Reportage

Route des vins d’Alsace : 60 ans et pas une ride !

Depuis sa création en 1953, la Route des Vins d'Alsace se porte comme un charme. De la porte de Marlenheim (au Nord) à celle de Thann (au Sud) , il faut prendre le temps de percer l’âme de la route, de rencontrer les vignerons et de se laisser lentement séduire par la magie des lieux et des nectars ...

Par David Raynal



La ville de Mittelbergheim est notamment renommée pour son grand cru Zotzenberg.(Crédit photo David Raynal)
La ville de Mittelbergheim est notamment renommée pour son grand cru Zotzenberg.(Crédit photo David Raynal)
Instaurée officiellement comme route touristique en 1953, la route des vins d’Alsace serpente amoureusement depuis soixante ans sur un tracé naturel et sans obstacle de plus de 170 km du Nord au Sud de la région.

De vals en coteaux, elle traverse  environ 70 villages viticoles où près de 1000 producteurs ouvrent toute l’année les portes de leur cave aux visiteurs, pour faire partager leur passion du vin. Sentiers viticoles, chaleureuses winstubs et caves de dégustations fraîches et accueillantes ponctuent le parcours, invitant à tout moment à la découverte de la gamme des vins d’Alsace.

Gardienne indéfectible du patrimoine et des traditions viticoles alsaciennes, la confrérie Saint-Etienne dont les origines remontent au  14ème siècle compte parmi les plus vieilles sociétés bachiques de France.

Située sur le triangle d’or Kaysersberg, Sigolsheim, Ammerschwihr, entourée d’excellentes parcelles, là où murit sur la colline du Kaefferkopf un raisin d’une grande qualité, cette institution œuvre au rayonnement tant national qu’international des vins d’Alsace.



Chaque année depuis 1957, à l’issue de dégustations organisées en janvier et juillet la Confrérie Saint Etienne  délivre un label de qualité intitulé "Sigille des Vins d’Alsace". Pour obtenir cette distinction, les vins sont bien sûr dégustés anonymement par un large jury de confrères, de vignerons et d’experts et doivent obligatoirement répondre à des normes très sévères de typicité et de qualité. Les bouteilles de vins "sigillés" (du latin sigillum : sceau) peuvent alors arborer l’estampille de la Confrérie, dont l’authenticité est vérifiable par la signature du Receveur et un numéro d’ordre dûment enregistré.

Le règlement de la confrérie Saint-Etienne établi en 1561 stipule que « tout comportement inconvenant ou indécent sera puni de l’amende de trois bouteilles ». (Crédit photo David Raynal)
Le règlement de la confrérie Saint-Etienne établi en 1561 stipule que « tout comportement inconvenant ou indécent sera puni de l’amende de trois bouteilles ». (Crédit photo David Raynal)
Un vin de 1472
 
Véritable événement vinique, les chapitres solennels dont le rite s’organise autour de la dégustation commentée des différents cépages alsaciens sont des rendez-vous ouverts à tous et très attendus des amateurs. Au plaisir ludique des épreuves permettant d’accéder aux grades de confrère et consœur, s’ajoute le faste de la séance solennelle du Grand Conseil. C’est dans le décor somptueux du château du 16e siècle de Kientzheim près de Kaysersberg que sont intronisés les nouveaux membres par le grand maitre et le grand chambellan. Un dîner de gala, le plus souvent d’un exceptionnel raffinement, servi dans la grande salle du château vient immanquablement conclure chaque cérémonie. A la demande des particuliers ou des entreprises, la Confrérie organise également dans le même esprit pour des groupes de 20 à 250 convives, des Chapitres dits Exceptionnels.

La cave des Hospices de Strasbourg abrite le plus vieux vin en tonneau du monde datant de 1472. (Crédit photo David Raynal)
La cave des Hospices de Strasbourg abrite le plus vieux vin en tonneau du monde datant de 1472. (Crédit photo David Raynal)
Retour en ville, dans la magnifique cave voutée de 1200 m2 des Hospices de Strasbourg qui recèle le plus ancien vin en tonneau du monde ! Un grand blanc alsacien qui est né, excusez du peu, en 1472. Le divin nectar coule toujours des jours heureux dans un foudre trônant derrière les grilles de la cave des Hospices aux côtés de trois confrères moins âgés (nés en 1519 et 1525 tout de même). Car en cinq siècles ce breuvage  unique n’a été servi qu’à trois reprises. En 1576, pour des Zurichois alliés fidèles de la cité de Strasbourg, en 1718 pour la reconstruction du bâtiment principal ravagé par un incendie et en 1944 pour saluer la libération de la ville par le général Leclerc. Au dernier examen organoleptique du millésime rendu en 1994, il semblerait que ce vin possède  encore « une belle robe brillante, très ambrée, un nez puissant, très fin, d’une grande complexité, des arômes rappelant la vanille, le miel, la cire, le camphre, les épices fines, la noisette et la liqueur de fruits ». De quoi faire rêver tous les adeptes du culte de Bacchus.       
 

Des femmes travaillant dans la viticulture ont créé un réseau baptisé DiVINes d’Alsace s’inscrivant résolument dans l’ère des réseaux sociaux et d’Internet. Au domaine Weinbach, Colette, Catherine et Laurence Faller propose un grand cru Furstentum sélection de grains nobles 2006.(Crédit photo David Raynal)
Des femmes travaillant dans la viticulture ont créé un réseau baptisé DiVINes d’Alsace s’inscrivant résolument dans l’ère des réseaux sociaux et d’Internet. Au domaine Weinbach, Colette, Catherine et Laurence Faller propose un grand cru Furstentum sélection de grains nobles 2006.(Crédit photo David Raynal)
Vigneronnes d’Alsace
 
Et puis il y aussi toutes ces initiatives, souvent sympathiques et originales, qui font du vignoble alsacien une escale aussi imprévisible qu’incontournable.

 Créé au printemps 2011, le jeune réseau des diVINes d’Alsace rassemble des femmes du vin, qu’elles soient exploitantes, femmes de vignerons, cavistes, négociantes, sommelières, oenologues... Ouvertes à toutes les pratiques culturales et à tous les courants de pensées, ce sont près d’une cinquantaine de femmes passionnées qui échangent, partagent, s’entraident, éduquent et s’engagent pour la grande gloire des vins d’Alsace.
 

Lancée cette année, la Véloroute du vignoble vous invite à parcourir en deux roues de Marlenheim dans le Bas-Rhin, à Thann dans le Haut-Rhin, les petits villages alsaciens emblématiques qui bordent la route des vins. Une occasion rêvée, un tantinet sportive et écolo, pour profiter à votre rythme des paysages et de goûter avec modération, entre deux coups de pédalier, aux 51 grands crus qui font la renommée de la région.

Ottrott est un joli village du piémont vosgien, réputé pour ses châteaux, son monastère du Mont Ste Odile, son fameux rouge d’Ottrott et pour son hôtellerie florissante. (Crédit photo David Raynal)
Ottrott est un joli village du piémont vosgien, réputé pour ses châteaux, son monastère du Mont Ste Odile, son fameux rouge d’Ottrott et pour son hôtellerie florissante. (Crédit photo David Raynal)
Après ces nombreuses découvertes et dégustations, pourquoi ne pas pousser vers la charmante commune d’Otrott à cinq  kilomètres à l’Ouest d’Obernai au pied du massif Vosgien et du  mont Saint-Odile ? Amené par des bénédictins venus de Bourgogne au 12e siècle, le vin rouge d’Otrott est un Pinot noir qui bénéficie sur une superficie plantée d’une trentaine d’hectares et dans une région plutôt dominée par les vins blancs d’une belle appellation d’origine contrôlée.   
Entre vignes et forêt, l’Hostellerie des Châteaux propose de savoureux séjours romantiques. Raffinement des bois chauds, intimité des tissus éclatants, spécialités du terroir, sans compter la douceur du sauna et du hammam, font de cet hôtel un secret bien gardé.
 

Un visite dans la galerie des foudres aux Hospices de Strasbourg est un véritable voyage dans le temps. (Crédit photo David Raynal)
Un visite dans la galerie des foudres aux Hospices de Strasbourg est un véritable voyage dans le temps. (Crédit photo David Raynal)
Six millions de visiteurs sur la route d'Alsace

« Le Pinot gris est un Chardonnay qui a folâtré dans les sous-bois »

Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui assure l’une des pluviométries les plus  faibles de France (500 à 600 mm d’eau par an),  le vignoble d’Alsace bénéficie  d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec en été, doux et agréable en automne.

Sylvaner, Muscat, Riesling, Gewurztraminer,  chaque terroir possède des affinités avec les cépages qui donnent à tous ces merveilleux flacons leurs caractéristiques si particulières.  « Le Pinot gris est un Chardonnay qui a folâtré dans les sous-bois » a-t-on parfois l’habitude de dire par ici. 



Avec cinq à six millions de visiteurs par an, la route des vins d’Alsace reste de loin la plus fréquentée du monde. Encore une raison supplémentaire en cette période de vendanges tardives, pour faire un voyage gustatif et sensoriel inoubliable dans les deux départements de la région.
David Raynal (texte et photos) 

Petite balade en bateau mouche sur les canaux du quartier de la Petite France  qui  tire son nom de l’hospice des vérolés, construit à la fin du XVe siècle pour accueillir les personnes atteintes de syphilis, appelée également le « mal français ». Vue du tympan du portail principal de la cathédrale de Strasbourg. (Crédit photo David Raynal)
Petite balade en bateau mouche sur les canaux du quartier de la Petite France qui tire son nom de l’hospice des vérolés, construit à la fin du XVe siècle pour accueillir les personnes atteintes de syphilis, appelée également le « mal français ». Vue du tympan du portail principal de la cathédrale de Strasbourg. (Crédit photo David Raynal)
Pratique

découvrir la région :
Route des vins d'Alsace

www.tourisme-alsace.com
Confrérie Saint-Etienne d’Alsace
Château de la Confrérie
1 Grand’rue F-68240 KIENTZHEIM
Tél: (0)3.89.78.23.84  Fax: (0)3.89.47.34.74
Courriel : info@confrerie-st-etienne.com
Hostellerie des Châteaux & Spa
11, rue des Châteaux
67530 OTTROTT FRANCE
Tél. :  +33.(0)3.88.48.14.14
Fax : +33.(0)3.88.48.14.18
Courriel : info@leschateaux.fr

 

Dans un écrin de vignes, sur le flanc sud d'une colline du centre Alsace, à 210 m d'altitude, la région de Mittelbergheim est traversée par la Route des Vins. (Crédit photo David Raynal).
Dans un écrin de vignes, sur le flanc sud d'une colline du centre Alsace, à 210 m d'altitude, la région de Mittelbergheim est traversée par la Route des Vins. (Crédit photo David Raynal).


08/10/2013
David Raynal





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Juillet 2017 - 19:23 Gien la discrète se découvre au fil de l’eau