Reportage

Vallée de la Roya où les beautés de l’art baroque sont à nouveau accessibles !

Dévastée par les pluies torrentielles du 2 octobre 2020 cette vallée des Alpes maritimes se remet courageusement des épreuves endurées. Les églises et les chapelles baroques des villages perchés ont été heureusement épargnées. La Fondation FACIM et ses “Chemins du Baroque“ en favorise la découverte en s’adressant à tous les publics.

Par Catherine Gary



SOSPEL - le village @Drone de Regard
SOSPEL - le village @Drone de Regard
Quand l’art baroque franchissait les frontières alpines durant la Contre-Réforme.
 
La haute région de la Roya est l’une des plus importantes Routes du sel en Europe dès la fin du XIVe siècle. Ses terres de pâturages et d’élevage sont aussi d’importantes voies commerciales qui favorisent les échanges humains, matériels, religieux et artistiques.

En particulier lorsque Turin, capitale du Duché de Savoie et futur royaume de Piémont-Sardaigne, fait resplendir dans ses monuments les ors de la Contre-Réforme afin de lutter contre l’emprise croissante du protestantisme gagnant de toutes parts, écartant avec vigueur du catholicisme les pays germaniques, scandinaves et britanniques. Les palais, les églises et jusqu’aux moindres chapelles s’ornent alors de retables aux volutes dorées, de bois polychromes et sculptés, de stucs et de trompe l’œil afin de mieux conserver ses fidèles dans l’éblouissement de ces richesses. Les peintres, les sculpteurs, les architectes, les artisans traversent la frontière, franchissent les cols alpins entre l’Italie et la France et viennent dans les vallées mettre leur art à profit…

Place Saint-Michel à Sospel. @wikipedia
Place Saint-Michel à Sospel. @wikipedia
Sospel, gros village alpin jadis très prospère
 

A 18km au nord de Menton et quasiment à la frontière italienne Sospel est alors une étape importante sur la Route du sel entre Nice et Turin.


Son pont qui sert de péage sur la Bévéra garde encore sur ses rives l’enfilade serrée des maisons dont les étages inférieurs servaient jadis d’entrepôts. Les façades affichent des décors en trompe l’œil à défaut de riches façades en pierre sculptée pour arborer leur prospérité. A Sospel on apprécie le charme médiéval des ruelles le long des arcades aux piliers massifs construits sous les premiers étages des maisons où se tenaient jadis les commerces.

Quant au plus beau palais de Sospel, le palais Ricci, il conserve la mémoire de l’évolution des styles dans la solidité de ses murs médiévaux complétée par une façade ornée de décors baroques aux teintes ocres et orangées, comme en Italie.

2 Sospel, façade de l'église Saint-Michel @ Flore Giraud
2 Sospel, façade de l'église Saint-Michel @ Flore Giraud

Sospel. Le chœur  de l'église Saint-Michel. @ C.Gary; Sospel Voûte de l'église Saint Michel @ C.Gary et Triptyque de la Pietà  @C.Gary
Sospel. Le chœur de l'église Saint-Michel. @ C.Gary; Sospel Voûte de l'église Saint Michel @ C.Gary et Triptyque de la Pietà @C.Gary
La cathédrale de Sospel en imposait sur la route royale des Alpes
 
Le labyrinthe des ruelles débouche sur la place pavée de galets aux motifs blancs et gris avec au centre une rosace en calade.


C’est là que se dresse l’église Saint-Michel bâtie sur les vestiges d’une église romane qui deviendra cathédrale en 1378 quand elle prend le parti du pape en Avignon. De l’époque romane seul le haut clocher lombard a survécu car en 1641 l’église est reconstruite pour être la seconde plus grande église des Alpes Maritimes après Nice. Avec de chaque côté la chapelle des pénitents. A l’intérieur, la splendeur et l’ampleur de la nef s’imposent de façon inattendue pour un village de montagne. Angelots dorés, richesse des peintures murales, voûte entièrement décorée et trompe l’œil… l’ensemble est baroque. Sur les bas-côtés le décor vous accompagne jusqu’à la théâtralité du chœur. Au-dessus du maître-autel un baldaquin ajoute à la mise en scène du divin. Le trésor ici ce sont aussi deux œuvres de peintres primitifs niçois. Le Triptyque de la Pietà provenant de la chapelle des Pénitents blancs montre une Vierge éplorée entre sainte Catherine et saint Nicolas. L’autre triptyque est consacré à la Vierge immaculée dont la sereine beauté entourée d’angelots est attribuée à François Bréa, peintre niçois.

Vue sur Saorge @C.Gary
Vue sur Saorge @C.Gary
Saorge, 40km plus haut, est à nouveau accessible par le train des Merveilles
 



Les pluies diluviennes qui ont dévasté les vallées de la Roya, de la Vésubie et de la Tinée ont emporté les routes et une grande partie de la ligne ferroviaire construite en 1928 pour relier le Piémont à la Méditerranée et Tende à Nice en 2 heures.


Elle est désormais restaurée et permet, à travers des paysages accidentés, de voir apparaître à la sortie du tunnel de 8 km l’étonnant village de Saorge perché au sommet de son cirque rocheux à flanc de montagne.

Le village faisait jadis partie du comté de Nice et ne sera rattaché qu’en 1860 à la France par le traité de Turin.

Le bâti médiéval et les ruelles en dédale grimpant en escalier sous voûtes est également riche en témoignages baroques. Comme le clocher à bulbe hérissé d’écailles vernissées et polychromées qui émerge des toits.

Saorge Couvent des Franciscains @C.Gary
Saorge Couvent des Franciscains @C.Gary

Saorge façade de l'église Saint-Sauveur @ C.Gary
Saorge façade de l'église Saint-Sauveur @ C.Gary
Baroque au monastère franciscain et dans l’église Saint-Sauveur
 
Perché sur sa montagne le monastère franciscain de Saorge est construit en 1633. Il veille depuis sur le village à 500 mètres d’altitude et domine la vallée de la Roya.

Son architecture piémontaise se distingue alors du classicisme en vogue à l’époque en France. On y admire néanmoins la grande sobriété de ces lieux faits pour la prière. Les fresques, essentiel de la décoration, illustrent la vie de saint François tandis que dans le cloître les fresques de onze cadrans solaires semblent appeler les moines au respect de l’heure pour le travail et la prière… Ces lieux hors du temps accueillent désormais comédiens, scénaristes et écrivains de même que des concerts et des conférences.
   
L’église de Saint-Sauveur est un autre petit chef d’œuvre baroque dont la richesse reflète la prospérité du village au XVIe siècle.

La façade porte encore les traces des colonnes peintes en trompe l'œil et le maître autel est une véritable marqueterie de marbre. On y admire aussi la beauté des retables et de l’orgue. Ce dernier fut fabriqué à Pavie et acheminé depuis Nice en pièces détachées jusque sur ces hauteurs. Remanié par la suite il fait aujourd’hui de Saorge une halte importante sur la “Route du Baroque et des orgues historiques de la vallée de la Roya“.

La Brigue Passage sous voûtes et rues en calades @C.Gary
La Brigue Passage sous voûtes et rues en calades @C.Gary

La Brigue  Collégiale baroque Saint-Martin @Drone de Regard  et  La Brigue Collégiale Saint Martin Nativité du XVè siècle  @C.Gary
La Brigue Collégiale baroque Saint-Martin @Drone de Regard et La Brigue Collégiale Saint Martin Nativité du XVè siècle @C.Gary
La Brigue, un charmant village médiéval de montagne
 
Une balade dans ses rues pavées, ses passages sous voûtes le long de la rivière Rio Seco est l’occasion d’admirer aussi les vieilles maisons bâties dans la solide pierre “verte“ locale et ornées de trompe l’œil.

Un vrai plaisir que de déambuler au hasard de ces ruelles en calades et de dénicher ici et là quelques riches demeures seigneuriales ornées de blasons. Le village, centre florissant grâce au commerce des ovins, de la laine et des produits fromagers au Moyen Age, compte alors plus de 7 000 habitants. Il faut grimper encore jusqu’au sommet qui surplombe la vallée pour découvrir la Collégiale Saint-Martin de style roman-lombard avant d’être plus tard baroquisée. Après avoir franchi son portail Renaissance on admire le chœur et les autels richement décorés et deux chefs d’œuvre de la peinture : la Nativité de Louis Brea et Notre-Dame des Neiges de Sébastien Fuseri de Fossana ainsi qu’un surprenant retable représentant le Martyre de Saint-Érasme, tous datant du début du XVIe siècle.

Notre-Dame des Fontaines @Drone de Regard
Notre-Dame des Fontaines @Drone de Regard
Près de La Brigue, Notre-Dame des Fontaines, la “chapelle Sixtine“ des Alpes maritimes
 
Elle est antérieure à l’époque baroque qui nous intéresse ici mais peu importe, il faut faire le détour pour ce lieu empreint de mystère et de beauté. On peut d’ailleurs suivre depuis la Brigue le sentier d’interprétation qui y mène.

Cette chapelle du XVe siècle, bâtie sur un site de résurgence de sources considérées alors comme sacrées, est entièrement couverte de fresques sur les 220 m2 de ses parois. Une catéchèse didactique en 25 tableaux qui illustrent la vie de la Vierge et celle du Christ pour finir en une danse macabre et un vaste Jugement dernier. Leur état est parfait et dans la flamme d’une bougie les innombrables personnages semblent s’animer.

Giovanni Baleison et Giovanni Canavesio, deux artistes piémontais, ont peint en pigments naturels ces merveilles du style gothique international sur les murs enduits de chaux. Un guide est conseillé pour saisir aussi les allusions à la vie des seigneurs de La Brigue et éclairer sans les agresser ces peintures anciennes, la chapelle, classée monument historique en 1951, ne recevant qu’un faible éclairage naturel.

Vallée de la Roya et panorama sur  le Parc National  du Mercantour @ pixabay/Lindigomag
Vallée de la Roya et panorama sur le Parc National du Mercantour @ pixabay/Lindigomag
Plus d’infos
 
 
Accès à la Vallée de la Roya :
 
Le train des Merveilles a repris son service et les touristes peuvent se déplacer dans la Vallée de la Roya en partant de Nice ou de Sospel jusqu’à Tende.
 
Par la route on peut rejoindre Breil et Fontan normalement en passant dans un convoi entre Fontan et St-Dalmas de Tende. La route est ouverte à des heures précises quand les travaux cessent. Entre St-Dalmas-de Tende et La Brigue ou Tende, la circulation est libre. 
Office de tourisme de Menton, Riviera & Merveilles.

www.menton-riviera-merveilles.fr
Tél. : 04 83 93 70 20
 
Les Escapades Baroques de la  Fondation FACIM
Dans les Hautes vallées de Savoie, le Pays du Mont-Blanc en Haute-Savoie et les vallées de Roya et Bévéra dans les Alpes-Maritimes ces Escapades Baroques pilotées par la FACIM valorisent ce patrimoine artistique commun à travers des actions en direction des jeunes et des adultes : commandes artistiques à des artistes pour renouveler l’approche de ce patrimoine, création de spectacles au cœur des villages, œuvres musicales, films d’animation, parcours de jeux confiés à des artistes et scénarisés en autonomie pour les familles, supports papiers et numériques…

www.escapades-baroques.fr
 

Musée du Patrimoine Brigasque de La Brigue
Il témoigne de la vie locale au siècle dernier ainsi que des différentes activités vivrières : apiculture, agriculture, sylviculture, vinification, élevage des brebis, fabrication des fromages. Il comporte aussi un petit musée des orgues historiques dans les vallées de la Roya et de la Bévéra.
Tél. : 04 93 85 26 13
 
Où dormir pour rester dans l’ambiance baroque
Le Prieuré de St-Dalmas de Tende est proche du monastère franciscain de Saorge, de la vallée des Merveilles et en bordure du parc national du Mercantour. Il s’agit d’un ancien monastère offrant confort et qualité de l’accueil au cœur d’une belle nature.

www.leprieure.org
 

 
 
 
 
 

 


16/05/2021
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter