Reportage

Un patrimoine extraordinaire, la biodiversité du Parc Amazonien de Guyane

Parmi nos 10 Parcs nationaux, le plus vaste se trouve sur le continent sud-américain. Le Parc amazonien de Guyane est également le plus grand espace protégé de l'Union européenne. Rencontre avec Jean-Marie Montoute, Chef du Service de la Communication du Parc amazonien.


Reportage vidéo Jean-Louis Corgier



Créé en 2007, avec une superficie de 3,4 millions d'hectares, le Parc amazonien, qui couvre la partie sud de la Guyane, partage plusieurs centaines de kilomètres de frontières fluviales et terrestres avec le Suriname et le Brésil.
 

Sous-bois à Saül - © Guillaume Feuillet ; Dendrobates tinctorius, forme jaune - © V. Rufray - Biotope
Sous-bois à Saül - © Guillaume Feuillet ; Dendrobates tinctorius, forme jaune - © V. Rufray - Biotope
Grande biodiversité de la faune et de la flore


La richesse des espèces en Guyane et notamment celle du Parc amazonien de Guyane comporte  plusieurs milliers d’espèces végétales.

On y dénombre plus de 150 espèces d’arbres par hectare, une centaine de mammifères, près de 450 espèces d’oiseaux, environ 200 reptiles et amphibiens et  200 espèces de poissons des criques forestières qui restent à ce jour un milieu encore méconnu. Et puis d’une beauté unique,  l’extraordinaire luxuriance de  la flore  où se côtoient  arbres géants, lianes vertigineuses,  plantes aux inflorescences spectaculaires (telles les orchidées). 

Ces forêts sont aussi le territoire d’espèces emblématiques et typiques de la faune amazonienne dont les jaguars, primates, loutres géantes, tapirs, caïmans et boas, dendrobates colorées, coléoptères géants, papillons morphos aux couleurs métalliques…Le Parc amazonien de Guyane protège aussi de nombreuses espèces très rares, endémiques  dont  les grands mammifères et  le Saki Satan, Chiropotes , grand singe du plateau des Guyanes.

Papillons morphos aux couleurs métalliques et Saki Satan, Chiropotes , grand singe  du plateau des Guyanes. © G.FeuilletPAG
Papillons morphos aux couleurs métalliques et Saki Satan, Chiropotes , grand singe du plateau des Guyanes. © G.FeuilletPAG
Le Parc amazonien de Guyane protège  de nombreuses espèces très rares

 
Ces forêts sont aussi le territoire d’espèces emblématiques et typiques de la faune amazonienne.

Cohabitent, dans cet immense espace, Jaguars primates, loutres géantes, tapirs, caïmans et boas, dendrobates colorées, coléoptères géants, papillons morphos aux couleurs métalliques....
 
Le Parc amazonien de Guyane protège aussi de nombreuses espèces très rares, parfois endémiques et uniques à ses territoires dont les grands mammifères et le Saki Satan, Chiropotes , grand singe du plateau des Guyanes.

Pirogue d’enfants, Haut-Maroni - © H.Griffit
Pirogue d’enfants, Haut-Maroni - © H.Griffit

Vannerie, maraké - © H.Griffit  et  Petit commerce - © K.Joseph
Vannerie, maraké - © H.Griffit et Petit commerce - © K.Joseph

Le Parc amazonien et sa population



Aujourd'hui on recense près de 253.000 habitants  en Guyane dont plus de 19.455 personnes vivent dans les communes concernées par le Parc amazonien de Guyane et  réparties sur 5 communes.

Maripasoula et Papaïchton le long du fleuve Maroni,  Camopi bordée par l'Oyapock,  Saül et Saint-Elie dans le centre de la Guyane.

Cet espace protège les cultures amérindiennes et abrite les communautés Teko, Wayãpi, Wayana, Apalaï, Tïlïo, Aluku, Créoles et Métropolitains. Chaque communauté évolue dans le respect propre à sa culture , son développement et ses traditions. L’histoire et les influences réciproques  entre ces communautés et celles des pays limitrophes, toujours en mouvement,  ont grandement contribué  à la  richesse et à la diversité culturelle de la Guyane.

Un patrimoine extraordinaire, la biodiversité du Parc Amazonien de Guyane

Privilégier et mettre en place, la formule d’un tourisme durable serait la solution idéale pour le développement de la filière touristique. © G.FeuilletPAG
Privilégier et mettre en place, la formule d’un tourisme durable serait la solution idéale pour le développement de la filière touristique. © G.FeuilletPAG
Eco-tourisme et tourisme durable

La France et l'Union européenne prennent très au sérieux l’énorme responsabilité qu’ils ont pour assurer la préservation de cet espace de forêt amazonienne. Et s’attachent à mettre en place  un juste équilibre entre les aspects environnementaux, économiques et socioculturels.

En effet, dans le contexte multiculturel du Parc amazonien de Guyane, où l’essentiel des flux de visiteurs est à la fois touristique et professionnel, un  tourisme d’agrément, plus exigeant, crée  parfois  une relation faite d’incompréhensions entre visiteurs et hôtes. L’enjeu majeur du développement de cette nouvelle activité est donc celui d’accompagner la mise en place d’un tourisme par, pour et avec les populations actuelles et les générations futures, c’est-à-dire un tourisme : Choisi, maîtrisé et mis en œuvre par la population. Un tourisme adapté aux modes de vie et respectueux des milieux et viable économiquement. In fine, privilégier et mettre en place, la formule d’un tourisme durable serait la solution idéale pour le développement de la filière touristique.

 

Mamilipan ou Roche Suski - © G. Feuillet  PAG
Mamilipan ou Roche Suski - © G. Feuillet PAG

La France et l'Union européenne prennent très au sérieux l’énorme responsabilité qu’ils ont pour assurer la préservation de cet  de forêt amazonienne  © G.FeuilletPAG
La France et l'Union européenne prennent très au sérieux l’énorme responsabilité qu’ils ont pour assurer la préservation de cet de forêt amazonienne © G.FeuilletPAG
Plus d’infos
 





Parcs nationaux

www.parcsnationaux.fr/fr

Parc amazonien de Guyane 
www.parc-amazonien-guyane.fr/







Comité du Tourisme de la Guyane

Bureau Parisien
1, rue Clapeyron
75008 PARIS
Tél : 01 42 94 15 16

www.guyane-amazonie.fr/

.
 


18/05/2018
Jean-Louis Corgier et Kim Frossard





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 23 Septembre 2018 - 16:19 Jungfraubahn, le train le plus haut d'Europe

Mercredi 29 Août 2018 - 22:30 Cap sur la Bosnie et son histoire...