lindigo-mag.com
lindigomagcom
lindigomagcom
L’Indigo, e-magazine du tourisme. Un regard différent, original et inédit sur les Voyages.
Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager cet article
Reportage

Prague, l’architecturale, flânerie contemporaine

Prague dévoile à chaque pas une multitude de pépites architecturales. Au-delà du fameux centre historique, des petits et grands joyaux du 19e et du 20e siècles parsèment le parcours. A ne pas rater.

Par Claude Vautrin



Art Nouveau maison municipale @Pavel Hroch CzechTourism
Art Nouveau maison municipale @Pavel Hroch CzechTourism
Une naissance vers 900 au centre de l’Europe, en un carrefour de convoitises, de séductions, de créativités, forge l’âme d’une ville.

A Prague, la « Ville dorée », capitale de la Tchéquie, elle transparaît volontiers dans l’architecture. La Place de la Vieille-Ville, l’horloge astronomique, l’Hôtel de Ville, la bibliothèque du Clementinum, l’incontournable Pont Charles, traversant, au pied du Château, la Vltava : le centre historique et ses trésors médiévaux, baroques et gothiques ne lassent pas le visiteur. Ils engendrent même parfois un tel afflux qu’il vous prend l’envie d’aller voir ailleurs, une fois les joyaux admirés bien sûr. Nul besoin de s’aventurer bien loin. Prague le mérite et la flânerie mène alors, plaisirs et curiosité aidant, à la rencontre d’une variété de styles architecturaux qui en dit long sur la richesse créative de la Ville aux cent clochers, toujours prête à épouser les génies bâtisseurs du temps.
 

L’Hôtel Paris et son entrée fleurie font sensation @ Claude Vautrin
L’Hôtel Paris et son entrée fleurie font sensation @ Claude Vautrin

Un véritable livre d’architecture à ciel ouvert

Prompt à les attirer jadis, elle n’a eu de cesse, à la fin du XIXe et au XXe siècle, de les convaincre à s’essayer, non sans succès, à l’embellir, l’enrichir de nouveaux trésors, offrant aujourd’hui, à qui se laisse tenter, un véritable livre d’architecture à ciel ouvert avec pour invités, au détour de la balade, Chopin, Kafka, Kundera... Il y a pire !
A n’en pas douter, le début du vingtième siècle fut florissant en chantiers, imagination, volonté de surprendre. L’effet reste intact aujourd’hui, à la découverte de quelques chefs d’œuvre de l’Art Nouveau, de l’Art Déco ou encore du cubisme, une marque de fabrique tchèque, s’il en est.
 

L’Art Nouveau, ses lignes courbes, ses ornements complexes, ses couleurs douces et pastel @ Claude Vautrin
L’Art Nouveau, ses lignes courbes, ses ornements complexes, ses couleurs douces et pastel @ Claude Vautrin

L’Art Nouveau et la Belle Epoque

Voisine de la Tour de la Poudrière, une des portes d’entrée de la Vieille Ville, la Maison Municipale célèbre avec brio l’Art Nouveau et la Belle Epoque. Concert, dîner dans l’élégant restaurant Français à la carte gourmande, où marbre, boiseries, stuc et vitraux se conjuguent avec bonheur, exposition, décoration intérieure et extérieure du fameux Alfons Mucha qui ne brille pas seulement par ses affiches : l’éventail des possibles artistiques est ouvert, pour apprécier cette merveille édifiée entre 1905 et 1912, et restaurée dans les années 1990. Son architecte Osvald Polívka s’est exprimé en bien d’autres lieux de la ville, toujours au nom de l’Art Nouveau, de ses lignes courbes, ses ornements complexes, ses couleurs douces et pastel : tel le Palais Topic sur l’avenue de la Nation (Narodni), à deux pas de la Nouvelle scène du théâtre National aux façades contemporaines, à qui fait également face le Palais des Assurance, de belle facture lui aussi.
 
 

Le Palais des Assurances @ Claude Vautrin
Le Palais des Assurances @ Claude Vautrin

Le Café Slavia, fief de la dissidence

Décidément riche en rendez-vous architecturaux, la même rue abrite, en son final ouvrant sur la Vtlava, le Théâtre national et le Château, le Café Slavia, et ses grandes baies vitrées dans un style associant fonctionnalisme et éléments Art Déco. Les écrivains, poètes et artistes aimaient s’y retrouver pour refaire le monde. Vaclav Havel et les intellectuels de la Charte 77 ne furent pas les derniers à y organiser la dissidence. Il faut aussi s’arrêter sur la Poříčí à l’Hôtel Impérial qui accueillit jadis Franz Kafka, et se poser dans son café, aux céramiques précieuses. Une nature sublimée y communie avec l’art. Dans la Vieille Ville, l’Hôtel Paris et son entrée fleurie font sensation. Côtoyer l’Art Nouveau, c’est aussi se perdre, au gré du hasard, dans des passages riches en surprise : U Novaku et son impressionnant dôme en verre, Lucerna, Koruna, Adria…ou encore du Design tchèque. A chacun, son identité. Au début du 20e siècle, on pouvait, dit-on, traverser la ville à l’abri, sachant qu’une quarantaine d’entre eux ont été construits entre 1907 et 1938, en un excellent champ d’expérimentation artistique.
 

La café Slavia et la Palais Adria @ Claude Vautrin
La café Slavia et la Palais Adria @ Claude Vautrin

Cubisme : dans l’univers de Josef Gočár

L’œil et l’esprit déjà aiguisés, il est temps de se plonger dans l’une des expressions architecturales majeures de Prague, le cubisme. Un nom s’invite, s’impose en fait, reconnu de tous, comme le sont Picasso et Braque pour les arts plastiques, l’inventif architecte Josef Gočár. Parfaitement intégrée en dépit de son modernisme dans le centre historique, l’une de ses pièces maîtresses et pionnières (1912) a pour nom la Maison de la Vierge noire, au coin de Celetná, rue commerçante et chic de la Vieille Ville, et de la rue Ovocný. Musée, boutique de design, café : ici tout est résolument cubiste. Un nouvel arrêt s’impose donc dans ce Grand Café Orient où trône le buste du fameux architecte, urbaniste et designer et où s’épanouissent des éléments de décor, lustres, lampes… illuminant ce que fut ce mouvement d’avant-garde artistique. A deux pas de la place Jungmann,  Jungmanovo náměstí, un petit bijou de béton travaillé cultive la rareté, sous la forme de l’unique réverbère cubiste conçu au monde en 1912 par Emil Kralicek.
 

Maison de la Vierge noire et Grand Café Orient : ici tout est résolument cubiste @ Claude Vautrin.
Maison de la Vierge noire et Grand Café Orient : ici tout est résolument cubiste @ Claude Vautrin.

Des chefs d’œuvre du rondocubisme

Dans ce quartier, se succèdent des immeubles au fonctionnalisme avéré et un autre chef d’œuvre symbolique de ce que le cubisme tchèque enfanta dans l’après Grande Guerre: le Palais Adria (1923), parfaite illustration du rondocubisme, dont les formes, rondes donc, demi-arcs et cylindres, et l’emploi du rouge et du blanc allègent la géométrie plus austère d’avant-guerre. Sa galerie mérite le détour, elle aussi marquante de l’esprit créatif du début des années 1920. Un autre bâtiment rondocubiste à découvrir est la Legiobanka, Banque de la légion tchécoslovaque, édifié lui aussi en 1923 sur la Na Porici. Josef Gočár, encore lui, est l’architecte de l’immeuble réputé pour sa façade et ses sculptures en relief représentant les champs de bataille les plus importants où ont combattu les légionnaires tchécoslovaques dont Vouziers en France. Le hall au décor complexe et au plafond de verre est, quant à lui, impressionnant ! D’autres rendez-vous ponctuent la découverte cubiste praguoise dont la Villa Kovarovic et son jardin conçu dans le même style, édifiée en 1913, sur les plans de l’architecte Joesf Chochol, à Vysehrad sur les bords de la Vltava.

 

Le Palais Adria, la Legiobanka : deux chefs d’œuvre du rondocubisme, la rareté tchèque @ Prague City Tourism, Claude Vautrin.
Le Palais Adria, la Legiobanka : deux chefs d’œuvre du rondocubisme, la rareté tchèque @ Prague City Tourism, Claude Vautrin.

Un laboratoire du fonctionnalisme

Le tour de ville architectural est loin d’être fini. Place maintenant aux bâtis inscrivant leur façade sous la bannière du fonctionnalisme, un courant architectural des années 1920, 1930, voire plus si affinités. Pour ses adeptes, le principe est simple : l’architecture est une science et ne relève donc pas d’une ambition artistique. Ce qui n’interdit en rien à ses œuvres de dégager une certaine harmonie. Prague en fut le laboratoire, dans une Europe qui prête alors une grand attention au purisme d’un certain Le Corbusier.
On doit à Josef Gočár, toujours lui, l’église Saint-Venceslas (1930), édifiée sur la colline de Vršovice, et dans la Ville Nouvelle, l’immeuble Bata ou le Palais Fenix, entre autres centre commercial Lindt, Hôtel Julis ou Palais U Styblu, fruit d’autres créateurs, tous ces édifices étant situés sur la très prisée Place Venceslas. A citer encore le Passage de la Rose noire au 12 de la Na Prikope. Celles et ceux qui ont la folie des grandeurs se rendront au Palais des expositions (Veletržní palác), situé dans le quartier de Holešovice (1925), et qui, double attrait culturel, abrite les collections d'art moderne de la Galerie nationale.
 

Fonctionnalisme, l’architecture est une science et ne relève donc pas d’une ambition artistique. Brutalisme, les grands magasins Kotva construits au début des années 1970 @ Claude Vautrin
Fonctionnalisme, l’architecture est une science et ne relève donc pas d’une ambition artistique. Brutalisme, les grands magasins Kotva construits au début des années 1970 @ Claude Vautrin

Le brutalisme des années 1970

Il est un autre style, plus tardif, dont le seul nom ne peut qu’attirer la curiosité : le brutalisme. Rien de barbare en fait quand on sait que le mot tire son origine du béton brut cher à Le Corbusier. Les très créatifs architectes praguois ne pouvaient ignorer ce courant apparu dans les années 1950. En Tchéquie, il reste en tout cas associé au régime socialiste des décennies d’après-guerre. Le plus imposant des édifices de ce courant a pour nom Kotva ou l’Ancre. Construit au début des années 1970, ce Grand magasin de 22 000 m2 se situe sur la place de la République et employait avant 1993 près de 2000 employés. Une éloquente vitrine du passé !
 

Déconstructivisme La Maison dansante, datant de 1996 imaginée et conçue par les architectes Vlado Milunic et Frank O. Gehry @ En bas à droite Rondocubisme Palais Adria @ Prague City Tourism et Claude Vautrin.
Déconstructivisme La Maison dansante, datant de 1996 imaginée et conçue par les architectes Vlado Milunic et Frank O. Gehry @ En bas à droite Rondocubisme Palais Adria @ Prague City Tourism et Claude Vautrin.

La Maison dansante, et le déconstructivisme

Certains édifices plus récents ont soulevé la controverse. Tel le bâtiment des années 1980, à la double tendance brutaliste et fonctionnelle, abritant sur Na Narodni la Nouvelle scène du Théâtre national. Quatre mille moellons en verre soufflé dénotent face aux façades néo-Renaissance et Art Nouveau. En remontant peu après la Vltava sur quelques centaines de mètres s’offre alors à vous une autre création architecturale qui, conçue dans le style déconstructiviste, et un rien excentrique, fascine autant qu’elle questionne : la Maison dansante, datant de 1996. Imaginées par les architectes Vlado Milunic et Frank O. Gehry qu’ont inspirés Fred Astaire et Ginger Rogers, sa partenaire, les deux tours de pierre et de verre semblent s’enlacer pour le meilleur d’une ville qui, architecturalement, n’a, c’est sûr, pas encore dit son dernier mot.
 

Plus d’infos

Office de tourisme de la République tchèque : 18 rue Bonaparte 75006  Paris Tél 01 53 73 00 32 - https://czechtourism.com/fr/home/
 
Y aller
Vols Paris/Prague via Air France. La monnaie locale est la Couronne tchèque. CB acceptée dans la majorité des commerces, hôtels et restaurants.
 
Visiter
Prague City Tourism, fournisseur officiel de guides certifiés à Prague
Žatecká 110/2, 110 00 Prague 1 - Staré Město, tel: +420 221 714 714, e-mail:
tourinfo@prague.eu
 
Musée des arts décoratifs 17. listopadu 2, 110 00 Prague 1 – Staré Město
Galerie Nationale Kinsky Palace Staroměstské náměstí 12 110 00 Prague
 
Les passages
U Novaku Vodičkova 699, 110 00 Nové Město
Lucerna  Vodičkova 704 /36, 110 00 Nové Město
Koruna  Václavské nám. 846/1, 110 00 Můstek
Adria Jungmannova 31, 110 00 Nové Město
Du Design tchèque Na Příkopě 860, 110 00 Nové Město
De la rose noire Na Příkopě Nové Město
 

 
Cubisme Villa Kovarovic @ Pavel Hroch CzechTourism
Cubisme Villa Kovarovic @ Pavel Hroch CzechTourism

Se cultiver, découvrir, dormir

Exposition permanente du Palais des expositions Veltržní à Prague consacrée à l’art des XX° et XXI° siècles, plus de 2000 pièces d’art. Dukelských hrdinů 47170 00 Prague 7. Entrée gratuite le 5 février de chaque année, pour cause d’anniversaire.
 
Palais des Expositions Dukelských Hrdinů 47, 170 00 Praha 7-Holešovice Tél
+420 224 301 122
 
Maison dansante Rasinovo nabrezi 80 Prague 2. Terrasse panoramique.
 
Villa Kovarovic 3, Libušina 49, 128 00 Prague
 
Dormir
Hôtel Julius Prague - Senovazne namesti 993/3 Prague
Hôtel Botanique Prague Sokolovska 11 186 00 Prague
Rondocubisme Palais Adria @ Prague City Tourism
Rondocubisme Palais Adria @ Prague City Tourism


01/07/2023
Claude Vautrin





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Juillet 2024 - 14:31 De La Rochelle à l’île de Ré

Dimanche 2 Juin 2024 - 15:06 Liège l’insolite cité wallonne