Reportage

Tenerife, au « pays du Printemps éternel »

Plus connue pour ses stations balnéaires du Sud, Tenerife mérite un autre regard. L’île des Canaries est une terre de douceur et de contraste qu’il faut prendre le temps de découvrir. Environ 150 000 Français ont été séduits par la destination en 2011.

Reportage et photos Patrick Cros



Ville historique de  La Orotava avec son église en basalte
Ville historique de La Orotava avec son église en basalte
Les Alizés ont emporté nombre de navigateurs sur ce bout de terre volcanique, dans leur route vers les Amériques à travers l’Atlantique. A seulement quatre heures de vol de la France, et à 115 kilomètres à l'ouest des côtes marocaines, Tenerife a gardé l’empreinte de ces voyageurs. Les Espagnols s’y sont installés à partir du XVIème siècle et ont bâti, au nord, des ports et des villes aux influences andalouses. L’une d’entre elles, La Laguna, fondée en 1496 par le conquistador Alonso Fernandez de Lugoa, a même été inscrite au Patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco. La Orotava est une autre de ces communes pittoresques chargées d’histoire avec ses murs et pavés du XVIème siècle en pierre volcanique, ses maisons à balcons et son église en basalte. Comme dans l’ensemble de cette partie de l’île, des fêtes traditionnelles continuent à y être célébrées.
 
 

Marché aux fleurs de Puerto de la Cruz
Marché aux fleurs de Puerto de la Cruz
Une diversité naturelle

 
A cette richesse patrimoniale et culturelle, s’ajoute une diversité naturelle avec des plantes subtropicales telles que jacarandas, hibiscus et flamboyants, aux antipodes des zones arides du Sud de Tenerife ou même des forêts de pins canariens des montagnes du centre.
Ce climat généreux a permis de développer la culture de la banane ou encore de la vigne.
Près de Puerto de la Cruz, la Casa del Vino propose, par exemple, de déguster des vins de cépage locaux, oubliés de notre vieux continent, comme le liston ou la malvasia. L’ancienne propriété abrite aussi un musée du vin, et une ancienne chapelle du XVIIème siècle au superbe plafond en bois travaillé.
 

rencontre avec les dauphins et baleines entre Tenerife et l'ïle de la Gomera
rencontre avec les dauphins et baleines entre Tenerife et l'ïle de la Gomera
 Rencontre avec les baleines
 Tenerife est aussi une terre de contraste. Aux bâtisses des siècles passés répondent en écho des stations balnéaires aux buildings modernes, à 80 kilomètres au Sud de l’île. Au bord de plages de sable noir, d’origine volcanique, des immeubles, boutiques, restaurants et terrasses s’étirent sur une dizaine de kilomètres, de la Playa de Los Christianos à la Playa del Duque, en passant par la Playa de Las Americas. Dans cet imbroglio urbain lancé dans les années 1970, des hôtels s’imposent aujourd’hui pour leur décoration raffinée et leur service soigné, comme le Jardines de Nivaria, l’Abama ou encore le Bahia del Duque. Une belle promenade a été réalisée le long de l’océan, donnant une unité et une ambiance décontractée à cette côte urbanisée, parfois bétonnée à l’excès. Si un soleil permanent rime avec farniente, les voyageurs les plus intrépides peuvent aussi pratiquer le surf, la planche à voile, le parachute ascensionnel et autres activités nautiques. Derrière cette explosion de couleurs, de lumière (et de crème à bronzer !) se cache, même ici, une île authentique où la nature et les traditions sont bien présentes. A une trentaine de minutes de bateau, entre la côte et l’île de La Gomera, se trouve un site naturel d’exception où des dauphins et baleines pilotes se sont établis à l’année, profitant de fonds riches en poissons et planctons. Dans l’intérieur des terres, à quelques dizaines de kilomètres seulement des stations balnéaires, des villages rappellent également que Tenerife a su garder son âme.
 

Le Pic de Teide,point culminant de l'Archipel 3718m
Le Pic de Teide,point culminant de l'Archipel 3718m
Des paysages lunaires
 
L’île des Canaries tire également sa force de ses volcans. S’ils sont aujourd’hui endormis, leurs coulées de lave et autres explosions ont marqué ses terres au cours des derniers millénaires. Au cœur de l’île, le Pic du Teide est le symbole de cette fureur passée, dominant l’ensemble de la région de ses 3718 mètres. Une ascension est possible en téléphérique (en une douzaine de minutes), ou  à pied … en huit heures de marche aller-retour. Un refuge permet une escale de nuit en altitude. Attention, un permis est nécessaire pour les derniers 200 mètres de sentier qui permettent d’atteindre le sommet du cône. Au pied de ce géant, s’étale une immensité lunaire, au centre des 19.000 hectares du Parc national du Teide, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. Un hôtel, le Parador de Las Canadas, y accueille les voyageurs dans une ambiance aux airs de montagne, en harmonie avec la fraîcheur d’un air particulièrement sec et pur, bien « loin » des 20 à 30°c qui règnent à moins d’une heure de route.

P.C.

vue sur la ville de la Orotava au nord de Tenerife
vue sur la ville de la Orotava au nord de Tenerife
 Y aller 
 
 Air Europa a lancé en novembre 2010 un vol direct Paris/Tenerife le dimanche, permettant de relier l’aéroport de Reina Sofia, au sud de l’île, en seulement quatre heures.
Des vols sont également proposés tous les jours via Madrid, avec une connexion rapide.
 
www.aireuropa.com
 

Entre Océan Atlantique et collines volcaniques à 10kms des stations balnéaires  la Playa et Los Christianos à la Playa Del Duque
Entre Océan Atlantique et collines volcaniques à 10kms des stations balnéaires la Playa et Los Christianos à la Playa Del Duque


06/12/2011
Patrick Cros





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Novembre 2017 - 16:39 Terres ancestrales : aux origines de l’Irlande

Lundi 2 Octobre 2017 - 23:00 L’Alentejo, le Portugal des grands espaces