Reportage

Cuba : road trip de La Havane à Santiago

D’un bout à l’autre de l’île, Cuba vous réserve en musique la beauté de ses côtes tropicales abritées de palmiers, de ses architectures coloniales aux façades bariolées et surtout, la gaieté de tout un peuple malgré vents et marées.

Par Catherine Gary



Des palais dévastés, témoins d’une ancienne splendeur

1/ Le Malecon, symbole flamboyant de la capitale cubaine  © DR ; 2/ La musique à Cuba est ommniprésente © Catherine Gary  3/ La Havane fidèle au Ché © Catherine Gary
1/ Le Malecon, symbole flamboyant de la capitale cubaine © DR ; 2/ La musique à Cuba est ommniprésente © Catherine Gary 3/ La Havane fidèle au Ché © Catherine Gary
Le Malecon, symbole flamboyant de la capitale cubaine, aligne ses sept kilomètres de digues dressées contre l’océan.

On y vient en amoureux au soleil couchant ou bien pour faire la fête, boire et chanter face aux palais dévastés de Centro Habana, témoins de l’ancienne splendeur de la capitale. Un choc des époques qui n’engendre pas la mélancolie malgré un quotidien pas toujours serein. Un peu partout, les effigies de Fidel et du Che promettent des lendemains qui chantent, comme la musique ici omniprésente : rumba, mambo, cha-cha-cha ou salsa.

Buick, Plymouth, Oldsmobile aux couleurs acidulées et aux chromes amoureusement briqués

Le défilé constant des vieux bolides américains, vous propulse en un temps où l’argent coulait à flots. ©  Catherine Gary
Le défilé constant des vieux bolides américains, vous propulse en un temps où l’argent coulait à flots. © Catherine Gary
Il faut 3 jours minimum à la Havana Vieja pour capter les instants, observer les scènes de vie, s’immerger dans l’ambiance chaleureuse et rétro de cette ville qui semble arrêtée dans les années 50 après le départ de Batista qui livra Cuba aux gangs et à la mafia “yankees“.





Le défilé constant des vieux bolides américains, vous propulse en un temps où l’argent coulait à flots.

On s’engage sur le Prado à hauteur du Castillo San Salvador de la Punta, la forteresse qui protégeait le commerce entre l’Espagne et le Nouveau Monde de l’assaut des pirates.

Malgré leurs façades délabrées, d’autres étant restaurées selon les plans d’un certain Eusebio Leal, les monuments somptueux de la plus belle avenue cubaine ont fière allure. Le long de cette mosaïque architecturale les enfants jouent au foot...

Le dôme du Capitole, copie conforme de Washington

1/ Le Capitole de La havane, copie conforme de celui de Washington.. © Catherine Gary 2/ On profite des jus de fruits avec une goutte de rhum.© Catherine Gary
1/ Le Capitole de La havane, copie conforme de celui de Washington.. © Catherine Gary 2/ On profite des jus de fruits avec une goutte de rhum.© Catherine Gary
Haut de 91 mètres, il rappelle l’emprise américaine sur l’île au début du siècle dernier. On se perd dans l’enchevêtrement des places historiques et des rues.

La plus fréquentée, calle Obispo, est la vitrine animée de la Vieille Havane tandis qu’à l’arrière la misère est souvent réelle. Ici un groupe de musiciens, là un vendeur de coco loco, un délicieux mélange de rhum, de citron, de miel et de lait de coco servi dans sa noix qui vous donne une irrésistible envie de danser la salsa !

Mojito, Cuba libre, daïquiri forment le tiercé gagnant des amateurs de Havana Club

1/ Plaza Vieja et ses belles demeures © Catherine Gary 2/ Place de la cathédrale à La Havane © Catherine Gary 3/Bodegita del Médio, le bar favori d'Hemingway, un fervent de l'île à l'époque. © Catherine Gary
1/ Plaza Vieja et ses belles demeures © Catherine Gary 2/ Place de la cathédrale à La Havane © Catherine Gary 3/Bodegita del Médio, le bar favori d'Hemingway, un fervent de l'île à l'époque. © Catherine Gary
On s’installe ensuite à l’ombre d’une terrasse de la plaza Vieja et ses belles demeures où pavoisaient jadis nobles et riches commerçants, tout en sirotant une bonne bière fraîche.

Ou, mieux, face à la cathédrale dont l’élégante façade baroque est un enchantement. Vous ne résisterez pas le soir au plaisir d’un cocktail au rhum tout en évoquant Hemingway, un habitué de l’île pour ses parties de pêche mais aussi pour ses bars, aujourd’hui très fréquentés : le Floridita et la Bodeguita del Medio sauront vous séduire tout comme le très caliente Tropicana, le must des cabarets à la cubaine.

Cienfuegos mémoire du passage des Français

La grand place de Camaguey © Catherine Gary
La grand place de Camaguey © Catherine Gary
Cienfuegos, 250 kilomètres à l’est de La Havane, aligne ses palais sur la Punta Gorda, une presqu’île où il fait bon se promener le soir avant de dîner face à la mer dans l’un des anciens casinos de la mafia américaine.





Le charme désuet du centre ville vous propulse plus loin encore en arrière, en 1819 exactement, date de la fondation des lieux par un certain Jean Louis de Clouet, militaire français et raison du jumelage de Cienfuegos, inscrite par l’Unesco au Patrimoine mondial, avec le port de Saint-Nazaire...

D’un côté, le théâtre à l’italienne qui accueillit Caruso et Sarah Bernhardt, de l’autre le passionnant musée d’Histoire navale cubaine.

Le kiosque dédié à la musique locale et le seul arc de triomphe du pays couronnent le parc cerclé de monuments marqués par l’éclectisme du siècle dernier.

Trinidad, petite merveille coloniale

1/ L'église aux couleurs pastel de Trinidad © Catherine Gary ;  L'une des très belles maisons de Trinidad © Catherine Gary ;  La Casa de la Trova où se succèdent des musiciens du style Buena Vista Social Club, dans un ambiance afro-cubaine arrosée de mojito et de cuba libre...© Catherine Gary
1/ L'église aux couleurs pastel de Trinidad © Catherine Gary ; L'une des très belles maisons de Trinidad © Catherine Gary ; La Casa de la Trova où se succèdent des musiciens du style Buena Vista Social Club, dans un ambiance afro-cubaine arrosée de mojito et de cuba libre...© Catherine Gary
A deux heures à peine, elle semble retirée du monde. On se perd avec bonheur dans le dédale des rues pavées à l’ancienne, des places, des églises peintes, des maisons pastel inscrites au Patrimoine mondial.

Les hautes fenêtres à barreaux laissent voir la prospérité d’un mobilier vieux de deux ou trois siècles : lustres en cristal de Baccarat, miroirs baroques... un temps où la canne à sucre dans la vallée accumulait les richesses venues du monde entier. A l’heure où les façades brillent dans la lumière du couchant, les gens se tiennent au frais devant leur porte et vous laissent entrer. C’est l’heure aussi de la Casa de la Trova où se succèdent des musiciens du style Buena Vista Social Club, dans un ambiance afro-cubaine arrosée de mojito et de cuba libre...

Cocotiers, mer turquoise et plages dorées

1/ Lagune Jardines del Rey © Catherine Gary; 2/ On accède à Cayo Guillermo par un terre plain de 17km © Catherine Gary ; 3/ Playa Santa Lucia © Catherine Gary
1/ Lagune Jardines del Rey © Catherine Gary; 2/ On accède à Cayo Guillermo par un terre plain de 17km © Catherine Gary ; 3/ Playa Santa Lucia © Catherine Gary
600 kms de plages de rêve complètent ces découvertes. En 2014 plus de 3 millions de touristes sont venus se ressourcer dans ces eaux diaphanes et des hôtels proposant du all inclusive pour consommer à volonté sans dépasser son budget...

Si les Canadiens restent les visiteurs majoritaires, les Américains ne vont pas tarder. Ernest Hemingway fut l’un des premiers à se passionner ici pour la pêche au gros. On accède à Cayo Guillermo, dans l’archipel de Jardines del Rey par un terre-plein de 17 km sur la mer, à travers une mangrove piquée de flamants roses. A Playa Coco, même archipel, 22 km de plages bordées de palmiers vous attendent face au bleu d’une mer protégeant la seconde plus grande barrière corallienne du monde... Quant à Playa Santa Lucia, la plongée en apnée permet aux amateurs de Grand Bleu de rôder autour des épaves échouées là depuis des siècles peut-être...

Plus d'infos

1/ Les femmes à Cuba se prêtent volontiers au regard des photographes ©  Catherine Gary ;  Une plage superbe aux eaux turquoises © Catherine Gary
1/ Les femmes à Cuba se prêtent volontiers au regard des photographes © Catherine Gary ; Une plage superbe aux eaux turquoises © Catherine Gary
Y aller :


Air France. Vols quotidiens directs à partir de 1030 euros A/R TTC.

www.airfrance.fr

Air Europa. Vols quotidiens Paris-La Havane à partir de 830 euros A/R TTC.
www.aireuropa.com

S’informer :

Office de Tourisme de Cuba

www.cubatourisme.fr

Organiser son voyage :

Cuba : road trip de La Havane à Santiago
Havanatour 
16 rue Drouot
75009 Paris
Tél. : 01 48 01 44 55
Fax : 01 48 01 44 50


Havanatour est le tour opérateur spécialiste de Cuba aussi bien  pour les voyages individuels organisés que les voyages en groupes



e.mail : tropicana.voyages@havantour.fr
www.havanatour.fr
 

Où dormir :

La lagune de Camaguey © Catherine Gary
La lagune de Camaguey © Catherine Gary
La Havane :

Hôtel Sevilla.Sur le Prado. Superbe, colonial et central avec piscine.73 euros

www.accorhotels.com/Havana


Santiago de Cuba :

Hôtel Casa Granda. Central avec un charme rétro. 39 euros

www.hotelescubanacan.com


Camaguey :

Hôtel Brisas Santa Lucia. Bungalows sur la mer en all inclusive.36 euros

www.cubanacan.cu

Cayo Coco

Hotel Colonial Cayo Coco. Sur la plage, charme d’un style à l’ancienne avec prestations de qualité. 50 euros
www.cubanacan.cu
 

Visiter :

1/  Castillo del Morro de San Pedro de la Roca (Unesco)  © DR ;  Les danseurs dansent aux rythmes de la salsa et du cha..cha...cha. Une tradition à Cuba © DR
1/ Castillo del Morro de San Pedro de la Roca (Unesco) © DR ; Les danseurs dansent aux rythmes de la salsa et du cha..cha...cha. Une tradition à Cuba © DR
Près de Santiago :


Castillo del Morro de San Pedro de la Roca (Unesco)
Forteresse imposante sur la mer bâtie contre les pirates au XVIIè siècle


Basilique de la Virgen del Cobre, à une vingtaine de kilomètres.

Visitée par Jean-Paul II puis Benoit XVI c’est un haut lieu de pèlerinage consacré à un culte très particulier : la Vierge chrétienne y est associée à Ochun, la déesse de l’amour, de la maternité et de la sensualité dans la Santeria et donne lieu à des cérémonies colorées et rythmées.




A Trinidad :

Casa de la Trova son patio colonial accueille toute la journée des groupes de salsa traditionnelle où se produisent les meilleurs musiciens locaux. On y danse aussi le soir ! Place de Segarte.


 

Lire :

1/ Couverture Guide du Routard 2016 Cuba © DR ; 2/Dans les rues de Camarguey  © Catherine Gary
1/ Couverture Guide du Routard 2016 Cuba © DR ; 2/Dans les rues de Camarguey © Catherine Gary
Le Routard Cuba 2016
Editions Hachette.
Prix : 14,95 euros




" Flâner dans la vieille ville de La Havane. Dormir dans un ancien palais espagnol rénové. Assister à une représentation du Ballet national de Cuba. Faire le trajet de La Havane à Matanzas à bord du train Hershey. Randonner dans la vallée de Viñales. Se baigner dans la baie de Bariay. S'enivrer de salsa à Trinidad. Rendre visite au Che, à Santa-Clara. Flâner dans les vieilles ruelles de Camagüey. Randonner dans la sierra Maestra... "

 

Cuba sans cigares.... Non !!! Quelle femme magnifique.  © DR
Cuba sans cigares.... Non !!! Quelle femme magnifique. © DR



07/09/2015
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Avril 2017 - 16:35 Au pays de Don Quijote de La Mancha

Lundi 20 Mars 2017 - 23:26 Irlande : Dingle pour les fines gueules

Dimanche 12 Mars 2017 - 20:32 A Corsier-sur-Vevey, Chaplin est de retour !