Reportage

Le Québec maritime de phare en phare !

Ils sont près de 50 le long des rives du Saint-Laurent, de Rimouski à Gaspé, de Tadoussac à Cap-aux-Meules. Par terre ou par mer la route des Phares est chargée d’émotions avec des impressions de bout du monde.

Par Catherine Gary



Du phare de l’île Verte, doyen des phares québécois, on aperçoit ceux de l’île Rouge et du Haut- fond Prince.  © Québec Maritime.
Du phare de l’île Verte, doyen des phares québécois, on aperçoit ceux de l’île Rouge et du Haut- fond Prince. © Québec Maritime.

Sur la route des phares  les régions traversées sont immenses et regorgent de richesses naturelles. Entre fleuve, lacs, montagnes, forêts et plages.Comme ici dans le Parc National de Jacques Cartier.  © Pvtistes.net
Sur la route des phares les régions traversées sont immenses et regorgent de richesses naturelles. Entre fleuve, lacs, montagnes, forêts et plages.Comme ici dans le Parc National de Jacques Cartier. © Pvtistes.net
Une aventure tonique en longeant l’océan
 






Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, Côte-Nord, Îles de la Madeleine : pour le voyageur curieux et insatiable, les phares du Québec maritime sont autant de balises plantées sur ces terres du bout du monde à la beauté saisissante.



Que l’on ait atterri à Montréal ou à Québec, on dessine « sa » route des phares, celle qui longe la côte, franchira un bras de mer, accoste sur une île, traverse des villages typiques et va à la rencontre des habitants. Été comme hiver. Attention ! N’essayez pas de tout voir en un seul voyage.

Les régions traversées sont immenses et regorgent de richesses naturelles. Entre fleuve, lacs, montagnes, forêts et plages, choisir où poser les yeux et ses bagages est probablement la tâche la plus difficile une fois sur place !

Le Phare Alright. © Québec Maritime.
Le Phare Alright. © Québec Maritime.
Les phares vous guident et parfois vous hébergent
 


Faire des phares des points de chute permet d’envisager son séjour au Québec maritime en le dimensionnant, tant dans sa durée que dans ses thématiques.



Envie de découvrir les parcs nationaux ? D’approcher l’exceptionnelle faune marine québécoise, oiseaux marins, caribous, phoques, rorquals bleus, bélugas, marsouins et autres mammifères marins ? D’apprendre l’histoire des territoires qui regardent Terre-Neuve et Saint-Pierre-et-Miquelon ? De randonner à pied ou à vélo, de faire de la motoneige, des raquettes ou du ski ? Goûter aussi aux spécialités locales ?


Quel que soit votre projet, l’arrêt devant un phare et, pourquoi pas, nuit dans la maison d’un ancien gardien, ajoute l’atypique à l’exceptionnel et vous permet de vérifier que la tradition d’accueil des Québécois est bien réelle.

Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent se parcourt, lui, en Zodiac, en kayak de mer ou à bord d’un navire tout confort pour aller à la rencontre de plusieurs espèces de baleines, depuis Tadoussac ou Les Bergeronnes.  © O.T. Québec
Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent se parcourt, lui, en Zodiac, en kayak de mer ou à bord d’un navire tout confort pour aller à la rencontre de plusieurs espèces de baleines, depuis Tadoussac ou Les Bergeronnes. © O.T. Québec

Parc national d’Anticosti, île sauvage dans le golfe du Saint-Laurent  © Dominic Boudreault/Sepaq Anticosti
Parc national d’Anticosti, île sauvage dans le golfe du Saint-Laurent © Dominic Boudreault/Sepaq Anticosti
Une faune exceptionnelle, des côtes de caractère
 
Le Québec maritime est fortement conseillé aux amateurs de sensations fortes et de nature authentique. Ainsi qu’à ceux qui pensent que le vertige du grand large est plus puissant que la peur du vide !

Au bord du Saint-Laurent, le parc national du Bic est réputé pour ses caps, ses baies, ses îles et ses montagnes. Des milliers d’oiseaux marins y nichent, des plantes rares y fleurissent et les phoques se prélassent au soleil sur le rivage. Au centre de la péninsule, dans le parc national de la Gaspésie, le mont Jacques-Cartier est l’habitat préféré des caribous et l’endroit indiqué pour les observer. Plus à l’Est, le parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé est connu pour sa colonie de fous de Bassan. Il est aussi le lieu idéal pour tout savoir de la tradition de la pêche en Gaspésie. Sur l’autre rive du Saint-Laurent, la réserve du parc national de l’Archipel-de-Mingan est un paradis pour les randonneurs et le camping. Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent se parcourt, lui, en Zodiac, en kayak de mer ou à bord d’un navire tout confort pour aller à la rencontre de plusieurs espèces de baleines, depuis Tadoussac ou Les Bergeronnes. Quant au parc national d’Anticosti, île sauvage dans le golfe du Saint-Laurent, et à celui du Lac-Témiscouata, ils ouvrent des perspectives à perte de vue.

Phare du Pot à l’Eau-de-Vie, entièrement restauré et classé monument historique.
Phare du Pot à l’Eau-de-Vie, entièrement restauré et classé monument historique.

De gauche à droite : Phare Cap Espoir et Phare du Cap Chat. © Québec Maritime.
De gauche à droite : Phare Cap Espoir et Phare du Cap Chat. © Québec Maritime.
On tente la nuit dans un phare !      
 
Rivière-du-Loup est le point de départ de la route des Phares. Votre première halte pourra être le phare du Pot à l’Eau-de-Vie, entièrement restauré et classé monument historique.

Du phare de l’île Verte, doyen des phares québécois, on aperçoit ceux de l’île Rouge et du Haut- fond Prince. Près de Rimouski, le phare de Pointe-au-Père dévoile un panorama majestueux sur le Saint-Laurent. Tandis que les phares gaspésiens de Cap d’Espoir, Cap-Gaspé, Cap-des-Rosiers (le plus haut phare du Canada), Pointe-à-la-Renommée (première station radio maritime en Amérique du Nord), Cap-Madeleine, La Martre (avec sa structure en bois), Cap-Chat et Matane révéleront à qui veut les voir quelques trésors cachés. Vous pourrez passer la nuit dans les anciennes maisons de gardien au phare de l’île Verte, à la pourvoirie du lac Geneviève d’Anticosti, sur l’île aux Perroquets, dans la réserve du parc national de l’Archipel-de-Mingan ou dans le phare du Pot à l’Eau-de-Vie. À chaque halte, vous rencontrerez des passionnés (artistes, artisans, pêcheurs…) qui donneront à votre voyage l’accent du dépaysement.

Phare de l'Anse Cabane  © Québec Maritime.
Phare de l'Anse Cabane © Québec Maritime.

De gauche à droite : Lentille du phare telle une oeuvre d'art et le phare de la Pointe Renommée.  © Québec Maritime.
De gauche à droite : Lentille du phare telle une oeuvre d'art et le phare de la Pointe Renommée. © Québec Maritime.
Plus d'infos


www.quebecmaritime.ca/circuits-et-sejours/la-route-des-phares

Longueur du circuit complet : 2 030 km (par la route)
Durée minimale du séjour recommandé : 2 semaines

Y aller


En avion et en voiture


www.quebecmaritime.ca/se-rendre-et-se-deplacer/se-rendre
 
 


01/09/2016
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Avril 2017 - 16:35 Au pays de Don Quijote de La Mancha

Lundi 20 Mars 2017 - 23:26 Irlande : Dingle pour les fines gueules

Dimanche 12 Mars 2017 - 20:32 A Corsier-sur-Vevey, Chaplin est de retour !