Reportage

Egypte : Tourisme au Caire après la révolution

Neuf mois après la révolution, visite, le temps d’un week-end, de cette capitale étourdissante et pleines de contrastes dans le dédale de ses quartiers jusqu’aux rives du Nil. Poursuite vers la grande place Tahrir, lieu de rassemblement des Cairotes depuis la révolution et, où se trouve également le plus grand Musée du monde consacré à l’Antiquité égyptienne.

Reportage Catherine Gary



Le Caire vue du Nil
Le Caire vue du Nil

Difficile de s’y retrouver dans le labyrinthe infini des quartiers serrés les uns sur les autres. La capitale d’Egypte ? Une succession étourdissante de contrastes, mêlant rues résidentielles et immeubles éventrés ou à peine achevés. Le tout dans une densité humaine ne laissant aucun lieu inhabité. Assez déroutant comme entrée en matière…On y perdrait le sens des repères. Et puis, tout d’un coup, en débouchant sur les rives du Nil dans ses grandes largeurs tranquilles, l’impression change du tout au tout. Le Four Seasons surplombe le fleuve de son luxe oriental dans un contraste saisissant. Sur la rive, un dîner de mezzés nous attend au son du luth oriental, à l’intérieur d’une felouque amarrée dans le calme de la nuit tombée, en plein cœur de la cité bondée… Un vrai bonheur !
 

Pharaon exposé au Musée du Caire
Pharaon exposé au Musée du Caire
Un Musée consacré à l’Egypte ancienne

Commencez par le Musée égyptien, l’un des plus grands musées au monde entièrement consacré à l’Antiquité égyptienne et conçu par Auguste Mariotte à la fin du XIXe siècle. Plus de 160 000 objets sont exposés là, sans oublier les sous-sols débordant d’autres trésors encore invisibles ! Une richesse qui déborde les espaces désormais trop petits et attend l’ouverture prochaine du nouveau Musée national. Toute l’Egypte ancienne est là réunie pour vous plonger dans l’immersion pharaonique de l’une des plus fascinantes civilisations au monde. Admirez pour commencer la Palette de Narmer, 2950 ans av. J-C, et ses rudiments d’écriture en l’honneur du roi de la 1ère dynastie qui unifia les 2 terres. Puis Djoser, le 1er pharaon, représenté dans l’au-delà. De nombreux sarcophages en pierre suivent, avant d’arriver à l’âge d’or de la sculpture sous l’Ancien Empire avec la statue taillée dans la diorite du roi Chéphren, le bâtisseur de la seconde pyramide de Giseh. Un scribe remarquable ensuite, des couples princiers, des sphinx, et vous pénétrez  dans la salle consacrée au très controversé pharaon Akhenaton, celui qui voulut imposer un culte plus mystique au cours de son bref règne. Le saint des saints c’est bien sûr le trésor de Toutankhamon, dont les chefs d’œuvre de masques, sarcophages, bijoux et mobilier en or et pierreries vous laisseront sans voix.
 

Chéops, Chéphren et Mycérinos
Chéops, Chéphren et Mycérinos

Vue sur les pyramides, dîner dans la vieille ville, un dernier tour dans les souks
 
 
Dès la tombée de la nuit, à la lumière rasante du soleil couchant, montez au sommet du site pour admirer Chéops, Chéphren et Mycérinos se dressant dans le désert  et surplombant la ville. Un moment inoubliable, véritable instant d’éternité ! Puis allez dîner dans l’un des restaurants de la vieille ville. Comme par exemple, le Café El Fishaoui, très traditionnel,  fréquenté  pendant longtemps par l’écrivain Naguib  Mahfouz, prix Nobel de Littérature. Avant de faire un dernier tour dans les souks et leur vie nocturne très animée. Une autre façon de sentir l’âme égyptienne.
 

UNE NOUVELLE EGYPTE EST EN MARCHE

rassemblement des cairotes place Tahrir
rassemblement des cairotes place Tahrir
 
Le Caire  a vécu  la révolution  le 25 janvier dernier. Aujourd’hui encore,  sur la grande place Tahrir où eurent lieu les manifestations, les Cairotes se rassemblent  chaque soir en vue des élections législatives qui auront lieu  fin novembre. A la suite de quoi naîtra une nouvelle Constitution. Les changements ne se feront pas en un jour, on le sait. L’ancien système a vécu. Une nouvelle page de l’Histoire s’est ouverte.
 
Une opération « 1001 sourires » pour un tourisme qui se veut rassurant
 
Les répercussions, sur le plan touristique  se sont évidemment fait sentir dès le printemps. Côté fréquentation, l'Egypte a perdu 45% au premier trimestre et 35% au deuxième trimestre 2011. Toutefois la page des troubles semble désormais tournée et les rapports concernant les stations balnéaires de Charm el-Cheikh et Hurghada, sur la Mer Rouge, sont plutôt rassurants. A Paris lors du Salon du Tourisme professionnel (Top Résa),  qui s’est tenu en Septembre dernier à la Porte de Versailles, le ministre Egyptien Mounir Fakhry Abdel Nour a lancé l’opération “1001 sourires“, une campagne de communication  visant à rassurer les touristes :  « Un nouvel élan est en marche et donnera d’innombrables possibilités pour découvrir ou redécouvrir l’Egypte. Ce ne sera pas seulement pour ses sites historiques ou balnéaires, mais nous réfléchissons aussi à de nouvelles approches, comme le Tourisme écologique, la découverte des oasis, du fameux désert blanc et d’un tourisme thérapeutique » a-t-il déclaré.
 
C.G.
 



10/10/2011
Catherine Gary





Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Novembre 2017 - 16:39 Terres ancestrales : aux origines de l’Irlande

Lundi 2 Octobre 2017 - 23:00 L’Alentejo, le Portugal des grands espaces