l'Artiste Zdzislaw Beksinski,originaire de Sanok et l'une de ses oeuvres intitulée " Dieu de la mort lune ". Le parc ethnographique de Sanok s'étend sur une superficie de 38 hectares. Crédit photos D.R. et David Raynal.
Parc ethnographique de Sanok

A Sanok, le plus vieux quartier de la ville a jalousement gardé son plan médiéval.

Depuis 1934, le musée historique qui se trouve dans le château royal du 16e siècle, présente une importante collection d’icônes et d’art orthodoxe datant du 15e au 19e siècle. Le musée propose également de riches collections d’art contemporain, principalement des tableaux d’artistes polonais travaillant en exil en France (Ecole de Paris). On peut aussi y admirer les œuvres tragiques de Zdzislaw Beksinski, un habitant de Sanok décédé en 2005, qui est devenu l’un des artistes contemporains les plus connus de Pologne. À 1,5 km du centre-ville, le parc ethnographique de Sanok constitue l’un des plus beaux et des plus vastes musées en plein air d'Europe.

Ce site qui fait partie de la Route de l'Architecture de Bois s’étend sur une surface de 38 hectares et présente sur cinq espaces différents  la culture des groupes ethniques de la région frontalière entre la Pologne et l’Ukraine : les Boikos, Lemkos, Pogorzans et Dolinians. Ce musée des constructions populaires créé en 1958 rassemble également plus d’une centaine de bâtiments en bois, édifices publics, sacrés ou à usage industriel et technique datant du 17e au 20e siècle.

Les visiteurs qui viennent de toute la Pologne et de l’étranger pour découvrir ce site unique, déambulent parmi les villages typiques et les témoignages architecturaux reconstitués de la région des Précarpates (église, écoles, auberge, commerces, forges, fermes, moulins à eau et à vent). Le musée est complété par une collection de peinture d'icônes - "Icône des Carpates" qui présente plus de 200 icônes (15e-20e s.).

Le château de Lançut fut la propriété des illustres et richissimes familles, Lubomirski, Czartoryski et Potocki. Crédit photo David Raynal.
Le château de Lançut fut la propriété des illustres et richissimes familles, Lubomirski, Czartoryski et Potocki. Crédit photo David Raynal.

Musée des carosses au château de Lançut. Centre du Patrimoine Verrier à Krosno. Crédit photos David Raynal et D.R.
Musée des carosses au château de Lançut. Centre du Patrimoine Verrier à Krosno. Crédit photos David Raynal et D.R.
Château de Lançut

Joyeux de l’architecture polonaise et de la région des Précarpates, le château de Lançut fut la propriété des illustres et richissimes familles, Lubomirski, Czartoryski et Potocki, qui le transformèrent au fil des siècles et des modes.

C’est une des plus grandes et plus belles résidences aristocratiques en Pologne, construite dans la première moitié du 17e comme une résidence moderne du type « palazzo in fortezza ». Dans la deuxième moitié du 18e siècle Izabella Lubomirska l’a transformée en un ensemble harmonieux palais et jardin. A la charnière du 19e et 20e siècle, les Potocki ont mené d’autres transformations ainsi que la modernisation du château. Le dernier propriétaire Alfred Potocki expédia meubles et objets à l’étranger. Après la Seconde Guerre mondiale meublé avec les collections d’Etat, le château est devenu un musée des intérieurs polonais avec l’ouverture d’environ 80 salles. Les anciennes écuries dessinées par l’architecte français Armand Beauqué, abritent aujourd’hui le Musée des Carrosses. Il s’y trouve également une exposition permanente de l’art orthodoxe et une collection de l’art juif, exposée dans une synagogue baroque du 1791. A une cinquantaine de kilomètres au sud de Rzeszów, la ville de Krosno est au cœur de la production de verre en Pologne. Fort d’une tradition qui remonte à plusieurs siècles, la artistes verriers polonais qui fabriquent aussi bien des objets utilitaires que décoratifs sont connus pour la forme étonnante de leurs pièces. A Krosno, le Centre du Patrimoine Verrier contribue  à la préservation des techniques et du savoir-faire. C’est aussi un centre culturel qui organise des démonstrations visant à mettre en valeur l’adresse des maîtres verriers. Il s’y déroule aussi des concerts, des expositions de bijoux et des films consacrés à l’histoire et à l’art du verre. Dans les salles de conférences, les visiteurs peuvent également vivre différents types d’expériences à caractère scientifique sur le thème du verre, utiliser des prismes, des fibres optiques ou encore des kaléidoscopes.  

Avec ses 182 000 habitants, la ville de Rzeszów regorge de témoignages architecturaux. Couvent Pijarski D.R.
Avec ses 182 000 habitants, la ville de Rzeszów regorge de témoignages architecturaux. Couvent Pijarski D.R.

Sous la ville, un mystérieux labyrinthe souterrain mesure environ 340 mètres et se compose de 50 caves dont la plus basse se trouve à plus de 10 mètres de profondeur. Crédit photo D.R.
Sous la ville, un mystérieux labyrinthe souterrain mesure environ 340 mètres et se compose de 50 caves dont la plus basse se trouve à plus de 10 mètres de profondeur. Crédit photo D.R.
Rzeszów, les confins de la Pologne

Avec ses 182 000 habitants Rzeszow, la capitale de la Voïvodine, est située non loin de la frontière avec l’Ukraine et la Slovaquie, aux confins orientaux de l’Union Européenne.

La voie sur laquelle se développa Rzeszow fut empruntée au 15e siècle par Attila, roi des Huns, lorsqu’il partit à la conquête de l’empire d’Orient. Ce fut aussi le point de passage des marchands du monde entier, des rois de Pologne, des empereurs d’Autriche, des hordes sauvages et des troupes armées. Le quartier historique de la ville se limite à l’entourage immédiat de la Place du Marché - Rynek en polonais - où se dresse l’hôtel de ville (Ratusz). Dans un périmètre relativement réduit, les amateurs de vielles pierres et de patrimoine pourront visiter l’église paroissiale gothique, le monastère des Bernardins, le château et le petit palais de la famille Lubomirski, deux synagogues, de nombreuses vieilles maisons et les villas bourgeoises de style art nouveau. L’âge d’or du développement de la ville se situe entre le 15e et le 17e siècle. La ville de Rzeszów était alors aux mains des grandes familles : Ligeza et Lubomirski. C’est à cette époque que sont érigés les plus belles églises et synagogues, le château, le couvent, des Piaristes et l’hôtel de ville. Depuis, la place du marché est devenue le point névralgique de la ville, du commerce et du tourisme. Sous la dalle de la place court un inattendu réseau de caves entrelacées. Ces anciens entrepôts qui au temps de la prospérité de la ville contenaient des marchandises du monde entier ont servi de cachettes et d’abris pour les habitants, notamment lors des incursions tatares. Au 20e siècle, il était encore possible de voir des magasins souterrains aménagés dans les caves creusées sous les maisons. Ce mystérieux labyrinthe souterrain mesure environ 340 mètres et se compose de 50 caves dont la plus basse se trouve à plus de 10 mètres de profondeur ! Aujourd’hui, il fait partie du circuit touristique des « Caves de Rzeszów » qui se visite en compagnie d’un guide assermenté du musée d’histoire de la ville. La ville de Rzeszów se situe enfin au cœur de la « Vallée de l’aviation » dont la tradition remonte à plus de 70 ans. Elle regroupe un grand nombre de sociétés de l’industrie aéronautique, de centres de recherches ou de formation de pilotes. Décidément, entre nature et culture, les Précarpates nous interrogent sur notre propre histoire aux confins orientaux de l’Union européenne.

Petites heures à Premysl où trône la statue du Brave Soldat Chvéïk. Ce chef-d’œuvre inachevé de la littérature tchèque paru en 1921 fait la satire de l’autorité (politique, militaire, religieuse) et de la bêtise universelle. Crédit photo G.Karnas.
Petites heures à Premysl où trône la statue du Brave Soldat Chvéïk. Ce chef-d’œuvre inachevé de la littérature tchèque paru en 1921 fait la satire de l’autorité (politique, militaire, religieuse) et de la bêtise universelle. Crédit photo G.Karnas.

Pologne : le charme discret et envoûtant des Précarpates. Crédit photo David Raynal
Pologne : le charme discret et envoûtant des Précarpates. Crédit photo David Raynal
Plus d'infos



Pour bien préparer son voyage en Pologne 

www.pologne.travel


Se loger :

Hôtel Sokol à Łańcut

www.hotelsokol.pl/en/about-us/hotel

Dwor Kombornia Hôtel **** & SPA à 10 km de Krosno
www.dworkombornia.pl


Se restaurer :

Restaurant Stary Browar à Rzeszów

http://browar-rzeszow.pl/kontakt

Restaurant Dwor Ostoya à Rzeszów
www.ostoya.rzeszow.pl/fr/onas.htm

Auberge Jadlo Karpackie à Sanok
http://karczmasanok.pl



 

Pologne : le charme discret et envoûtant des Précarpates. Crédit photo David Raynal
Pologne : le charme discret et envoûtant des Précarpates. Crédit photo David Raynal
A voir : 

Le musée des cloches et des pipes à Przemysl

www.muzeum.przemysl.pl/wieza/
index.php/english-version
      
Centre du patrimoine du verre à Krosno 
www.miastoszkla.pl/en/about-us-en

A visiter :

Château de Lancut

www.zamek-lancut.pl
Ville et citadelle de Przemysl
http://visit.przemysl.pl/en
Musée historique de Sanok
http://www.muzeum.sanok.pl/index.php?
option=com_
content&view=featured&Itemid=101&lang=en

Musée des Constructions populaires
Sanok, ul. Traugutta 3
tél. +(48-13) 463 09 04
Fax. 463 53 81

skansen.sanok@pro.onet.pl
www.bieszczady.pl/skansen  
 


 


21/06/2018
David Raynal





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 22:30 Cap sur la Bosnie et son histoire...